/sports/football/alouettes
Navigation
Chad Johnson

Chad Johnson a-t-il joué son dernier match ?

Présentation publique de l'équipe des Alouettes
Photo d'archives On ne sait pas ce que l’avenir réserve à Chad Johnson, mais si les Alouettes ont décidé de le garder dans leur entourage, c’est surtout en raison de son attitude à l’endroit de ses coéquipiers et de ses entraîneurs.

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce qu’on reverra Chad Johnson dans l’uniforme des Alouettes d’ici à la fin de la saison 2014 ?

Est-ce qu’on reverra Chad Johnson dans l’uniforme des Alouettes d’ici à la fin de la saison 2014 ?

C’est la question qu’il faut se poser alors que la formation montréalaise s’est remise à gagner avec régularité sans qu’il contribue de près ou de loin.

De plus, Brandon London a profité de son absence des dernières semaines pour se rendre indispensable aux yeux de ses entraîneurs avec de bonnes performances.

Johnson, qui a signé une entente de deux ans avec les Alouettes lors de la dernière saison morte, n’a rien cassé depuis son arrivée dans la LCF. Il n’a capté que sept passes pour 151 verges et un touché en quatre rencontres. Lors des autres matchs, il a été invisible sur le terrain.

Des statistiques qui sont à des années lumière de celles qu’il a amassées durant ses belles années dans la NFL.

«Je crois que les amateurs avaient des attentes trop élevées envers lui quand il a posé le pied à Montréal, a expliqué le directeur général Jim Popp lors d’une entrevue avec le Journal.

«De notre côté, il était clair, dès le départ, qu’il aurait un rôle secondaire au sein de notre attaque aérienne et que nos pierres angulaires étaient Duron Carton et S.J. Green.»

Pas une distraction

Plus tôt cette saison, Popp n’a pas hésité à libérer le quart Troy Smith en raison de ses contre-performances. Il faut croire qu’il n’aura pas la même approche dans le cas de Johnson.

«On veut attendre à la fin de la campagne afin de s’asseoir avec Chad. On prendra une décision par la suite», a indiqué Popp.

Si Johnson n’a pas été remercié jusqu’à présent, c’est surtout en raison de son attitude à l’endroit de ses coéquipiers et de ses entraîneurs.

«Même s’il a connu certaines difficultés, il a toujours été professionnel dans sa façon de travailler et dans ses interactions. Il ne s’est jamais plaint de sa situation, a souligné le directeur général. Il a continué de bûcher afin de se sortir du pétrin.

«Il est loin d’être une distraction dans le vestiaire comme certains voudraient bien le prétendre.»

Encore une recrue

Quand un joueur arrive en provenance de la NFL, il doit traverser un processus d’apprentissage qui peut prendre un certain temps.

En raison de l’instabilité au niveau de l’équipe d’entraîneurs à l’attaque et des quarts, celui de Chad Johnson a été plus long que prévu.

Pour ceux qui se le demandent, Chris Rainey s’est adapté plus rapidement que lui, car la structure interne de l’offensive était bien installée quand il a effectué ses premiers pas avec les Alouettes.

«Il ne faut pas oublier qu’il (Johnson) est encore une recrue dans la LCF et c’est un circuit assez différent de la NFL, a souligné le coordonnateur Ryan Dinwiddie.

«Même s’il est âgé de 36 ans, je suis convaincu qu’il peut encore s’améliorer et qu’il y a encore quelque chose à faire avec lui.»

Johnson sera encore sur les lignes de côté, demain, contre Toronto. Par contre, si les Alouettes obtiennent une place éliminatoire, il ne faudrait pas se surprendre que Dinwiddie donne quelques répétitions à son célèbre receveur lors du dernier match de la saison régulière à Hamilton.

 

Commentaires