/news/education
Navigation
Montérégie

Des résidents expropriés pour agrandir une école

Yan Verhoef
photo courtoisie Yan Verhoef, Conseil d’établissement

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Saint-Césaire en Montérégie va prendre les grands moyens pour éviter que 175 élèves de l’école primaire St-Vincent ne soient contraints d’être scolarisés dans une municipalité voisine, parce que leur école est devenue trop petite.

Selon le maire, Guy Benjamin, l’expropriation était la seule option de la Ville qui ne dispose pas de terrain assez grand pour construire une nouvelle école.

«Ce n’est pas de gaieté de cœur que nous avons pris cette décision», dit-il.

Il explique que trois scénarios d’expropriation seront envisagés et que la Ville va choisir le moins cher.

Entre huit et dix résidences seront touchées, incluant des immeubles à revenus. D’après M. Benjamin, l’expropriation devrait coûter 3 millions $.

«La Ville souhaite s’entendre de gré à gré avec les propriétaires concernés afin d’éviter d’impliquer des avocats dans le dossier.»

L’Ange-Gardien, située à une dizaine de kilomètres, disposait d’un terrain assez grand pour accueillir une école.

Toutefois, les deux municipalités préféraient agrandir leur école respective au lieu de se tourner vers une nouvelle construction. La Commission scolaire des Hautes-Rivières (CSDHR) a adopté une résolution en ce sens hier soir.

«Ce n’est pas commun de demander des agrandissements à la place d’une construction neuve, admet la présidente de la CSDHR Andrée Bouchard, mais nous avons pris cette décision pour le bien-être des communautés concernées.» Elle signale qu’à long terme, la Commission scolaire va réaliser des économies considérables en frais de transport. Actuellement, il manque six classes à L’Ange-Gardien et 10 à Saint-Césaire.

Le président du conseil d’établissement de l’école St-Vincent, Yan Verhoef, considère qu’il s’agit d’une très bonne nouvelle. «Avec ces agrandissements, les élèves de Saint-Césaire et de L’Ange-Gardien pourront continuer d’aller à l’école dans leur ville.»

Selon certaines sources, le ministère de l’Éducation aurait déjà donné son accord informel au projet.

Mme Bouchard croit que les travaux pourraient débuter dès l’été, si le Ministère est d’accord. «Nous avons accepté la résolution de la Ville de Saint-Césaire mais c’est conditionnel à ce que le 1er juin 2015, les terrains soient disponibles et prêts à construire.»

Un plan B En cas de non-respect de cette exigence, la CSDHR reviendrait à la proposition qui avait suscité la grogne des parents de Saint-Césaire : soit de construire une nouvelle école primaire à L’Ange-Gardien.

Commentaires