/news
Navigation
Les étudiants étrangers

Les étudiants étrangers: un «apport inestimable» au développement du Québec

bloc situation education
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

«Les étudiants étrangers sont un apport inestimable au développement du Québec», a affirmé Sylvie Beauchamp, la présidente de l’Assemblée des gouverneurs de l’Université du Québec, dans une lettre ouverte publiée vendredi.

Cette prise de position fait écho aux différents scénarios évalués par le gouvernement Couillard concernant les politiques de droits de scolarité appliquées aux étudiants étrangers dans les universités québécoises. Ainsi, la fin de la réciprocité avec la France est discutée, ainsi que la possibilité d’une déréglementation complète des montants exigés pour accueillir les étudiants étrangers.

«À travers leur apport intellectuel et scientifique, leurs interactions en classe et leur participation aux travaux d’équipe, les étudiants étrangers contribuent à l’ouverture sur le monde de leurs confrères québécois», a souligné Sylvie Beauchamp. Par ailleurs, elle a indiqué que ces diplômés peuvent aussi constituer une main-d’œuvre qualifiée, formée au Québec et déjà bien intégrée à leur société d’accueil.

Elle conclut sa lettre en affirmant que : «C’est en préservant une approche ouverte sur le monde que l’on pourra continuer d’attirer ici des étudiants, tant dans nos établissements francophones qu’anglophones, permettant ainsi à chacune de nos universités, et à toutes les régions du Québec, de bénéficier pleinement de l’internationalisation du savoir. Nous avons tous à y gagner».

Selon des fiches d’information publiées vendredi par l’Université du Québec, les étudiants étrangers apportent 1 milliard $ par an à l’économie québécoise, comparativement aux 174 millions $ que le gouvernement du Québec verse pour eux annuellement aux universités (subventions versées moins les montants récupérés).

«Chaque fois qu’un étudiant étranger choisit de venir étudier ici, nous sommes largement gagnants. C’est vrai même pour les étudiants qui bénéficient d’une bourse d’exemption leur permettant de payer les mêmes droits de scolarité que les Québécois», apprend-on dans l’une de ces fiches.

Commentaires