/news/consumer
Navigation
Consommation

Le « time sharing » frappe encore

Un entrepreneur expérimenté crée ses propres compagnies de distribution et multiplie les appels

Plage
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Armée de nouveaux distributeurs et de nouveaux locaux, une entreprise spécialisée dans le time sharing continue de multiplier les appels afin de convier des voyageurs à une rencontre d’information, sous prétexte qu’ils ont mérité une semaine d’hébergement dans le Sud.

Armée de nouveaux distributeurs et de nouveaux locaux, une entreprise spécialisée dans le time sharing continue de multiplier les appels afin de convier des voyageurs à une rencontre d’information, sous prétexte qu’ils ont mérité une semaine d’hébergement dans le Sud.

Vous étiez d’un événement public cet été et aimez voyager? Vous risquez d’être sélectionné, par téléphone, pour vous évader au soleil. Pour vous prévaloir de cette offre, vous devrez toutefois assister à une réunion, qui se veut au final une présentation de la compagnie RCI, spécialisée dans les forfaits de vacances à points.

Ces rencontres sont organisées par Jean-Sébastien Monette, propriétaire du Groupe Laro Alta (Club vacances toutes saisons). Jusqu’à l’été dernier, il faisait affaire avec Dominic Tessier (VoyagesClub.ca) et Sarah Sullivan (Navillus) pour la vente des forfaits de time sharing.

Vente à pression

Au début de l’été, M. Monette a toutefois remercié ses anciens associés et a créé ses nouvelles entreprises pour pouvoir s’assurer de «faire les choses comme il faut». Au cours des dernières années, des centaines de clients s’estimant floués par de fausses informations et de la vente à pression ont tenté – souvent en vain – de mettre fin à leur contrat de time sharing devant la Cour des petites créances. L’OPC a aussi émis des mises en garde à ce sujet.

Jean-Sébastien Monette a donc fondé ses propres compagnies de distribution, Passion Vacances, à Vanier, et Option Évasion Vacances, à Longueuil. Ces dernières sont enregistrées au nom de sa conjointe. «J’ai trois représentants et c’est moi qui les a entraînés et qui leur a montré comment travailler. C’est moi qui présente et qui signe les contrats», assure-t-il, en entrevue téléphonique.

Céline Dion

Ses nouvelles compagnies utilisent le même modus operandi que les précédentes. Un citoyen a pris part à l’une de ces rencontres et nous a rapporté l’enregistrement de ses échanges survenus avec le représentant de forfaits de vacances à temps partagé, embauché et formé par M. Monette.

Le vendeur explique notamment que Céline Dion a «choisi» et «aime» RCI, qui fête ses 40 ans. Après vérification auprès de l’entourage de la chanteuse, cette affirmation s’est avérée être fausse. Près de deux heures d’entretien plus tard et devant l’hésitation de nos complices, Jean-Sébastien Monette intervient et dépose des offres à rabais, passant d’un forfait de 39 ans à près de 19 000 $ à un forfait de 5 ans pour quelque 6000 $.

Ces promotions sont toutefois offertes uniquement à ce moment. Les clients ont refusé de signer et sont repartis avec un week-end à Orford, qui exige des frais de réservation de 70 $.


Tessier de son côté

N’étant plus sous contrat avec Jean-Sébastien Monette, Dominic Tessier (VoyagesClub.ca) a lancé Voyage Phoenix et ÉvasionPoint.com, deux distributeurs des produits RCI, qui ont pignon sur rue à Gatineau. En 2011, lui et son ancienne entreprise Alarm Cam, ont été condamnés à des amendes de 15 020 $ pour avoir faussement fait miroiter des voyages gratuits à leurs clients.

Revenu Québec

Revenu Québec a déposé le 11 septembre un avis d’hypothèque légale de quelque 175 000 $ sur l’une des résidences de Sarah Sullivan, propriétaire de Navillus. Ses créances s’élèveraient à plus de 231 000 $, selon un jugement de la Cour Supérieure, daté du 28 août. Mme Sullivan affirme de son côté s’être entendue avec Revenu Québec et avoir envoyé une série de chèques pour acquitter sa dette.

Un recours

Des dizaines de clients affirmant avoir signé un contrat avec l’une ou l’autre des entreprises de time sharing à la suite de fausses informations et de vente à pression ont décidé de s’unir. Ils ont trouvé un cabinet d’avocats désireux d’entamer un recours. Le groupe est joignable au voyages clubvictimes@gmail.com.

Pas d’article

Insatisfait du traitement médiatique réservé à ses entreprises de time sharing, Jean-Sébastien Monette ne s’est pas gêné pour invectiver l’auteure de ses lignes. «Vous ne comprenez pas que vous allez juste salir mes entreprises. Pensez-vous que je vais faire de l’argent, grâce à ça?», a-t-il scandé.

 
Commentaires