/lifestyle/food
Navigation
Les vins

Du vin et des chiffres

Du vin et des chiffres

Coup d'oeil sur cet article

Du vin et des chiffres
Vin plaisir
pour offrir ou se faire plaisir
Domaine de Villeneuve 2012
Vieilles Vignes,
Châteauneuf-du-Pape,
14,5 %, France
Type : vin rouge
Code : 111884913
Prix : 59 $
 
J’ai été charmé par l’élégance de ce châteauneuf-du-pape, loin de certains mastodontes de l’appellation qui, j’ose le dire, «sombrent» souvent dans l’alcool. Ici, au contraire, ses 14,5 degrés ne nuisent ni à sa fraîcheur ni à son équilibre. Le domaine ne produit qu’une seule cuvée de châteauneuf-du-pape et c’est celle-ci. Pour avoir eu la chance d’en goûter, récemment, le millésime 1996, je peux vous assurer que ce vin évolue en grâce, en sagesse et en beauté.
[★★★1/2 | $$$$1/2]
Les vins
Collaboration spéciale
Si je vous pose la question : «Quel est le pays qui consomme le plus de vin par habitant ?» vous répondez quoi? La France, l’Italie, L’Espagne?

Vous avez tout faux. Avec sa consommation de 73,18 litres par habitant, c’est le Vatican.

Rigolo, quand même, non? D’où je sors ces chiffres? D’une étude menée le California Wine Institute, en 2012, et qu’a remis au goût du jour, récemment, le site Bonial.fr, un service multiplateformes d’information commerciale français.

En toute honnêteté, je dois dire que dans cette étude, même si c’est effectivement le Vatican qui arrive dans les faits en tête de ce classement, l’État pontifical n’a pas été retenu.

Le Wine Institute l’a exclu d’emblée, expliquant que, «pour des raisons techniques et de pertinence des données, seuls les pays de plus de 300 000 habitants» ont été intégrés dans le classement.

Comment, malgré tout, expliquer ce score? On invoque le fait qu’avec ses 920 habitants, principalement des gens âgés, mais surtout en raison de son régime fiscal avantageux ( le Vatican vend du vin en ligne), la Cité-État «consomme» officiellement beaucoup de vin, si on ne s’en tient qu’aux chiffres de vente.

Me semblait bien aussi, car il a beau s’en dire de la messe au Vatican (et qui dit «messe» dit forcément «vin de messe»), on n’y retrouve quand même pas que des alcoolos.

La France

Alors, quel est le pays où on consomme réellement le plus de vin par habitant? C’est la France (44,2 L / par habitant), suivie, dans l’ordre, par la Slovénie (43,3 L), la Croatie (42,6 L), la Macédoine (41,5 L), le Portugal (40,9 L), la Suisse (40,4 L ), l’Italie (37,5 L), l’Autriche (31,9 L), l’Uruguay (28,2 L) et la Grèce (28,2 L ) pour ne nommer que les dix premiers.

Le Canada se classe 33e (12,2 L) et les États-Unis 38e (10,4 L).

Et au Canada, c’est au Québec où on boit le plus de vin (24,3 L), ce qui fait que si nous étions un pays, nous serions quelque part entre la Belgique et l’Allemagne (autour du 12e et 13e rang).

En France, c’est dans le Val de Loire où le pourcentage de la population buvant du vin de façon hebdomadaire est le plus important (43,5 %), suivi de la région du Midi-Pyrénées (42,4 % ) et du Languedoc-Roussillon (41,6 %).

Et puisqu’on parle de chiffres, je souligne que la France est redevenue en 2014 le plus gros producteur de vin au monde, selon les chiffres publiés récemment par l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) avec 46,2 millions d’hectolitres.

La France a repris cette première place à l’Italie, qui est maintenant deuxième, tandis que l’Espagne reste bonne troisième et que (c’est quand même étonnant) les États-Unis se retrouvent quatrième.

