/entertainment/tv
Navigation
Concept télé | Se voir à la télévision

Du plus intime au grand public

Coup d'oeil sur cet article

Vous, public télévisuel, êtes de plus en plus sollicités pour participer à des concepts télé. Depuis longtemps, on vous retrouve dans des quiz, puis dans des téléréalités. Cette saison, vous nous livrez des témoignages émouvants ou relevez des défis costauds. Vous faites résolument partie de notre petit écran. Plus que jamais? Peut-être pas.

Vous, public télévisuel, êtes de plus en plus sollicités pour participer à des concepts télé. Depuis longtemps, on vous retrouve dans des quiz, puis dans des téléréalités. Cette saison, vous nous livrez des témoignages émouvants ou relevez des défis costauds. Vous faites résolument partie de notre petit écran. Plus que jamais? Peut-être pas.

«On a toujours eu besoin de se voir à la télé, observe Anouk Bélanger, professeur au département de communication sociale et publique à l’UQAM. Pour se rapprocher du public, les diffuseurs ont rapidement investi son intimité. Déjà quand Allen Funt, premier praticien de la téléréalité en quelque sorte, a créé Candid Camera, le monsieur madame Tout-le-monde avait sa place à la télévision.»

Aujourd’hui, le public fait bonne figure dans tous les types d’émissions. Éric Salvail fait régulièrement du porte-à-porte dans des quartiers de la ville ou sonde souvent les enfants des garderies pour En mode Salvail; principe qu’endossent aussi les animateurs de talkshows américains depuis des lustres. Les vendeurs de bagels autour des studios de David Letterman en ont d’ailleurs beaucoup profité à une certaine époque alors que la caméra entrait presque systématique dans leurs commerces. Les gens dans la rue sont aussi mis à contribution régulièrement dans des segments commandés par Jimmy Kimmel. Les réactions d’enfants face à leurs parents voleurs de bonbons à l’Halloween sont désormais un classique attendu. Et Ellen DeGeneres prend un malin plaisir à faire jouer des membres de son public à des jeux délirants.

La télé pour adolescents regorge aussi de concepts qui les mettent en scène, eux qui ont grandi avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux accueillent avec plaisir et répondent bien aux émissions de type caméra cachée ou épreuves loufoques. Arrange-toi avec ça ou On rit la nuit sur Vrak.tv en sont de bons exemples. Vlog, qu’anime depuis près de 10 ans Dominic Arpin, rejoint chaque semaine plus d’un million de téléspectateurs friands de voir ce que des quidams postent sur la toile.

Déballer son sac

«Pensons aussi aux talkshows d’après-midi qui ont vu le jour évoquant des situations de gens qui ont des faits reprochables qu’on mettait de l’avant, poursuit Anouk Bélanger.» Souvenez-vous des scandales sur le plateau de Geraldo Rivera ou Jerry Springer aux États-Unis? On peut citer aussi toutes les émissions de témoignages à la Oprah Winfrey, ou chez nous, Claire Lamarche. Aujourd’hui, les Dr Phil, Oz et compagnie carburent grâce au public présent même pour aborder des thèmes délicats et intimes.

«Toutes sortes d’émissions mettent en scène des non-professionnels. Ils sont la trame de base, mais leur valeur commune est de susciter des réactions et de l’émotion. Il faut une tension dramatique. Le public aime le drame. La preuve? Nous sommes nombreux à suivre les Jeux olympiques en direct, rapporte Anouk Bélanger.»

Narcissique ou voyeur

Mais, sommes-nous narcissiques ou voyeurs? «Chose certaine, ce qui a beaucoup évolué depuis l’avènement du web et de réseaux sociaux c’est que les gens sont devenus des professionnels de l’autoreprésentation, note la professeur de sociologie. Les gens savent comment se positionner dans une dynamique de groupe. On le voit dans des concepts comme Loft Story, Occupation double ou Un souper presque parfait. Les gens sont conscients de leur image. Ils peuvent endosser des rôles et jouer la méchante ou le stratégique. Créer des alliances. Souvent, les castings sont pensés en ce sens aussi. Ça oblige les concepteurs à faire évoluer les formats afin de continuer à surprendre le téléspectateur.

Ici comme ailleurs est un exemple. On cherche à surprendre dans un cadre différent (aéroport) avec des histoires qui poursuivent la volonté d’offrir une tension dramatique. Ç’a créé une relation d’intimité alors que plusieurs cadres ont été largement utilisés, pensons à la maison, à l’école, à l’hôpital.

Observer ce qui se vit dans des zones très intimes donne une impression de voyeurisme, mais je ne voudrais pas poser de jugement de valeur, ce n’est pas uniquement ça. Certains concepts font réfléchir alors que d’autres ont un mandat de faire dans le spectaculaire extrême (pensons aux téléréalités avec des personnes de petites tailles ou des jeunes filles enceintes). Voir comment les gens réagissent permet au public de se laisser prendre par les émotions et de se questionner sur ce qu’il aurait fait lui-même.»

Télé cheap?

Mais vous voir à la télévision, est-ce une façon de produire des émissions à moindre coût? «Des historiens disent que la téléréalité a pris de l’ampleur lors de la grève des scénaristes (Writers Guild) aux États-Unis. Mais déjà dans les années 80-90, les diffuseurs savaient qu’en impliquant le public, les coûts étaient moins chers. Si c’est le cas pour assurer une programmation sur certaines chaînes, les chaînes spécialisées dont les budgets sont plus restreints, c’est très différent pour les chaînes généralistes qui ont un mandat plus familial, conclut Anouk Bélanger.»

Si un participant à un quiz ou une émission de défis ne coûte rien, des émissions de type variétés mettant en vedette le talent du public peuvent s’avérer plutôt dispendieuses. Ainsi, on écoute Le banquier pour connaître le risque que prendra le concurrent, sa déception ou sa joie suite à son gain ou sa perte, on regarde Un air de famille pour l’émotion que suscite l’interprétation d’une chanson au cœur de gens qui s’aiment, ou La Voix pour la difficulté d’affronter un public, des juges et d’être confronté à la critique, au rejet ou à l’affection puis à la compétition. Des concepts déchirants parfois mais à grand déploiement très certainement.


Les compétitions familiales
  • Un air de famille (Radio-Canada)
  • Le banquier (TVA)
  • Un souper presque parfait (Vtélé)
Les émissions à défis
  • Vol 920 (TVA)
  • Trouve-moi ça (Vtélé)
  • Arrange-toi avec ça (Vrak.tv)
  • On rit la nuit (Vrak.tv)
  • Devine qui vient garder (Canal vie)
Les docus-réalités
  • Ici comme ailleurs (Vtélé)
  • 281 les Dieux de la scène (Moi & cie) 
  • Le sexe selon les sexes (Moi & cie)
  • Les radins (Canal vie)
  • Mamans, gérantes d’estrade (Canal vie)
  • Les accros à Canal vie
Les quiz
  • La guerre des clans (Vtélé)
  • Atomes crochus (Vtélé)
  • Faites-moi confiance (TVA)
  • L’union fait la force (Radio-Canada)
Directement du web
  • VLOG (TVA)
  • Au-delà du clip (Vtélé)
Commentaires