/news/currentevents
Navigation
Bandes audio diffusées

Des policiers très calmes pendant la poursuite

Deux militaires ont été blessés lorsqu'un automobiliste a délibérément foncé sur eux.
Photo Maxime Deland / Agence QMI L'une des deux victimes a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU – Les policiers de Saint-Jean-sur-Richelieu ont fait preuve d'un calme désarmant tout au long de la chasse à l'homme qui s'est soldée lundi par la mort de Martin Couture-Rouleau, selon ce qu'on peut entendre sur des bandes audio diffusées sur internet au lendemain des événements.

La diffusion de l'intégralité des conversations entre les patrouilleurs via leur radioémetteur permet de comprendre un peu mieux l'état d'esprit dans lequel se trouvaient les agents durant la poursuite.

On apprend également que le lieutenant en devoir de la police de Saint-Jean-sur-Richelieu a ordonné à ses policiers de mettre un terme à la poursuite, un peu plus de deux minutes après son déclenchement.

Une minute plus tard, on entend un policier dire sur les ondes qu'il aperçoit le suspect roulant «à une vitesse normale» sur le boulevard du Séminaire.

Quelques centaines de mètres plus loin, dans un secteur plus rural de la ville, des policiers tentent de lui bloquer la route. Martin Couture-Rouleau fonce en leur direction avec sa voiture et la collision est évitée de peu.

La suite des événements se déroule très rapidement. Impossible d'entendre précisément comment survient la violente sortie de route du suspect, qui se retrouve alors coincé dans sa voiture.

Celle-ci repose sur le toit, au fond d'un fossé.

Les policiers se précipitent vers la voiture accidentée. Puis, un policier prévient ses collègues: «Il a un couteau! Il a un couteau!», crie-t-il.

Puis, les moments qui suivent sont entrecoupés de silence, de bruits sourds et de cris. C'est pendant ces quelques secondes que le suspect, armé d'un long couteau, tombe sous les balles des policiers.

L'un des patrouilleurs demande à plusieurs reprises qu'une ambulance se rende sur place. «Des coups de feu, ça prend une ambulance!», lance-t-il.

Martin Couture-Rouleau a été atteint par de nombreux projectiles et n'a pas survécu à ses graves blessures.

Au total, il se sera écoulé seulement sept minutes entre le début de la poursuite policière et la mort du suspect.

Couture-Rouleau avait été pris en chasse après avoir volontairement heurté, lundi, deux militaires dans le terrain de stationnement d'un centre commercial.

L'une des deux victimes a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Selon nos informations, l'adjudant Patrice Vincent, 53 ans, a été gardé en vie artificiellement pendant un certain temps afin de pouvoir faire don de ses organes.

Ce n'est que mardi matin que les autorités ont officiellement confirmé son décès.

Commentaires