/investigations/finance
Navigation
Où vont vos impôts?

Une fuite coûteuse pour la SAQ

Les clients qui rapportent des bouteilles d’une autre province ont fait perdre 90 M$ à la société d’État

stcLCBODec5
Photo d'archives L’écart de prix entre les bouteilles de vin vendues dans les magasins du LCBO et ceux de la SAQ peut dépasser les 20 %.

Coup d'oeil sur cet article

De plus en plus de clients de la Société des alcools du Québec (SAQ) achètent des bouteilles de vin à l’extérieur du Québec. Cette fuite a fait perdre 90 millions $ de revenus l’an dernier à la société d’État, a appris Le Journal.

«Ce sont des pertes de revenus estimés», a indiqué hier le porte-parole de la SAQ, Renaud Dugas.

Depuis juillet dernier, il est maintenant légal de rapporter au Québec jusqu’à 12 bouteilles de vin achetées dans une autre province canadienne.

Selon les vins achetés dans les magasins du monopole Liquor Control Board of Ontario (LCBO), le vis-à-vis de la SAQ en sol ontarien, les économies peuvent parfois dépasser les 20 % par bouteille.

Ces écarts de prix incitent de plus en plus de consommateurs québécois à faire leurs achats de vins et de spiritueux du côté ontarien.

En fin de semaine dernière, un voyage organisé à Ottawa par l’animateur du FM 93, Sylvain Bouchard, a permis à plus de 250 personnes de Québec d’aller magasiner à la LCBO.

La société d’État reconnaît qu’elle doit travailler activement ses ventes dans ses magasins de l’Outaouais, une région limitrophe avec l’Ontario.

«Les ventes dans nos succursales de l’Outaouais sont toutefois en hausse», a souligné le porte-parole de la SAQ précisant qu’une partie de cette clientèle pouvait provenir de l’Ontario.

Des stratégies

Pour contrer ces achats d’alcool hors Québec, la SAQ dit avoir mis en place une série de stratégies dans son réseau de succursales, mais également sur le web.

La SAQ cible davantage ses clients dits «connaisseurs» et «passionnés». Une clientèle qui serait très souvent tentée par des séances de magasinage outre frontière.

La SAQ dit avoir augmenté considérablement les offres dans le Courrier vinicole, un catalogue de produits rares et exclusifs destiné aux gros clients de la société d’État.

Lors de la mise en marché de nouveaux arrivages, la SAQ dit avoir aussi haussé les quantités commandées dans ses succursales afin de mieux répondre à la demande de sa clientèle.

Commentaires