/news/currentevents
Navigation
pétition pour protéger les enfants

Plus de 37 000 signataires: une pétition pour protéger les enfants

Marie-Paule McInnis et Pierre-Hugues Boisvenu.
Capture d'écran / Agence QMI Marie-Paule McInnis et Pierre-Hugues Boisvenu.

Coup d'oeil sur cet article

Une pétition de plus de 37 000 noms en soutien à des victimes d'actes violents et leurs proches, comme l'ex-conjointe de Guy Turcotte, Isabelle Gaston, a été dévoilée jeudi matin à Montréal.

Les signataires réclament des changements au Code criminel, notamment qu'il ne soit plus possible d'évoquer des facteurs atténuants lors de procès pour meurtre d'enfants. Ils demandent aussi qu'on empêche les libérations conditionnelles dans ce genre de cause.

Lancée par l’enseignante de l’Outaouais Sylvia Ribeyro, elle-même victime d'un bourreau d'enfant, la pétition a déjà reçu l'appui du sénateur Pierre-Hugues Boisvenu ainsi que de l'avocat Marc Bellemare, qui étaient présents jeudi à la conférence de presse pour faire connaître cette pétition.

Mme Ribeyro espère que les victimes obtiennent les mêmes droits que les criminels. «Quand ce sont nos politiciens qui sont attaqués par un terroriste, les choses bougent immédiatement, avec raison, a-t-elle expliqué. Mais quand nos enfants sont terrorisés à longueur d'année, des disparitions et des agressions qui ont lieu tous les jours, comment se fait-il que rien ne bouge pour les protéger?» s'est-elle interrogé.

Marie-Paule McInnis a perdu ses deux fils dans un drame familial survenu à Port-Daniel, il y a quelques années. «Merci à mes fils, Jérôme et Justin. Mon amour pour vous a fait en sorte que le respect et la dignité de vos vies sont devenus une quête qui m'amenait jusqu'au bout de moi-même. Pour votre mémoire, je continuerai cette quête jusqu'à mon dernier souffle.»

Le sénateur Boisvenu souhaite déposer la pétition intitulée : «Justice pour les enfants agressés et assassinés», au cours des prochaines semaines au Sénat et à la Chambre des communes.

Commentaires