/opinion/columnists
Navigation

Le Parti québécois doit innover

Coup d'oeil sur cet article

Les candidats à la direction du PQ devront proposer des idées nouvelles au cours de la campagne à la chefferie.

Les candidats à la direction du PQ devront proposer des idées nouvelles au cours de la campagne à la chefferie.

Tous ceux qui ont manifesté leur intérêt pour devenir chefs ont dit qu’il fallait mieux expliquer de façon concrète comment la souveraineté est la meilleure solution pour le Québec dans un monde en pleine évolution en ce 21e siècle.

Le devoir de rigueur

Bernard Drainville nous dit que les souverainistes doivent se préparer.

Quand Philippe Couillard déclare que le Québec devra inévitablement un jour ou l’autre négocier avec les autres provinces et le gouvernement fédéral afin de réintégrer le cadre constitutionnel canadien, ils ne peuvent, j’en suis convaincu, faire autrement que de se préparer, eux aussi, rigoureusement.

Ne pas le faire serait irresponsable. Cela signifie que le gouvernement libéral devra demander aux hauts fonctionnaires de bien préparer les dossiers afin de négocier sérieusement. Personne ne pourrait accuser les libéraux d’utiliser l’argent de l’État pour défendre la cause fédéraliste.

Ce qui est correct pour les libéraux devrait, en toute logique, l’être aussi pour un gouvernement souverainiste.

Ainsi donc, un gouvernement péquiste devrait à chaque fois qu’il dépose une loi, rendre publique une analyse expliquant ce qu’un Québec souverain serait en mesure de faire. Certaines fois, il n’y aurait aucune différence, d’autres fois des limites apparaîtraient. À chaque fois, le gouvernement devrait établir les coûts de chaque option.

Un gouvernement souverainiste devrait également rendre publique périodiquement la situation financière du Québec au sein de la fédération canadienne en procédant à l’analyse des comptes publics du Canada. On ne peut se contenter d’identifier les sommes provenant des transferts directs et de la péréquation, il faut étudier l’ensemble des sommes versées par le Québec à Ottawa pour chaque poste budgétaire.

Pour une plus grande démocratie à l’Assemblée nationale

Un gouvernement du PQ devrait s’inspirer de certaines règles qui existent dans d’autres parlements, dont celui d’Ottawa! Il devrait y avoir un directeur parlementaire du budget qui ferait rapport régulièrement aux parlementaires. Les citoyens seraient ainsi en mesure de savoir de façon objective quel est l’état des finances publiques.

Les députés devraient pouvoir déposer des projets de loi qui seraient obligatoirement débattus sans que la ligne de parti s’applique. Un parti pourrait toujours décider d’imposer la ligne de parti, mais devrait s’en expliquer.

Finalement, un gouvernement du PQ devrait instaurer le système du «gouvernement ouvert», lequel existe dans plusieurs départements français et états américains. Ce système rend publics tous les contrats de l’État et permet ainsi aux citoyens de savoir où va leur argent.

Mobiliser les citoyens

La société civile réclame de jouer un plus grand rôle dans le processus démocratique. Cela est non seulement vrai au Québec, mais également dans plusieurs démocraties.

En ce sens, la proposition d’Alexandre Cloutier permettant à des citoyens de signer une pétition demandant la tenue d’un référendum me semble être intéressante. La pétition devrait recueillir un million de noms, mais la décision finale de tenir un référendum reviendrait au gouvernement. De cette façon, mobilisation et responsabilité sont complémentaires.

 
Commentaires