/news/currentevents
Navigation
Sudation extrême

Sudation extrême: l'accusée principale témoigne

Les accusés Ginette Duclos, Gabrielle Fréchette et Gérald Fontaine.
Photo Archives / Agence QMI Les accusés Ginette Duclos, Gabrielle Fréchette et Gérald Fontaine.

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE – Gabrielle Fréchette, la principale accusée dans le triple procès pour négligence criminelle causant la mort après un exercice de sudation, a tenté de justifier devant la cour, lundi, qu’elle avait les connaissances nécessaires pour diriger ce genre d'activité.

En juillet 2011, la victime Chantal Lavigne a perdu la vie après une soirée passée dans une hutte de sudation lors d'un séminaire ésotérique à Durham-Sud.

Lundi matin, au palais de justice de Drummondville, le pathologiste judiciaire André Bourgault a conclu que Mme Lavigne est morte par asphyxie par privation d'oxygène. Le médecin légiste avance que «ce sont les conséquences pour elle d'avoir eu la tête dans une boîte trouée recouverte d'une couverture, l'oxygène disponible dans l'air était sans renouvellement suffisant. De plus, elle a souffert d'hyperthermie». Mme Lavigne avait une température corporelle de 40,5 degrés Celsius quand elle a été admise à l'hôpital, selon le spécialiste.

Une guide spirituelle

En après-midi, l’accusée Gabrielle Fréchette, âgée de 56 ans, de Danville, a témoigné pour sa défense et s’est définie comme une guide spirituelle. La procureure de la poursuite s'est objectée à ce qu’elle dépose son curriculum vitae avant son témoignage.

Mme Fréchette, selon l’avocate, a été complètement transformée en 1989 après une intervention chirurgicale qu’elle a subie à l'hôpital Notre-Dame de Montréal. Après avoir été anesthésiée, elle s'est retrouvée en décès clinique pendant huit minutes. À sa sortie de l'hôpital, une semaine plus tard, elle dit qu’elle avait une force et une paix intérieure inexplicable. Elle s'est mise à suivre des formations en reiki et chamanisme avec Patrick Dacquay, un chaman qui vit en Bretagne. En 2004, elle a suivi une formation de ce chaman pour devenir guide en sudation.

Selon Mme Fréchette, le soir précédant sa mort, Chantal Lavigne a été frottée avec de la terre humide «pour un contact avec la réalité de la terre». Mme Lavigne s'est couchée sur une douillette, enveloppée dans une pellicule de plastique puis recouverte d'une autre couverture et d'une boîte autour de la tête.

Sept heures plus tard après la séance, les ambulanciers l'ont retrouvée alors qu’elle était déshydratée et avait de la difficulté à respirer.

Au tribunal, l'avocat de Gabrielle Fréchette, Me Denis Lavigne, a voulu savoir quelles étaient les mesures de précaution qui étaient appliquées. Mme Fréchette a dit que, la veille, les participants devaient bien manger sans lourdeur et s'hydrater. «J'ai déjà participé à une sudation pendant 24 heures».

Son témoignage doit se poursuivre mardi.

Une cliente satisfaite

Claudette Boulet, âgée de 63 ans, de Sherbrooke, suit des formations de Mme Fréchette depuis 1999. Elle l'a suivie dans six voyages appelés initiatiques, à l'étranger. Juste pour les frais de formation à chacun de ses voyages, elle a dépensé 2500 $, plus les billets d'avion et l'hébergement.

Selon Mme Boulet, il n'y a jamais eu d'incident des séances de sudation auxquelles elle a participé.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.