/entertainment/music
Navigation
Loreena McKennitt

Un halo dans la grisaille

Loreena McKennitt envoute 500 spectateurs

Loreena McKennitt a su transmettre son amour de la chanson aux spectateurs réunis au Théâtre Banque Nationale.
Photo Roger Gagnon, collaboration spéciale Loreena McKennitt a su transmettre son amour de la chanson aux spectateurs réunis au Théâtre Banque Nationale.

Coup d'oeil sur cet article

La chanteuse canadienne de renommée internationale Loreena McKennitt a été comme un intense halo lumineux dans la grisaille de l'automne de près de 500 personnes, hier soir, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi.

Hier soir à Saguenay, sévissait une soirée froide d'octobre où les bonnes raisons de demeurer à la maison se comptaient par dizaines. Une seule pouvait se révéler suffisante pour délaisser pantoufles, dimanche télé et fondue: détenir un billet pour la chanteuse à l'immense tignasse rousse, Loreena McKennitt. De retour dans la région pour une troisième fois depuis 2007, cette sublime voix de sirène a une fois de plus envoûté son public par son univers celtique riche et aérien.

Heureuse

Sobre et d'un magnétisme incontestable qu'elle soit derrière sa harpe ou son piano, celle qui a vendu plus de 14 millions d'albums à travers la planète, est apparue sur scène vers 19 heures. Tout de suite après avoir mis la table après l'interprétation de sa première pièce de la soirée, Loreena McKennitt a admis être très heureuse d'être de retour dans la région avec son spectacle The stories behind the songs.

D'ailleurs, puisque le concept de sa tournée est de raconter ses sources d'inspiration qui ont mené à la création de son imposant répertoire comptabilisant neuf albums studio depuis le début des années 80, et elle a tenu à mettre quelque chose au clair avec son public saguenéen d'emblée. «Je suis contente d'être de retour dans cette partie du monde. Je sais que mon français ne s'est pas amélioré depuis la dernière fois. Je m'en excuse», a-t-elle lancé humblement.

Irlande. mon amour

Véritable hymne à l'amour pour sa grande muse poétique et sonore qu'est l'Irlande, Loreena Mckennitt a su transmettre sa grande passion pour l'histoire de ce coin de pays durant toute la première partie qui a été possible au Journal de contempler. Nul doute qu'un des moments forts de la soirée a été un conte tout en chanson et en musique relatant la grande famine irlandaise de 1845 à 1852. Dès lors, plusieurs de ceux-ci ont dû fuir leur pays. C'est entre autres, pour cette raison que plusieurs Irlandais sont à la base même de la population canadienne. Bref, le spectacle The stories behind the songs de Loreena McKennitt restera une soirée inoubliable où tous les éléments, même l'éclairage, ont fait en sorte de réchauffer et égayer les cœurs d'octobre noir.

 

Commentaires