/lifestyle/food
Navigation
Restaurateurs de rue

De bouffe de rue à pignon sur rue

Ces camions qui se stationnent pour de bon

Coup d'oeil sur cet article

La saison 2014 des restaurateurs de rue est terminée. En raison de la popularité indéniable de cette industrie mobile, les propriétaires les plus audacieux profiteront toutefois de la réputation et de la visibilité de leur camion pour réaliser un rêve en ayant pignon sur rue, histoire de poursuivre l’aventure toute l’année.

La saison 2014 des restaurateurs de rue est terminée. En raison de la popularité indéniable de cette industrie mobile, les propriétaires les plus audacieux profiteront toutefois de la réputation et de la visibilité de leur camion pour réaliser un rêve en ayant pignon sur rue, histoire de poursuivre l’aventure toute l’année.

Alors que le camion de bouffe de rue Bolo Bolo ouvrait il y a quelques jours les portes de sa toute première succursale sur le boulevard Saint-Laurent, c’est au tour de Dispatch Coffee de s’établir dans le Mile-Ex.

À la suite de l’ouverture d’un comptoir de service très populaire sur le Campus McGill, cette compagnie de café certifié équitable accueille depuis samedi dernier ses clients dans sa nouvelle brûlerie, située rue Saint-Zotique Ouest.

«C’est difficile financièrement de faire le saut, mais on a eu l’opportunité et je pense que nos produits et notre marque sont bien reçus par le public depuis deux ans, alors on a foncé», explique la propriétaire des cafés Dispatch, Chrissy Durcak.

«C’était dans nos plans d’entreprise de commencer à torréfier nous-mêmes, au lieu d’acheter des grains de torréfacteurs externes, parce qu’on voulait contrôler le plus possible la production du café qu’on offre. La qualité de nos produits est très importante pour nous et grâce au nouveau local, on va pouvoir offrir encore plus de variété et une meilleure qualité», poursuit-elle.

Menu plus étoffé

Même son de cloche du côté de Landry & Filles, qui entend étoffer son menu avec l’ouverture, d’ici Noël, de son premier restaurant au 4764, avenue Papineau.

«On trouvait que la restauration était très saturée à Montréal, donc ça prenait des couilles pour se partir un resto et des bonnes idées pour réussir à se démarquer, explique la sommelière et copropriétaire Josée-Ann Landry. On s’est dit qu’on allait “se partir” un camion et se faire la main avant de s’installer avec pignon sur rue. Dès le départ, le projet était donc que le camion nous mène vers le restaurant et c’est exactement ce qu’il se passe, alors on est bien contents.»

Les trois associés de Landry & Filles s’affairent ainsi à créer un endroit convivial, à l’image de leur camion, où les gens peuvent s’installer confortablement et manger sans se ruiner.

«C’est certain que ça va être plus travaillé comme menu, parce que Marc [Landry, chef et copropriétaire] et moi sommes passionnés de bonne bouffe et nous avons envie de travailler autre chose que des sandwichs et du snack.»

La «vibe de gros chalet de grand-mère» de Landry & filles sera donc conservée et on retrouvera assurément les classiques du snack-bar sur roues, comme le sandwich Deluxe au pain de viande et les fameuses «ployes».

«Il va y avoir des clins d’œil au camion, c’est certain, mais tous les plats ne seront pas au menu, car on ne pourrait pas payer notre loyer avec des assiettes à 8 $», conclut Mme Landry.

Commentaires