/opinion/blogs/columnists
Navigation

Sexisme à la télé

Coup d'oeil sur cet article

Karl Stefanovic and Lisa Wilkinson(Photo Today)

Désolé de voir à quel point ses collègues féminines étaient victimes de commentaires agaçants de la part de téléspectateurs à propos de leur apparence, un animateur vedette de la télé australienne, Karl Stefanovic, a fait un test révélateur: pendant un an, il a porté le même habit bleu. Et devinez quoi? C'est passé totalement inaperçu!

Les seules personnes à être au fait de l'expérience étaient Lisa Wilkinson, co-animatrice, de même que la lectrice de nouvelles de la populaire émission Today, à laquelle tous trois appartiennent.

Voilà qui démontre à quel point les femmes ont encore du chemin à faire, dans notre métier de journaliste aussi, pour être considérées au même titre que leurs collègues masculins. Et qui met aussi en lumière à quel point on peut être sévères avec les femmes en ce qui concerne leur apparence physique (le fait que ce soit devenu à peu près la norme de subir des chirurgies chez les actrices hollywoodiennes à partir de la jeune quarantaine si elles ne veulent pas être mises à l'écart le prouve aussi).

On observe également ce phénomène chez les femmes en politique. Combien de fois j'ai entendu des critiques sur le style ou les cheveux de Pauline Marois, alors qu'elle était première ministre, alors que celui des hommes ne fait ni chaud ni froid.

Merci à ma soeur Audrey pour m'avoir envoyé ce lien fort à propos, hélas, dans notre monde dit moderne.

Et vous, vous critiquez souvent les femmes publiques pour leur apparence ou leur style vestimentaire?

 

 

 

 

23 commentaire(s)

Jean dit :
15 novembre 2014 à 17 h 19 min

Pas aucun mot à propos des animatrices de l'émission américaine The Talk, qui, en ondes, ont ri et se sont moqués abondamment, de manière graphique et vulgaire, d'un homme qui s'est fais castré par sa conjointe lors d'un problème de dispute conjugale? S'il faudrait qu'un homme se moque de mutilation génitale féminine, il perdrait son emploi assez vite.

S'il faut chercher à faire des expériences pour prouver du sexisme via les habits (chose qui préoccupe principalement les femmes, en plus), alors oui, il y a beaucoup de chemin à faire dans ce monde dit moderne. Il y a du vrai sexisme fait par les femmes, et vous ne le dénoncez pas.

Luc Papineau dit :
15 novembre 2014 à 17 h 31 min

La cravate! Tout est dans la cravate!

Claude Lavoie dit :
15 novembre 2014 à 18 h 03 min

Le même habit pendant un an? Ses collègues n'ont pas dû toujours trouver ca drôle, côté odeurs ;-)

J-F. Couture dit :
15 novembre 2014 à 19 h 42 min

Quelques femmes ont réglé ce problème en utilisant une tactique similaire. Christiane Charrette est toujours vêtue de noir et personne ne le lui reproche. C'est même devenu sa «marque de commerce». J'ai déjà eu une collègue qui ne portait que des tailleurs foncés qu'elle agrémentait d'une belle broche tirée de sa collection. Elle se faisait souvent complimenter sur ses broches qui détournaient l'attention du fait qu'elle portait presque toujours des tailleurs de même coupe et de mêmes tons.

Mais il est vrai que c'est plus facile pour les hommes J'ai connu des chefs d'entreprise qui ne portaient que des complets bleu ou noir. Ils ne voulaient pas avoir de temps à perdre avec les agencements de couleur. Ils avaient plusieurs exemplaires des mêmes costumes. Il faut quand même savoir qu'ils avaient les moyens d'acheter des complets de toute première qualité. Idem pour chemises et cravates. S'ils s'étaient habillés chez le fripier, c'eût été une tout autre histoire, je suppose.

Pour ma part, je remarque tout autant les fautes de style que de goût, qu'ils soient chez les hommes ou chez les femmes. Et il va sans dire que je remarque aussi les gens bien vêtus.

adicar dit :
15 novembre 2014 à 20 h 45 min

Il n'y a pas qu'a la tété madame! Les femmes, dans le monde entier et dans tous les domaines ont encore beeeeeeeeeaucoup de chemin a faire! Malheureusement!

Denis dit :
15 novembre 2014 à 21 h 41 min

Il y a rien de plus de conventionnel et classique qu'un complet bleu. Il change juste sa cravate. C'est parfait pour passer inaperçu, Personne ne l,a trouvé trop classique , peut-être même ennuyeux ? Non, tout est dans la cravate ?

En politique ? Il est pas rare que des hommes aient pas de style ?

