/misc
Navigation

Élection partielle dans Lévis: Le PQ au plus bas?

Coup d'oeil sur cet article

levis partielle

L'élection partielle dans la circonscription de Lévis n'a pas créé de surprise. Je n'avais même pas couvert cette élection tant il était quasiment assuré que la CAQ conserverait son siège (victoire en avril et les sondages montraient la CAQ en progression).

Mais ce qui faisait office de nouvelles hier soir sur presque tous les médias était le résultat très faible du PQ. Avec seulement 8% des votes, la formation souverainiste se retrouve en effet bien loin des deux autres partis. Cependant, je ne suis pas sûr que l'on devrait y voir un quelconque message autre que celui déjà fournis par les sondages nationaux.

Regardons les résultats dans Lévis lors de l'élection générale du 7 avril dernier et hier soir:

7 avril 20 octobre
PLQ 34.9 32.5
PQ 16.6 8.3
CAQ 40.5 46.8
QS 6.2 7.7
participation 75% 46.30%
Le PLQ est stable alors que le PQ perd 7-8 points au profit de la CAQ. À première vue, la situation semble en effet très mauvaise pour le PQ. Si on parle en proportions, le PQ aurait ainsi perdu la moitié de ses appuis dans Lévis! Extrapolé à l'échelle de la province, le PQ se retrouverait probablement avec seulement 2 sièges.

Cependant, souvenons-nous que le PQ avait obtenu 25.4% des votes lors de l'élection générales. Or, les sondages montrent le PQ plutôt aux alentours des 20%, alors que la CAQ aurait grimpé à près de 30%. Si on applique un simple modèle de variation uniforme, on voit que le PQ serait ainsi projeté à seulement 11-12% dans Lévis.

De plus, la participation n'a pas été catastrophique pour une partielle (surtout une partielle seulement quelques mois après l'élection générale), mais le 46% est loin derrière le 75% d'avril dernier. Il est tout à fait raisonnable de penser que le PQ a été affecté différemment par cette baisse que le PLQ ou la CAQ. Pour cette dernière en particulier, conserver le siège donnait naturellement de la motivation à ses électeurs. En même temps, il ne faudrait pas non plus prétendre que seuls les électeurs péquistes sont restés chez eux. Faisons un petit calcul: la participation a baissé de 40% (ou, si vous préférez, ne représentait que 60% de la participation d'avril dernier). Si tous les partis étaient affectés de la même manière, cela ne causerait aucun problème. Imaginons que le PQ ait été affecté 1.5 fois davantage que la moyenne (les raisons sont multiples: pas de chef, aucune chance de gagner ce comté, etc). Cela voudrait dire qu'alors que 60% des électeurs CAQ du 7 avril se seraient présentés aux urnes hier, seulement 40% des électeurs péquistes se seraient déplacés. Dans ce cas, la projection placerait le PQ vers les 8-9%. Exactement le résultat d'hier!

Bien sûr, il y a des hypothèses dans ce petit calcul, mais cela montre que l'on peut facilement expliquer la performance de ce parti dans la partielle de Lévis par une combinaison de baisse générale à l'échelle de la province (environ 5 points) ainsi qu'une absence de motivation pour les électeurs de ce parti. Mais ce que cela signifie vraiment c'est que non, le PQ n'a probablement pas perdu la moitié de ses votes d'avril. Et non le résultat dans cette partielle n'est pas vraiment indicatif ou informatif de quoique ce soit. Pas davantage que ce que les sondages provinciaux nous ont déjà montré récemment.

Après, soyons clairs, le PQ est probablement à seulement 20% à l'échelle de la province. Cela place ce parti en 3e position, tant dans la population générale que chez les francophones. C'est un score incroyablement bas et la formation souverainiste est bien, bien loin de pouvoir espérer reprendre le pouvoir. Mais si l'on tient compte de l'absence de chef et d'autres facteurs, le PQ n'est pas non plus en train de s'écrouler.

8 commentaire(s)

François 1 dit :
21 octobre 2014 à 4 h 54 min

Le PQ est fini. FI-NI!!!

Et c'est tant mieux.

Gilles Bousquet dit :
21 octobre 2014 à 9 h 08 min

Les votes du PQ et de Québec solidaire, 2 partis séparatistes, totalisent 14 % environ. Ou les séparatistes ne vont pas voter ou le séparatisme est en perte de vitesse ou les séparatistes sont virés fédéralistes ou une partie de ces 3 réponses. Nos séparatistes vont devoir réfléchir à moderniser leur option constitutionnelle pour la placer au goût du jour d'une l'Amérique francophone.

Pouec dit :
21 octobre 2014 à 9 h 43 min

le fond ça va mais pour le style, vous écrivez avec vos pieds ou quoi ? le "calcule", la "combination"... Respectez votre boulot quand même !

alain maronani dit :
21 octobre 2014 à 10 h 25 min

C'est une élection partielle va dire le PQ...

