/lifestyle/hangout
Navigation
Montréal

Le restaurant Globe ferme ses portes

Au fil des années, le populaire restaurant a été un tremplin pour de nombreux chefs québécois bien connus.
Photo Archives / Agence QMI Au fil des années, le populaire restaurant a été un tremplin pour de nombreux chefs québécois bien connus.

Coup d'oeil sur cet article

Les fêtards et la faune branchée du boulevard Saint-Laurent sont en deuil. Le restaurant Globe a servi son dernier repas samedi dernier et met un terme à ses opérations.

Sur sa page Facebook, le restaurant remercie ses clients et rappelle «des milliers de souvenirs gravés depuis plus de vingt ans».
 
«Pignon sur la “Main” depuis 1993, l'équipe du Globe désire remercier tous les grands chefs et tous les coéquipiers qui ont contribué à notre succès.
 
Un immense merci aussi à nos familles, nos amis et nos chers clients. Votre fidélité a été le moteur de notre création», a écrit l’équipe du restaurant.
 
Au fil des années, le populaire restaurant a été un tremplin pour de nombreux chefs québécois bien connus comme Martin Picard (Le Pied de cochon) ainsi que David McMillan et Frédéric Morin (Joe Beef).
 
Le restaurant appartient notamment à l’animateur bien connu Benoît Gagnon. Ce dernier, ainsi que son partenaire d’affaires Robbie Pesut, n’ont pas voulu commenter.
 
Cette fermeture survient après celle de la Taverne Magnan survenue la semaine dernière, après 82 années d’existence. Mais dans le cas du Globe, la situation financière de l’établissement ne serait pas la cause.
 
Selon le directeur général de la Société de développement du boulevard Saint-Laurent, Glenn Castanheira, les hommes d’affaires voulaient passer à autre chose.
 
«On était au courant. Ce que je peux vous dire, c’est qu’ils veulent tourner la page. Ce n’est pas une raison financière, car le restaurant était encore très populaire. Encore en fin de semaine, il y avait beaucoup de clients. Ils ont un autre projet, mais je ne peux en dire plus pour le moment», a-t-il souligné.
 
Réglementation excessive ?
 
M. Castanheira affirme toutefois que les restaurateurs de la rue Saint-Laurent ont plusieurs frustrations notamment en ce qui a trait à la réglementation québécoise.
 
«Vous savez, la loi qui oblige le consommateur à manger lorsqu’il commande de l’alcool, ça devient ridicule, ça date des années 1920. Au Globe comme ailleurs, les inspecteurs sont là et donnent des contraventions. Il faudrait revoir cette loi désuète», a souligné M. Castanheira.
 
Dans un contexte de médiatisation de cas de corruption, le directeur général pointe aussi du doigt une forme de «zèle» des policiers qui font des vérifications parfois excessives envers certains clients soupçonnés d’activités illégales, selon lui.
 
«Il y a du harcèlement. La semaine dernière, une personne bien connue à Montréal, une philanthrope, s’est fait arrêter après être sortie d’un restaurant. On la soupçonnait, on a vérifié son véhicule. Pensez-vous que les gens vont revenir dans nos restaurants après cela ?», dit M. Castanheira.
 
Par ailleurs, des discussions seraient en cours afin de trouver un nouveau locataire pour reprendre le local occupé par le Globe.
 
«On ne peut dire de quoi il s’agit, mais oui, on va trouver un nouveau projet, ça c’est certain».
Commentaires