/news/politics
Navigation
Chine

Chine: Couillard en mission pour vendre son Plan Nord

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.
Photo Archives / Agence QMI Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard s'est envolé vendredi pour la Chine avec quatre homologues provinciaux où il tentera de vendre le Plan Nord aux Chinois. Pour cette mission, le premier ministre est accompagné d'une importante délégation québécoise.

D'ici 10 ans, la Chine pourrait devenir la première économie mondiale en terme de PIB. C'est le deuxième partenaire du Québec après les États-Unis avec des milliards de dollars d'échanges commerciaux par année.

«On a eu des manifestations d'intérêt à partir de l'ambassade et du consulat de Chine, ici, sur le Plan Nord, et là-bas, les gens veulent nous entendre en parler, quels sont nos plans, comment on va faire le développement», explique le premier ministre.

Une délégation de 150 représentants d'affaires québécois accompagnera le premier ministre pendant une semaine.

«Notre travail consiste à ouvrir la porte qu'un entrepreneur n'ouvrirait pas seul», de dire le ministre de l'Économie et l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust.

Le ministre Daoust compte multiplier les rencontres dans les secteurs de l'aéronautique, de la recherche, de l'éducation et même de la culture.

Mais surtout, il veut rassurer les investisseurs chinois sur la relance du Plan Nord et le secteur minier, puisqu'au moins trois géants chinois s'intéressent à notre minerai de fer.

Rappelons que la Chine fabrique 50% de l'acier dans le monde, ce qui en fait le plus grand producteur. En 2012, les exportations québécoises ont atteint les 800 millions $.

«Comme le secteur minier actuellement est bas parce que le prix des métaux est bas, c'est le temps de placer des choses et faire en sorte que quand le marché repartira, on soit prêts», ajoute M. Daoust.

Première destination: Shanghai, pour se rendre ensuite à Pékin, en passant par la province de Shandong. Si le Québec ne peut se passer de ce marché de près d'un milliard d'habitants, Philippe Couillard veut convaincre aussi les investisseurs chinois qu'ils ne peuvent pas, non plus, se passer du Québec.

Commentaires