Voilà. Mais tous ces chiffres m’ont donné «grand soif», comme dirait Jacouille.

Recommandations
Perrin Nature 2011, Côtes-du-Rhône 2011, Famille Perrin (19,95 $): dès l’ouverture de la bouteille, on constate vite que le vin a impérativement besoin d’air ; ce n’est qu’après un passage en carafe qu’il montre sa jolie matière ; moyennement corsé, un brin rustique, c’est un bon compagnon pour la table (côtelettes d’agneau, tiens).
Château La Branne 2009, Médoc, Cru Bourgeois (21 $): voilà un bordeaux au répertoire général qui livre la marchandise, comme on dit familièrement. Début d’évolution de la couleur au pourtour du verre, un rien de torréfaction au nez avec des nuances de fleurs fanées ; bouche fondue, souple et ronde, plutôt corsée, avec de belles saveurs de bordeaux à maturité, sur des accents de moka et (un peu) de réglisse. Franchement savoureux (56 % merlot-44 % cabernet sauvignon).
Dehesa la Grãnja 2007, Castilla y Leon, Alejandro Fernandez (22,65 $): nez retenu et bouche muette dans un premier temps, le vin a absolument besoin d’être passé en carafe pour se livrer, lui aussi. Le paysage gustatif s’ouvre alors sur des arômes tertiaires discrets, tandis que la bouche est souple, moyennement corsée, avec quand même du nerf dans le talon. Vin de caractère, il a sa place à table ; sur des grillades, par exemple.
Beni di Batasiolo 2010, Barolo (29,65 $): le millésime a beau avoir été moyen dans le Piémont, ce barolo tire malgré tout très bien son épingle du jeu. Joli nez sur la cerise avec des nuances florales. La bouche a de la mâche, de la substance, il prend de l’ampleur à l’aération et garde sa fraîcheur malgré ses 14 degrés. On fait ici, à bon prix, une authentique «expérience» de barolo.
Perrin Nature 2011
Côtes-du-Rhône,
Famille Perron,
14 %, France
Prix : 19,95 $
Code : 00918821
[ ★★1/2 | $ $ ]
Château La Branne 2009
Médoc, Cru Bourgeois,
Ginestet,
14 %, France
Prix : 21 $
Code : 11975532
[★★1/2 | $$1/2]
Dehesa la Grãnja 2007
Castilla y Leon,
Alejandro Fernandez,
14 %, Espagne
Prix : 22,65 $
Code : 00928036
[★★1/2 | $$1/2]
Beni di Batasiolo 2010
Barolo,
14 %, Italie
Prix : 29,65 $
Code : 10856777
[ ★★★ | $$$1/2 ]
correct
★★
bon
★★★
très bon
★★★★
excellent
★★★★★
exceptionnel
Plus d’étoiles que de dollars : vaut largement son prix.
Autant d’étoiles que de dollars : vaut son prix.
Moins d’étoiles que de dollars : le vin est cher.
www.saq.com
514 254-2020
1 866 873-2020

Si je vous pose la question : «Quel est le pays qui consomme le plus de vin par habitant ?» vous répondez quoi? La France, l’Italie, L’Espagne?

Vous avez tout faux. Avec sa consommation de 73,18 litres par habitant, c’est le Vatican.

Rigolo, quand même, non? D’où je sors ces chiffres? D’une étude menée le California Wine Institute, en 2012, et qu’a remis au goût du jour, récemment, le site Bonial.fr, un service multiplateformes d’information commerciale français.

En toute honnêteté, je dois dire que dans cette étude, même si c’est effectivement le Vatican qui arrive dans les faits en tête de ce classement, l’État pontifical n’a pas été retenu.

Le Wine Institute l’a exclu d’emblée, expliquant que, «pour des raisons techniques et de pertinence des données, seuls les pays de plus de 300 000 habitants» ont été intégrés dans le classement.