Pour les cheveux de Pauline Marois ? Aimez-vous vous mieux ceux de Jean Charest ? Ou bien avant ceux de RnéLévesque ?

Pour les politiciens, ils sont aussi pas mal tous caricaturés ne fonction de leur apparence physique. Le menton d'untel, le nez d'un autre, la bouche...

Allez voir comment Stéphane Dion était dépeint. Bine oui, ce n'est que son apparence physique et on fait un lien avec sa personnalité. Ce n'est pas pour discuter de mode et qu'est-ce que les journalistes masculins couvrant la politique connaissent à la mode de toute manière ?

Une femme peut avoir plus de goût que la majorité des hommes ou encore avoir plus d'audace vestimentaire. Elle vient mettre de la couleur. Si elle prend mal les critiques, cela ne correspond pas à la profession.

Pour le complet bleu, Aznavour le chante. '' Mon complet bleu, il y a trente ans que je le porte ''

Sexisme, sexisme... Les femmes passent en général plus de temps à faire leur toilette et vont plus souvent chez le coiffeur. Pas toutes, bien sûr. Elles lisent plus sur la mode et la beauté. Le sexisme est présent partout ? Ou alors ce sont des différences normales ?

le mécréant dit :
15 novembre 2014 à 22 h 24 min

La poutre dans l'oeil de ceux qui croient à la légitimité de cette expérience parfaitement stupide: on part toujours du principe que les hommes et les femmes devraient toujours être soumis exactement aux mêmes contraintes, aux mêmes conditions, aux mêmes exigences, aux mêmes regards, aux mêmes usages, etc. Ce n'est pas l'égalité qu'on cherche; c'est l'indifférenciation complète. Moi, je n'ai aucune objection à ce que la coquetterie soit surtout féminine; s'en offusquer, c'est ne pas aimer la féminité.

OzzyMcWhatever dit :
15 novembre 2014 à 23 h 20 min

Alors avant de dire n’importe-quoi comme,

"On observe également ce phénomène chez les femmes en politique. Combien de fois j’ai entendu des critiques sur le style ou les cheveux de Pauline Marois, alors qu’elle était première ministre, alors que celui des hommes ne fait ni chaud ni froid."

Bien non Charest c'est pas fait traité de Mouton a cause de ses cheveux... Barrette avec sont physique...

MFortin dit :
16 novembre 2014 à 7 h 35 min

Les femmes attachent beaucoup d'importance à leur apparence physique. Est-ce mal? Pourquoi en serait-il autrement? Où est le problème?

Réjean Guay dit :
16 novembre 2014 à 8 h 17 min

Oui , je crois que les femmes politiques sont plus scutėes . Par exemple , comment ne pas faire de commentaire sur la coiffure de la conseillère Julie Lemieux ; on dirait qu'elle a une moppe sur la tête et qu'elle vient de sortir de sa douche ! Par ailleurs , les remarques sur la coiffure ont aussi touché le maire de Québec ; celui-ci a changé de coiffure , car plusieurs croyaient qu'il portait une perruque !

Giosling dit :
16 novembre 2014 à 9 h 10 min

Mais c'est quoi ce Men Bashing sur le journal de Montréal ????? Depuis deux ou trois jour le Journal de Montréal s'en prend systématiquement aux hommes dans divers articles, sondages et autres commentaires du genre, même M.Bugingo, qui parlait de faits graves, cherchait a culpabiliser les hommes au lieu de proposer des solutions pour régler le problème de la violence faites aux femmes, en ce sens Mme Ravary avait plus de bon sens avec son article qui explorait des avenues plutôt que de chercher à culpabiliser les hommes.

Mme Gagnon, vous faites ressortir un faux problème pour démontrer le prétendu sexisme des hommes quand il y a fort probablement autant de téléspectatrices qui ont dû critiquer l’apparence de la co-animatrice que de téléspectateurs, mais ça, l'articles ne le dit pas, on englobe tout dans le vocable TÉLÉSPECTATEURS, laissant sous entendre qu'on parle des hommes. C'est drôle de voir qu'on doit placer le masculin et le féminin en tout, comme les politiciens avec leur "Québécois/Québécoises" quand ils font un discourt, mais rendu dans un article sur le sexisme, la distinction n'existe plus, elle disparaît pour ne laisser que la place au masculin, vraiment désolant d'en être rendue là en 2014 presque 2015, d'en être rendu à voir les femmes s'en prendre aux hommes pour régler un problème plutôt que de s'en prendre au problème lui-même.

