/misc
Navigation

Les fusils à filet plutôt que le taser

Coup d'oeil sur cet article

La mort d’Alain Magloire ne doit pas être inutile. Elle soulève une question sociale et humaine : comment notre société doit-elle s’occuper des personnes qui ont des problèmes de santé mentale?

Les méthodes d’intervention policière sont reliées évidemment à cette question, mais elles ne pourront être résolues sans s’attaquer au problème principal, celui du traitement de la santé mentale, en particulier du cas des itinérants atteints de cette maladie.

Cela étant dit, en attendant de trouver des réponses au traitement de la santé mentale il faut changer les méthodes d’intervention policière.

Trop de celles-ci se sont terminées de façon tragique. Il est facile de blâmer les policiers, mais c’est une erreur de le faire. Les policiers doivent intervenir dans des situations très difficiles où leur vie est souvent en jeu. Faire face à une personne souffrant de problèmes de santé mentale qui est armée d’un couteau ou d’un marteau demande du courage et du sang froid. La formation des policiers semble déficiente et il faudra y remédier.

On pourrait toutefois fournir aux policiers des armes différentes que celles dont ils disposent. Il existe une arme qui serait d’une grande utilité pour les policiers qui interviennent dans des situations où des personnes atteintes de santé mentale sont en état de crise, comme ce fut le cas pour Alain Magloire.

Cette arme c’est le fusil à filet1 qui est utilisé pour capturer des animaux sauvages en les gardant vivants et sans les blesser.

On peut aussi s’en servir pour des interventions impliquant des humains. C’est exactement ce qu’ont fait les Japonais lors de la Coupe du monde de football en 2002 pour affronter les hooligans.

S’il est possible d’utiliser cette arme non létale afin d’intervenir de façon efficace et humaineenvers les animaux, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas pour des humains.

1 Voir Wikipédia

23 commentaire(s)

Michel Paquin dit :
18 octobre 2014 à 13 h 22 min

Entièrement d'accord pour les fusils à filet... évitons d'autres tragédies!

Jacques Girard dit :
18 octobre 2014 à 13 h 42 min

Complètement ''dépluggé'' de la réalité. Il faut présumer que ces machins à filet doivent être assez gros et lourds et devraient donc être contenus aux coffres des autos patrouilles plutôt qu'à la ceinture des policiers. Quel serait alors le pourcentage d'utilisation ? 25%, 50% des cas ?

Et si le type est armé d'un pistolet, qu'est-ce qui dit qu'il ne pourrait pas tirer entre les mailles du filet si celui-ci ne l'enveloppe pas complètement au point d'annihiler ses moindres gestes !!! Les policiers ne voudront pas prendre de chances avec un filet.

Tant qu'à y être, puisque Duceppe parle d'animaux qu'on attrape aux filets, poussons le raisonnement plus loin et suggérons alors des fléchettes aux produits immobilisants, non ?

Comme quoi le ridicule ne tue pas ... pas encore !!!

Gilles Bousquet dit :
18 octobre 2014 à 13 h 48 min

Probablement que le fusil-filet doit être trop lourd et volumineux à porter, à la fin. Ils pourraient être inclus dans l'équipement du véhicule de police. On va le chercher, quand on a besoin, si on a le temps de le faire.

p-l girard dit :
18 octobre 2014 à 13 h 51 min

Un malade mental est rarement aussi dangereux que les policier le pretendent. Dans la majoriter des cas il va foncer en criant avec son arme, un simple entrainement au combat rapprocher permet de le maitriser facilement. Dans l'armer les mp fond affaire a des machine a tuer parfaitement entrainer et jamais on entend parler d'un cas de soldat qui a peter les plond et forcer les mp a l'abbattre comme un chien. Probablement que les mp son entrainer a maitriser de tels hommes, tandis que les policier semble impuissant sans leur gun face a un homme malade sans aucune formation de combat.

Francois Jalbert dit :
18 octobre 2014 à 13 h 53 min

Ah! les gérants d'estrade !

On les reconnait au fait qu'ils ont toujours une solution simpliste à proposer.

Le fusil à filet maintenant... Il va falloir acheter un fusil à filet pour chaque auto-patrouille... et en cas d'urgence les policiers ne l'utiliseront pas parce que ça prend trop de temps d'aller le récupérer dans le coffre de l'auto-patrouille...

Pourquoi pas des fusils à fléchettes, qui endorment les suspect tant qu'à y être ?

Pour la même raison... l'effet de la fléchette n'est pas instantané, or les policiers ne doivent utiliser d'armes qu'en cas d'URGENCE.

C'est pour ça que les armes conventionnelles et les teaser sont des choix logiques.

