/news/currentevents
Navigation
Meurtre en Beauce

Meurtre en Beauce: un ami dévasté

Meurtre en Beauce: un ami dévasté
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Deux jours après la découverte du corps d'Hygin Veilleux, 73 ans, dans sa voiture taxi à Saint-Georges, en Beauce, son ami et collègue qui l'a trouvé gisant au fond de son véhicule a toujours de la difficulté à croire ce qui s'est passé.

«Il était en bonne forme. Je n'aurais jamais pensé le voir disparaître si rapidement. Je le pensais presque éternel tellement il était en forme», a confié François Gilbert à TVA Nouvelles.

M. Gilbert connaissait Hygin Veilleux depuis une dizaine d'années, moment où les hommes sont devenus collègues de travail.

«On s'est lié d'amitié très rapidement. C'était un monsieur très sympathique, le fun, qui n'avait pas d'ennemi autour de lui, respecté de tous, travaillant, prêt à dépanner tout le monde de nuit comme de jour», a expliqué le chauffeur de taxi.

Macabre découverte

François Gilbert raconte aussi les circonstances qui l'ont mené à découvrir le corps de son ami victime de meurtre.

«Vendredi, j'ai aperçu sa voiture dans la 123e rue, mais je n'ai pas fait attention. Je me suis dit qu'il avait peut-être eu un appel. Quelques heures plus tard, à la fin de mon quart de travail, j'ai décidé de repasser dans cette rue-là et j'ai revu sa voiture. Je me disais que c'était louche un brin.»

Malgré tout, le chauffeur de taxi est rentré chez lui l'esprit tranquille jusqu'à ce qu'il aperçoive de nouveau la voiture le lendemain matin, les fenêtres givrées.

«J'ai capoté un peu», explique-t-il. «Il était toujours connecté au système, comme si sa voiture était toujours en fonction.»

Comme il devait transporter un client, M. Gilbert ne s'est pas arrêté immédiatement et est revenu sur place un peu plus tard.

«Je me suis stationné derrière son auto. Je suis descendu, j'ai regardé par la vitre de la portière arrière côté conducteur, mais il n'y avait rien. Je me suis avancé à la porte avant, mais à première vue il n'y avait rien sur le siège du conducteur. Finalement, j'ai vu ses deux chaussures sur la console et il était recroquevillé, plié, sur le plancher de l'auto. Je n'ai pas vu de marques de violence», a expliqué celui qui a par la suite communiqué avec la répartition des appels.

Chauffeurs craintifs

Hygin Veilleux a-t-il été victime d'un meurtre gratuit? Chose certaine, plusieurs de ses collègues sont désormais plus inquiets.

«On ne s'imaginait pas pouvoir faire face à une situation comme ça. C'est une petite localité et on ne voyait pas de danger à ce point de vue. Ça nous a bouleversés et plusieurs sont craintifs depuis hier», a conclu M. Gilbert.

Pendant ce temps, le dernier client d'Hygin Veilleux, Jean-François Roy, a été arrêté et fait désormais face à une accusation de meurtre prémédité.

Commentaires