Comment, malgré tout, expliquer ce score? On invoque le fait qu’avec ses 920 habitants, principalement des gens âgés, mais surtout en raison de son régime fiscal avantageux ( le Vatican vend du vin en ligne), la Cité-État «consomme» officiellement beaucoup de vin, si on ne s’en tient qu’aux chiffres de vente.

Me semblait bien aussi, car il a beau s’en dire de la messe au Vatican (et qui dit «messe» dit forcément «vin de messe»), on n’y retrouve quand même pas que des alcoolos.

La France

Alors, quel est le pays où on consomme réellement le plus de vin par habitant? C’est la France (44,2 L / par habitant), suivie, dans l’ordre, par la Slovénie (43,3 L), la Croatie (42,6 L), la Macédoine (41,5 L), le Portugal (40,9 L), la Suisse (40,4 L ), l’Italie (37,5 L), l’Autriche (31,9 L), l’Uruguay (28,2 L) et la Grèce (28,2 L ) pour ne nommer que les dix premiers.

Le Canada se classe 33e (12,2 L) et les États-Unis 38e (10,4 L).

Et au Canada, c’est au Québec où on boit le plus de vin (24,3 L), ce qui fait que si nous étions un pays, nous serions quelque part entre la Belgique et l’Allemagne (autour du 12e et 13e rang).

En France, c’est dans le Val de Loire où le pourcentage de la population buvant du vin de façon hebdomadaire est le plus important (43,5 %), suivi de la région du Midi-Pyrénées (42,4 % ) et du Languedoc-Roussillon (41,6 %).

Et puisqu’on parle de chiffres, je souligne que la France est redevenue en 2014 le plus gros producteur de vin au monde, selon les chiffres publiés récemment par l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) avec 46,2 millions d’hectolitres.

La France a repris cette première place à l’Italie, qui est maintenant deuxième, tandis que l’Espagne reste bonne troisième et que (c’est quand même étonnant) les États-Unis se retrouvent quatrième.

Voilà. Mais tous ces chiffres m’ont donné «grand soif», comme dirait Jacouille.

Recommandations

► Perrin Nature 2011, Côtes-du-Rhône 2011, Famille Perrin (19,95 $): dès l’ouverture de la bouteille, on constate vite que le vin a impérativement besoin d’air ; ce n’est qu’après un passage en carafe qu’il montre sa jolie matière ; moyennement corsé, un brin rustique, c’est un bon compagnon pour la table (côtelettes d’agneau, tiens).

► Château La Branne 2009, Médoc, Cru Bourgeois (21 $): voilà un bordeaux au répertoire général qui livre la marchandise, comme on dit familièrement. Début d’évolution de la couleur au pourtour du verre, un rien de torréfaction au nez avec des nuances de fleurs fanées ; bouche fondue, souple et ronde, plutôt corsée, avec de belles saveurs de bordeaux à maturité, sur des accents de moka et (un peu) de réglisse. Franchement savoureux (56 % merlot-44 % cabernet sauvignon).

► Dehesa la Grãnja 2007, Castilla y Leon, Alejandro Fernandez (22,65 $): nez retenu et bouche muette dans un premier temps, le vin a absolument besoin d’être passé en carafe pour se livrer, lui aussi. Le paysage gustatif s’ouvre alors sur des arômes tertiaires discrets, tandis que la bouche est souple, moyennement corsée, avec quand même du nerf dans le talon. Vin de caractère, il a sa place à table ; sur des grillades, par exemple.

► Beni di Batasiolo 2010, Barolo (29,65 $): le millésime a beau avoir été moyen dans le Piémont, ce barolo tire malgré tout très bien son épingle du jeu. Joli nez sur la cerise avec des nuances florales. La bouche a de la mâche, de la substance, il prend de l’ampleur à l’aération et garde sa fraîcheur malgré ses 14 degrés. On fait ici, à bon prix, une authentique «expérience» de barolo.

 
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.