Loik Germain dit :
16 novembre 2014 à 9 h 15 min

Ce billet est l'exemple parfait de la névrose féministe.

marc dit :
16 novembre 2014 à 11 h 14 min

La TV passe son temps à ridiculiser les hommes, à les faire passer pour des incapables ou des éternels adolescents et c'est cet exemple d'habit bleu qui vous frappe? Vraiment ridicule. Premièrement, un habit bleu, c'est anonyme. Rien ne disait aux téléspectateurs que c'était le même tous les jours et si la cravate changeait, c'était encore moins évident à remarquer. Que dites vous des petits jeunes de 18-20 ans qui se promènent en "bobettes" toute la semaine pour émoustiller les vieilles "matantes" avec leurs "six pack" à l'émission Brittany? Rien à redire bien sûr...

albert bela dit :
16 novembre 2014 à 12 h 01 min

qui critique au juste , je gagerais que ce sont surtout des femmes

Georges Allaire dit :
16 novembre 2014 à 12 h 27 min

Les femmes charmantes ne craignent pas de charmer. Mais le charme féminin est éphémère comme celui des roses. Après la chute des pétales, restent les épines.

Karine Gagnon dit :
16 novembre 2014 à 15 h 10 min

C'est curieux car nulle part dans ce billet je n'ai indiqué que les critiques venaient des hommes, et pourtant quelques-uns d'entre vous, qui se sont apparemment sentis visés, ont conclu que j'accusais les hommes. Les commentaires sexistes ou sur l'apparence des hommes peuvent tout aussi bien provenir d'hommes que de femmes, ce qui est dans un cas comme dans l'autre très malheureux, par ailleurs.

belgix dit :
16 novembre 2014 à 16 h 23 min

@Karine

Il faut apporter un bémol à l`exemple de Lisa Wilkinson car somme toute la société australienne est encore assez macho si on la compare avec la société québecoise. Savez vous que les femmes australienne préfèrent rester à la maison et/ou travailler à temps partiel. Le salaire d`appoint est rarement une nécessité et sert souvent à se payer des petites gâteries comme les manucures ou le coiffeur par exemple. Demandez à ma blonde comment c`est difficile se trouver un emploi à temps plein ici. C`est un problème qu`elle n`a jamais eu ni au Québec, ni au USA.

Encore aujourd’hui je risque de voir une chose que je n`ai jamais vu au Québec ... la secrétaire qui ramasse les cafés des patrons. Je vois ça à chaque semaine.

La condition de la femme australienne est fort différente de la femme québécoise et elles semblent accepter un rôle qui est semblable à la femme québécoise il y a vingt-cinq ans.

Un denier exemple de comment les valeurs traditionnelles sont restés ici. Si il est rare au Québec d`avoir des familles de 3 enfants, c`est chose courante en Australie. Ca se reflète sur le taux de natalité qui est autour de 1.5 au Québec versus 1.9 en Australie.

Signé : Un expatrié qui vie en Australie depuis 9 ans.

apouchkine dit :
16 novembre 2014 à 16 h 50 min

Ne venez pas vous plaindre si on ne vous drague plus, vous nous faites chier avec vos jérémiades perpetuelles.

marc dit :
16 novembre 2014 à 17 h 11 min

@ Karine Gagnon, commentaire de 15h10:

Je ne vois pas comment vous concluez que les participants de ce blogue ont compris que les hommes étaient visés. 90% des commentaires ici concernent le fait que les hommes sont autant diminués et autant victimes de sexisme que les femmes à la télévision. On ne parle pas du sexe du dénigreur. Je pense que c'est vous qui avez tout un biais en nous lisant. Je me serais attendu à plus de nuance de la part de la personne qui est à l'origine de cet échange.

Dine59 dit :
16 novembre 2014 à 18 h 33 min

Quand nous mettrons moins d'argent et de temps sur nos vêtements, maquillage, bijoux et autres gugusses superflus, on arrêtera peut-être dans parler autant.

Paul Laplante dit :
16 novembre 2014 à 18 h 50 min

L'Australie mérite notre admiration. Le Québec est la société du n'importe quoi...

Cedric Jobin dit :
16 novembre 2014 à 23 h 57 min

90% des sans abris sont des hommes. Pendant ce temps la, ont pleure parce que la madame a la télé se fait critiquer son habillement.

C'est pas du sexisme que dappeler une station de télé pour parler de l'habis de la présentatrice, c'est pas sexiste, c'est juste stupide.

Michel dit :
17 novembre 2014 à 6 h 30 min

Quand j'ai vu le titre de l'article je croyais que vous parleriez aussi des annonces publicitaires qui montre toujours l'homme comme un imbécile incapable de faire quelque chose de correct et la femme toujours en parfait contrôle de la situation mais bon! rien ne vous obligent de ne pas porter la même chose plusieurs fois sinon la crainte de l'opinion des autres et des "qu'en dira-t-on" à votre sujet