Bien sûr, pas de dirigeant, une représentation a L'AN plutôt calamiteuse, les bévues a répétition du Messie, mais ceux qui au PQ pensent qu'il faut annoncer la tenue d'un référendum lors d'un premier mandat, voire une élection référendaire (on croit rêver...) devraient réfléchir un peu plus...

Il ne faut pas oublier de mentionner le score lamentable des intentions de vote pour le Bloc et la persistence des votes pour le NDP, 2 tendances lourdes qui ne semblent absolument pas infirmer le résultat d'hier...

Reprendre le pouvoir en 2018, je sais c'est loin, ne s'annonce pas une partie de plaisir...

Guy Desjardins dit :
21 octobre 2014 à 11 h 05 min

Le PQ est un parti moribond depuis le 7 avril. PKP qui devait être le sauveur de la nation est devenu le fossoyeur du PQ. Je crois que M. Legault devrait tenter de recruter quelques députés Péquistes qui ne croient plus en la séparation et qui veulent travailler pour tous les Québécois et une ligne de conduite cohérente en plus de former la première opposition qui serait à mon avis beaucoup plus pertinente. De toute façon le PQ depuis le 7 avril est en dégringolade et les Québécois(es) ne solicittent plus leur présence au Gouvernement. Ils ont tenter et perdu la confiance des gens avec leurs chicannes internes ainsi que le Bloc au Fédéral.. La preuve est que dans le comté de Lévis, les citoyens ont ignorés leurs présences et le PLQ est en haute surveillance. Alors pour les trois ans et demi qu'il reste avant les élections générales, il serait intéressant de voir la CAQ en première opposition pour avoir plus de temps pour des questions pertinentes à l'Assemblée nationale. Félicitations aux citoyens de Lévis d'avoir choisi M. Paradis pour les représenter.

max laf dit :
21 octobre 2014 à 12 h 07 min

serieusement tout le monde ce dois de s'avoir que lors d'un election partiel ya TOUJOURS que 2 joueurs le sortant et celui qui peux le battre statégiquement selon moi cet article est un non lieux et il n'y a aucune conclusion a tirrer de cet election partiel !

Gagnon jean claude dit :
21 octobre 2014 à 13 h 15 min

Comme notre langue et ce que nous sommes ...y en a ici qui ne savent même d ou ils viennent...ils ne savent même pas quelle langue ils parlent...de voir disparaître ce que nos ancêtres ont tellement combattu leur fait dans le fond plaisir...et que rire à s en tordre les boyaux quant on lit une insanité comme celle-ci: placer l option d avoir un pays comme 204 autres Nations et de vouloir placer la francophonie au goût du jour dans une Amérique francophone...parfois vaut mieux en rire...

Samuel Loranger dit :
21 octobre 2014 à 19 h 10 min

Pour ceux qui disent que c'est la question de la souveraineté qui est en train de détruire le PQ, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais le PQ a commencé à chuter de façon générale depuis qu'il a quasi-abandonné la question, avec Lucien Bouchard. Plus récemment, au début de la dernière campagne électorale, les péquistes n'hésitaient pas à parler de souveraineté alors qu'ils étaient au top, et même après Péladeau, un temps, les intentions de vote pour le PQ sont restées stables. C'est quand le PQ a abandonné la question de la souveraineté qu'il s'est mit à chuter drastiquement. Si on recule plus loin, avant le référendum de 1995, les appuis à la souveraineté étaient loin d'être suffisants pour remporter un référendum. En 1 mois de campagne référendaire, ils ont presque gagné. Même phénomène en Écosse. Autant d'exemples qui prouvent, contrairement à ce qu'avancent les fédéralistes, que plus on parle de souveraineté, plus l'idée devient populaire.

Le dernier sondage met l'appui à la souveraineté à 40% alors qu'à peine 20% des Québécois voteraient pour le PQ! Alors le PQ s'est détruit lui-même non pas en parlant de souveraineté, mais en n'en parlant pas! Il y a des années que le PQ essaie de s'attirer le vote à la fois des souverainistes et des fédéralistes. En faisant cela, ils ne réussissent qu'à s'éloigner le vote des souverainistes sans s'attirer le vote des fédéralistes, et ils font s’essouffler le mouvement indépendantiste dont ils devraient être les moteurs!

Les fédéralistes, contrairement à la croyance populaire, ne représentent qu'une toute petite minorité de la population. La réalité, c'est que la majorité des gens sont indécis (mais les indécis sont porté à dire non dans les sondages), et si on veut les convaincre les indécis, IL FAUT PARLER DE SOUVERAINETÉ. Et quand je dis parler de souveraineté, c'est avec des ARGUMENTS, et en faisant toujours le lien avec ce projet et les questions politiques qui préoccupent les gens.