/news/currentevents
Navigation
Radicalisation de Martin Couture-Rouleau

Le système en place a «bien fonctionné»

CRI-QUE-SUSPECT-SHOT
Photo Maxime Deland / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le président de la firme de sécurité SIRCO estime que les autorités n’auraient pas pu faire davantage pour empêcher Martin Couture-Rouleau de passer à l'acte.

«Selon ce qu'on sait jusqu'à maintenant, l'appareil a bien fonctionné», a déclaré Claude Sarrazin à TVA Nouvelles. «C'était un sujet d'intérêt, quelqu'un qui s'était radicalisé. Si on regarde les lois que les policiers peuvent utiliser pour combattre ce fléau, il n'y en a pas qui donne le droit d'agir si tu penses que le gars va commettre une infraction», a-t-il ajouté.

«Les juges ne reconnaissent pas la clairvoyance. Devant un tribunal, qu'est-ce qu'on a à dire? On arrive là et on dit: Je voudrais un mandat d'arrestation pour ce monsieur parce que je pense que peut-être [il va commettre un acte criminel]», s’est-il interrogé.

Le président du Groupe SIRCO a affirmé qu'à la lumière des premières informations, rien ne permettait de conclure à l'imminence d'un tel geste.

«Dans ce cas-ci, on n'a rien pour démontrer quoi que ce soit. Le gars n'a pas acheté de munitions, il n'a pas stocké des armes ou essayé de fabriquer des bombes; il n'y a rien. Même s'il avait été sur filature au moment où ça s'est produit, ils [les agents] n'auraient rien pu faire. Jusqu'à tant qu'il les frappe, on ne peut pas le prévoir.»

Sujet d'intérêt

On a appris lundi que Martin Couture-Rouleau était connu des services de renseignement; information confirmée par la Gendarmerie royale du Canada dont l'«équipe intégrée de sécurité nationale» était informée de la radicalisation du jeune homme.

«C'est sûr qu'après des recherches répétées, à un moment donné, vous allez tomber sur le radar des agences de renseignement. À partir du moment où vous vous exposez vous-même, ça allume une lumière rouge, mais la personne est juste un sujet d'intérêt», a précisé toutefois Claude Sarrazin, indiquant qu'un niveau de risque est par la suite associé à chaque individu.

Commentaires