/news/currentevents
Navigation
Saint-Georges

Chauffeur de taxi assassiné

Aucun suspect relativement au meurtre du septuagénaire à Saint-Georges

Coup d'oeil sur cet article

Le mystère plane autour des circonstances du meurtre d’un chauffeur de taxi de 73 ans, Hygin Veilleux, dont le corps inanimé est resté au moins 24 heures dans sa voiture, avant d’être retrouvé hier matin à Saint-Georges, en Beauce.

Le septuagénaire sans histoire a été retrouvé par un collègue inquiet, dans sa voiture de taxi, stationnée devant le 320, 123e Rue. «Je m’approche vers la vitre d’en arrière, je ne voyais rien. À la porte avant, personne au volant, il n’est pas là. Je n’ai pas eu le temps [de partir], je l’aperçois», raconte François Gilbert, également chauffeur pour la compagnie de taxi du Pont, à Saint-Georges de Beauce.

«Il était recroquevillé dans le fond de l’auto du côté droit, à l’avant. Il était complètement plié en deux, les deux pieds sur la console, la tête penchée et les yeux baissés», ajoute-t-il. Aucune trace de violence n’était apparente.

Inquiétude

La victime était attendue au travail. Son absence a rapidement suscité de l’inquiétude chez ses collègues. M. Gilbert dit avoir vu la voiture à plusieurs reprises garée dans la 123e Rue. C’est entre deux transports qu’il a décidé d’arrêter, vers 9 h 15 samedi matin.

«Ça faisait mainte et mainte fois depuis hier [vendredi] après midi et ce matin [samedi] de bonne heure que l’on voyait l’auto là, toute givrée. Ce n’était pas la façon d’agir de notre collègue de travail», enchaîne M. Gilbert.

Mystérieux client

Le témoin raconte que le dernier appel auquel a répondu la victime provenait d’une cabine téléphonique, au coin de la 123e Rue et de la 2e Rue, à une centaine de mètres de la voiture de celle-ci.

Selon lui, M. Veilleux était toujours disponible au premier coup de fil et «très vaillant». Les témoins ont différentes versions au sujet de la période pendant laquelle la voiture est restée stationnée à cet endroit. Certains disent qu’elle s’y trouvait depuis jeudi, d’autres, depuis vendredi.

Un important périmètre de sécurité a été érigé par la Sûreté du Québec, samedi matin. Les services d’identité judiciaire, des crimes contre la personne et criminalistique ont été dépêchés sur les lieux.

Un maître-chien a ratissé le secteur de la cabine téléphonique où l’appel du dernier client de M. Veilleux a été fait.

«On ne connaît pas encore les circonstances, indique Mélanie Dumaresq, porte-parole à la Sûreté du Québec. On va faire la lumière sur les événements.»

Les causes exactes et le moment du décès sont encore inconnus.

 

Commentaires