/lifestyle/techno
Navigation
Taxis

UberX un service «illégal», selon le maire Coderre

UberX un service «illégal», selon le maire Coderre
Photo Christopher Nardi / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le maire Denis Coderre considère «illégale» et pourrait entamer des procédures contre l’application UberX, qui a été lancée mercredi et permet à tous les automobilistes de devenir chauffeurs de taxi.
 
En point de presse, le maire s’en est pris fortement contre le nouveau service.
 
«Je suis pour le covoiturage, mais c’est une activité commerciale. C’est du transport illégal, carrément. […] On ne peut pas juste arriver comme un cheveu sur la soupe», s’est insurgé M. Coderre.
 
Celui-ci a indiqué qu’il rencontrerait d’autres membres du comité exécutif ainsi que le ministre des Transports afin de décider comment procéderait la Ville dans le dossier.
 
M. Coderre a même laissé la porte ouverte à d’éventuelles poursuites contre l’entreprise américaine.
 
«On va évaluer toutes les options», a répondu le maire.
 
Plus sécuritaire?
 
UberX est une application pour téléphone intelligent qui permet à tous les automobilistes de devenir chauffeurs de taxi. Il suffit d’activer l’application, de se mettre en disponibilité et attendre qu’un client à
proximité réclame une course.
 
Les intéressés ont toutefois certains critères à remplir avant de pouvoir devenir chauffeurs. Parmi les exigences, le chauffeur ne doit pas avoir d’antécédent criminel. L’entreprise dit faire affaire avec une firme externe pour procéder à la vérification des dossiers de nouveaux chauffeurs.
 
Une telle vérification n’est pas effectuée par le Bureau du taxi de Montréal, qui admet ne pas enquêter sur les antécédents d’un chauffeur avant d’octroyer un permis.
 
Le maire de Montréal a toutefois émis un doute quant à la légitimité de ce processus.
 
«Est-ce qu’ils ont des moyens de vérifier des renseignements personnels qu’on n’a pas, nous? Ce sont des questions qui sont légitimes», s’est insurgé M. Coderre.
 
Pour faire partie de la flotte Uber, chaque véhicule doit être inspecté et avoir moins de 10 ans. De plus, un chauffeur potentiel doit avoir un excellent dossier auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).
 
Un système d’évaluation permet aux clients de donner une note sur cinq à leur chauffeur à la fin d’une course. Si celui-ci atteint une note trop basse, Uber pourra lui retirer ses accès
 
Taxi citoyen
 
Le directeur général d’Uber Montréal, Jean-Nicolas Guillemette promet que le service permettra de réduire le coût d’un transport en taxi. L’entreprise vante un prix de base de 2,75 $ auquel s’ajoutent 40 sous par minute ou 90 cents par kilomètre. Cela représente une chute significative comparativement taux régulier de l’industrie qui exige 3,45 $ au départ et 1,70 $ par kilomètre.
 
«En moyenne, les courses seront 30 % moins chères », a souligné M. Guillemette, ajoutant avoir déjà «quelques dizaines» de chauffeurs inscrits au service.

 

Commentaires