Denis dit :
18 octobre 2014 à 13 h 54 min

Je suis d'accord avec vous que d'autres armes seraient plus appropriées mais j'irais pour le filet sans le fusil. Trop bruyant ce net gun et pas si précis. La personne est déconnectée du monde il faut agir comme un trappeur avec un animal.

Mais il faudrait au moins être deux personnes ou installer le filet ou piège à un endroit alors ce n'est pas évident.

Ce que je conçois avec une personne malade et potentiellement dangereuse c'est qu'il faut intervenir à distance alors le poivre de cayenne et le tazer exigent de trop se rapprocher. Alors, les policiers risquent de servir de leur arme à feu ce qu'on souhaite éviter.

Ce sont des personnes dans leur monde aussi... Alors leur parler fort dans un mégaphone pourrait aider avant de les capturer.

Il faut les prendre par surprise et peut être leur passer une camisole de force. S'il fait avoir des hommes-araignées cela risque de coûter cher par contre.

Si nous étions des cow-boys je dirais que c'est avec un lasso qu'on pourrait essayer.

C'est sûr que c'est plus automatique avec un net gun que s'il faut installer un homme près du filet qui va tirer sur une corde ou autre quand notre prévenu sera dessous.

C'est plus sur la psychologie qu'il faudrait travailler aussi que sur les armes. Un itinérant dans le métro complètement perdu et armé mais on ne le sait pas et le policier l'approche, une personne qui n'a pas mangé depuis plusieurs heures, pas lavée, dort peu, prend pas ses médicaments, est intoxiquée et qui se fait réveiller brusquement, qui n'a donc pas toute sa tête. Il voit un homme ou une femme armée arrivée ? Que va-t-il faire s'il a un couteau ? Et s'il se fait arrêter et passer les menottes ? Il va mordre ? Un animal qui défend son territoire son espace vital de survie.

C'était pourtant très prévisible mais les policiers s'attendent à être obéis par une personne qui est complètement dans un autre monde....

alain maronani dit :
18 octobre 2014 à 14 h 11 min

Une très bonne idée.

Cela pourrait-il être utile a l'Assemblée Nationale pour calmer les excités qui y sévissent...?

Peter Daniels dit :
18 octobre 2014 à 14 h 50 min

Excellente idée ! La meilleure depuis que vous avez décidé de ne pas retourner en politique :-)

apouchkine dit :
18 octobre 2014 à 15 h 14 min

Gilles D. est un expert en filet comme en assurance-emploi, ce gars-la connait tout. Vite on le veut comme premier ministre.

Claude Cormier dit :
18 octobre 2014 à 16 h 01 min

ca serait trop simple d enfermer ceux qui sont dangereux d une maniere evidente

2rca2rca dit :
18 octobre 2014 à 16 h 09 min

Des filets? Pourquoi pas des fusils à patates! Le gars est pas dans les rues avec une gang de dérangés pour parler ainsi.

Omi-san dit :
18 octobre 2014 à 16 h 55 min

"Cela étant dit, en attendant de trouver des réponses au traitement de la santé mentale il faut changer les méthodes d’intervention policière"

"Trop de celles-ci se sont terminées de façon tragique"

Je ne suis pas d'accord, combien de fois dans une année les policier du SPVM interviennent-ils auprès d'itinérants en crise? 100, 500, 1000 fois? On en entend seulement parler quand ça tourne mal.

Steph Brodeur dit :
18 octobre 2014 à 17 h 00 min

@p-l girard Lâche les films. Il n'y a pas grand monde sur la planète qui pourrait désarmer quelqu'un qui brandit un couteau sans se faire couper. Sa prendrais des ANNÉES d'entrainement pour apprendre et plusieurs heures par semaines pour garder la forme et les acquis. Ce n'est pas des simples patrouilleurs qui auront le temps pour tout ça. Sauf si vous voulez leurs payer une vingtaine d'heures par semaines juste pour l'entrainement. Il ne restera plus bien du temps pour...patrouiller.

popole dit :
18 octobre 2014 à 17 h 42 min

Pourquoi pas 4 matelas géants qui entourent le malfrat tant qu'à être ridicule .Un homme à qui les flics crient 5 fois de lâcher son arme doit optempérer ou en accepter les conséquences . Nous serons bientôt 8 milliards sur terre ,il faut accepter d'en perdre un de temps en temps

p-l girard dit :
18 octobre 2014 à 19 h 08 min

@Steph Brodeur

Tu a raison pour quelqu'un de sain d'esprit qui attendrait dans son coin armer d'un couteau ou d'un marteau, mais un malade mental n'agit pas comme une personne saine d'esprit, il va foncer ce qui fait qu'il est bcp moin dangereux. J'ai un amis qui a travailler dans des departement de psyciatrie et il a ete attaquer a plusieur reprise et a chaque foi il en est sortie sans blessure, il ont des reaction emotive generalement impulsive et non reflechi, rien a voir avec le gars qui te dit awoye vien me chercher voir. Vous devriez discuter avec des gens qui travaille dans se domaine vous comprendriez que la majoriter des cas ce son les policier qui les rendent dangereux, car plus ils ont peur, plus ils deviennent agressif et l'adrenaline leur donne une force surhumaine.

