/news/health
Navigation
Le courrier du Doc

Le pipi au lit chez l’enfant

Le pipi au lit chez l’enfant
Illustration Julien Dufour

Coup d'oeil sur cet article

Stéphanie, 34 ans, de Québec, me demande pourquoi son garçon de cinq ans fait encore pipi au lit?

Stéphanie, 34 ans, de Québec, me demande pourquoi son garçon de cinq ans fait encore pipi au lit?

En fait, le «pipi au lit» est aussi appelé énurésie. L'énurésie est une miction active, complète, inconsciente, de caractère involontaire, se produisant pendant le sommeil et qui se manifeste ou persiste à l'âge où le contrôle physiologique du sphincter vésical est acquis, c'est-à-dire après l’âge de cinq ans.

On qualifie l’énurésie de primaire lorsque l’enfant n’a jamais contrôlé sa vessie, et secondaire lorsqu’elle survient après au moins six mois de propreté. On ne peut parler d'énurésie qu'à partir de cinq ans et le traitement doit être entrepris vers cinq ou six ans.

De plus, les enfants ne devraient pas être qualifiés d’énurétiques à moins qu’ils ne mouillent régulièrement leur lit, à une fréquence de deux fois par semaine après l’âge de cinq ans pour les filles et de six ans pour les garçons. L’énurésie nocturne primaire est plus fréquente chez les garçons et on la constate chez un peu plus d’un enfant sur dix chez les plus de cinq ans.

On peut considérer l’énurésie nocturne comme une variante du développement du contrôle normal de la vessie et elle peut être associée au sommeil profond. Les problèmes affectifs ou de comportement ne sont pas des facteurs déterminants, mais ils peuvent influencer l’issue du traitement.

Examen complet

Même si ce n’est pas facile de consulter un médecin, un rendez-vous chez ce dernier est essentiel afin qu’il puisse vérifier les antécédents détaillés de l’enfant et procéder à son examen physique complet.

On sait qu’il y a une tendance familiale, qui a d’ailleurs été confirmée par la découverte d’un gène de l’énurésie. En cas d’énurésie primaire, une analyse des urines et une culture suffisent pour exclure les causes physiques d’énurésie. Dans le cas de l’énurésie secondaire, le médecin doit aussi rechercher la présence d'une infection urinaire ou la présence d’un problème intestinal.

On doit rassurer l’enfant, le soutenir et éviter de le punir ou de l’humilier afin qu’il conserve son estime de soi. De plus, les parents peuvent prendre les mesures suivantes pour aider leur enfant à devenir continent: bien clarifier l’objectif de se lever la nuit et d’utiliser les toilettes, améliorer l’accès de l’enfant aux toilettes peut apporter une aide parfois surprenante, éviter la prise excessive de liquides dans les deux heures précédant le coucher est fondamental, s’assurer que l’enfant se vide la vessie avant le coucher, renoncer aux couches ou aux culottes de propreté, faire participer l’enfant au nettoyage matinal et enfin préserver l’estime de soi de l’enfant.

Dispositif d’alarme

Cependant, des mesures particulières de traitement comme l’utilisation d’un dispositif d’alarme contre l’énurésie connaissent un excellent taux de succès.

Ce dispositif vise à apprendre à l’enfant à réagir à une vessie pleine pendant le sommeil.

L’alarme se déclenche lorsque l’enfant commence à uriner. Elle enseigne à l’enfant à se réveiller au son de l’alarme puis, par approximation, à associer son réveil à la sensation de vessie pleine.

Par contre, dans certains cas, l’utilisation de médicaments pourra être nécessaire. Cependant, il ne faut pas oublier que la collaboration de votre enfant au traitement est essentielle.

 

Commentaires