/finance/news
Navigation
Dans vos poches

Comment faire ses débuts en Bourse?

MOD

Coup d'oeil sur cet article

Un lecteur nous demande comment s’y prendre pour investir en Bourse. Si vous êtes curieux, patient et audacieux, une très belle aventure vous attend.

Un lecteur nous demande comment s’y prendre pour investir en Bourse. Si vous êtes curieux, patient et audacieux, une très belle aventure vous attend.

Mais ça va vous demander des efforts si vous ne voulez pas faire comme la très grande majorité des investisseurs individuels, qui ne dégagent jamais un meilleur rendement que les indices des Bourses de Toronto et New York.

On ne joue pas, on investit en Bourse. Il y a donc une courbe d’apprentissage. Attendez-vous à faire des erreurs. Et il faudra maîtriser vos émotions pour, par exemple, éviter d’acheter des titres à leur sommet et les revendre à perte quand ils plongent. Mais c’est plus compliqué que ça...

«Investir en Bourse, c’est comprendre les variables pour analyser les rendements, l’environnement, les fondamentaux et les risques potentiels d’un placement. Il faut aussi saisir les différentes approches pour en choisir une qui colle véritablement à votre personnalité et à vos objectifs», explique Jean Soublière, président de l’Actif, une coopérative de formation au placement.

Avant de commencer, il faut établir son profil d’investisseur. Donnez-vous des objectifs: vous investissez à court ou à long terme? Vous visez quel rendement moyen, comparativement aux obligations du Canada ou aux indices? Quelle est votre tolérance au risque? Si c’est zéro, oubliez la Bourse. Si c’est trop, vous foncerez peut-être dans un mur. Cela dit, une majorité de boursicoteurs surestiment leur tolérance au risque.

Ensuite, il faut ouvrir un compte chez un courtier escompteur et lire, lire, lire. Quel compte ouvrir: comptant, $ CAN, $ US, CELI, REER? Quel produit acheter: actions, fonds communs, options, obligations?

Sachez avant tout être prudent et, surtout, évitez les tuyaux du beau-frère. Un truc: diversifiez vos placements et confiez-en une partie à un courtier de plein exercice, un conseiller indépendant ou d’une institution financière.

Ensuite, il faut maîtriser des notions de base comme l’analyse fondamentale, basée sur les ratios financiers de l’entreprise (cours/bénéfice, dette/équité, rendement sur l’actif), son positionnement concurrentiel, les cycles économiques et l’analyse technique (le comportement de l’action en fonction du marché). Lisez tout ce qui s’écrit sur l’entreprise ainsi que ses rapports annuels. Internet déborde d’informations financières: il faut savoir séparer le bon grain de l’ivraie. Et pas besoin d’être mathématicien pour comprendre des concepts simples en finance.

Une autre manière d’acquérir une littératie et une numératie financière adéquate pour naviguer sur les eaux boursières tumultueuses: formez-vous. Les courtiers escompteurs offrent des tutoriels en ligne et la plupart des institutions financières donnent des conférences. C’est bien, mais ils sont payés par leur département du marketing... Pour être vraiment indépendant, simulez vos placements chez Bourstad (www.bourstad.ca) ou, mieux, suivez des cours à l’Actif (www.actif.net) et, encore mieux, inscrivez-vous à un club-école de placement. Cette formule permet de peaufiner vos connaissances dans la durée, à peu de frais, en les partageant avec des formateurs et des gens aussi passionnés que vous! Rappelez-vous: plus on est actif en Bourse, plus on a besoin de formation.

Commentaires