Rick dit :
18 octobre 2014 à 19 h 24 min

Rendus là, désarmons les policiers! Pas de batons, ni de poivre de Cayenne, juste les laisser se promener avec un bouquet de fleurs et un caniche blanc tout beau (pas de griffes et de dents evidemment car trop dangeureux, et lui couper les cordes vocales pour pas fâcher le gars) ...Ca va raisonner tout le monde, malades comme un gros Hells Angels de 250 livres avec un fusil. 2 semaines et le monde sera changé!

Denis dit :
18 octobre 2014 à 19 h 39 min

Mais attendez... Ils étaient rendus combien de policiers autour d'Alain Magloire ?

Et Mario Hamel ?

Vous êtes juste deux ? Inutile d,avoir un pistolet à filet , il faut attendre du renfort. Tout en le surveillant et en en empêchant les gens d'approcher la personne...

Le mégaphone seulement et la radio-patrouille.

Pour les fléchettes ? Bien il faudrait être dans un très grand espace.

La personne ne peut pas obtempérer elle n'est plus en contact avec la réalité.

La personne qui obtempère aux ordres des policiers n'a aucune arme et même le policier range son joujou devant elle si jamais elle avait dégainé elle se rend compte de son erreur.

Bien oui, car on est entre deux humains encore capables de communiquer.

Luc Papineau dit :
18 octobre 2014 à 19 h 45 min

Jacques Girard et certains autres,

Faites donc une recherche avant de commenter et de montrer votre ignorance. Des fusils à filet (net gun), ça existe. Et certains services de police s'en servent. Oui, il faut aller le chercher dans l'autopatrouille. Mais le délai est sûrement moins long que d'attendre le véhicule avec les policiers autorisés à se servir d'un «teaser»...

Denis dit :
18 octobre 2014 à 19 h 56 min

Ils ont besoin pour plusieurs d'anti-psychotiques , il faudrait demander au Doc Mailloux de s'en occuper.

Rufus dit :
18 octobre 2014 à 19 h 59 min

Fusils Tazer...fusils a filets...??? Mais monsieur Duceppe, et pis les hopitals psychiatriques.... au lieu de les mettrent dehors pour sauver un peu d argent!!!!

Michel G. dit :
19 octobre 2014 à 7 h 20 min

Je suis vraiment étonné des commentaires négatifs car c'est une bonne suggestion à laquelle je pensais moi-même depuis de nombreuses années, cela donne une autre option que le gun, ne réussirait pas dans tous les cas mais sauveraient surement plusieurs vies de malades mentaux aux prises avec la police qui semble mal réagir dans plusieurs cas malheureusement...

Steve Harvey-Fortin dit :
19 octobre 2014 à 17 h 25 min

Moi je vous suggère un bon tranquillisant avec une dose d'éléphant utilisé par les gens de la faune avec des prédateurs. Trois ou quatre fléchettes dans le corpus me semble que cela ralenti le gars assez vite. C'est certain qu'avec le Tazer gamer vous pouvez appuyez sur la gâchette afin de donner quelques décharges successives mais le gars va sentir le cochon brûlé après. Si vous lui donnez plusieurs décharges c'est parce que le gars n'est pas dans son état normal. Une décharge devrait théoriquement suffire mais ce n'est pas garanti par le fabriquant.

Ben oui, ils ne travaillent pas tous pour Hydro-Québec.

Steve Harvey-Fortin dit :
20 octobre 2014 à 6 h 13 min

@ Michel G

On veut sauver tous les psychiatrisés en utilisant toutes sortes d'armes plus ou moins dangereuse. Mais lorsque viens le temps de juger correctement un homme comme M. Turcotte associer à des troubles mentaux la société veut le lyncher. Il va falloir que vous sachiez ce que vous voulez à la fin, sauver des vies ou torturer des vies.

À mon avis c'est la société québécoise qui est malade et qui infecte au point qu'il y ait des psychiatrisés partout. Pas de cohérence dans le discours et toujours deux poids et deux mesures dans l'application des lois dépressives qui se chevauche l'une l'autre.

Il n'y aura jamais de référendum gagnant au Québec et pour le Québec avec une telle attitude.