/investigations/techno
Navigation
Le bordel informatique

Des ratés informatiques au Curateur public

Le nouveau projet de 39,6 M$ dénoncé par des employés

aidant
photo Fotolia Secoué par des difficultés informatiques, malgré un investissement de près de 40 M$, le Curateur public du Québec a envoyé un message interne à ses employés pour admettre que le système informatique connaissait des problèmes. En entrevue, la porte-parole explique cependant que le déploiement «va bien».

Coup d'oeil sur cet article

Déjà frappé par les retards et les millions de dollars gaspillés, le grand projet informatique du Curateur public du Québec (CPQ) connaît des ratés importants depuis son lancement le mois dernier.

Déjà frappé par les retards et les millions de dollars gaspillés, le grand projet informatique du Curateur public du Québec (CPQ) connaît des ratés importants depuis son lancement le mois dernier.

Le projet en question, nommé PSTI, est un énorme système informatisant les outils de travail de l’organisme québécois qui veille à la protection des personnes inaptes.

Initié en 2002, le projet devait se terminer en 2006 pour moins de 20 M$. Il a cependant été abandonné en 2006, puisqu’«il était irréalisable compte tenu de la complexité de la mission du Curateur public», selon l’organisme.

Les déboires informatiques du CPQ ont d’ailleurs été sévèrement dénoncés par le Protecteur du citoyen.

3,6 M$ dans les vidanges

Le projet a donc été relancé en 2008 sous le nom PSTI et il coûtera finalement 39,6 M$. Dans l’échec du premier projet abandonné, 3,6 M$ se sont complètement envolés.

Une partie du PSTI a été lancé le 6 octobre. Des employés du CPQ nous ont contactés pour souligner qu’une crise secouait l’organisme depuis. «Sur le terrain, c’est l’enfer», nous a confié un curateur délégué qui n’a pas voulu être identifié.

Les problèmes ont touché l’émission des chèques et les dépôts directs pour les personnes sous curatelle. «Quand une personne vulnérable doit recevoir son précieux chèque de 100 $ chaque semaine et ne le reçoit pas, cela peut occasionner des problèmes importants», raconte-t-il.

«Au lieu d’être avisé d’entrée de jeu par les autorités compétentes, ce sont les personnes représentées (sous curatelle) qui devaient signaler le problème [...] Jusqu’à la fin octobre, le téléphone n’a pas dérougi. Les personnes étaient angoissées et en colère.»

Au ralenti

Les problèmes ont dû être réglés au cas par cas, avec certains délais.

«Tout demeure au ralenti», ajoute une autre employée de l’organisme.

Des demandes de paiements d’urgence ont notamment été retardées.

Certains fournisseurs partenaires du Curateur ont aussi menacé de cesser d’offrir leurs services puisqu’ils prétendent ne pas être payés dans un délai raisonnable depuis le lancement du nouveau système informatique, a-t-on aussi appris.

 
Projet initial
Prévu pour 2006
18 M$
Abandonné en 2006

Projet relancé
Déploiement complet 2014
39,6 M$
Commentaires