/news/health
Navigation
Après 67 ans de mariage

Ils craignent d’être séparés

«Je veux vivre avec lui les dernières années qu'il nous reste. Et il n’y a pas de place meilleure qu’ici» - Fleurette Todasco

Fleurette et Thomas Todasco
Photo Camille Laurin-Desjardins, Le Journal de Montréal Fleurette Todasco, 90 ans, a peur d’être séparée de son époux Thomas, 88 ans, puisqu’elle doit être transférée dans un CHSLD.

Coup d'oeil sur cet article

Après plus de 65 ans de vie commune, un couple de Saint-Sauveur, dans les Laurentides, vit désormais dans la crainte d'être séparé parce que le système de santé ne pourrait plus les héberger au même endroit.

Après plus de 65 ans de vie commune, un couple de Saint-Sauveur, dans les Laurentides, vit désormais dans la crainte d'être séparé parce que le système de santé ne pourrait plus les héberger au même endroit.

Fleurette et Thomas Todasco, âgés respectivement de 90 et 88 ans, ne s’imaginent pourtant pas vivre l’un sans l’autre leurs dernières années.

«On est en train de les achever. Si on les sépare, ils vont tomber chacun de leur côté», s'indigne leur fils, Paul Todasco, le front plissé par l’inquiétude.

Ses parents vivent dans la résidence privée Desjardins depuis sept ans.

Mme Todasco a encore toute sa tête, mais n’est plus mobile. Des faiblesses aux genoux la confinent au lit. Elle nécessite donc beaucoup de soins. Son mari Thomas est pour sa part complètement autonome physiquement, mais n’est plus aussi éveillé qu’avant.

«C’est pour ça qu’ils se complètent bien. Ils ont besoin l’un de l’autre», insiste leur fils.

Couchée dans son lit, Fleurette Todasco se remémore sa rencontre avec son Thomas, il y a 70 ans, en observant sa photo de mariage. À ses côtés, son époux lui sourit tendrement.

«Quand on s’est mariés, j’avais 23 ans, et lui, 21. J’avais fait ma propre robe, parce qu’on n’avait pas beaucoup d’argent !» se souvient-elle, en ponctuant son récit de rires.

2000 $ de plus par mois

Cette bonne humeur est cependant menacée par un récent ultimatum du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Saint-Jérôme, qui veut que les Todasco paient dorénavant un excédent de 2000 $ par mois.

C'est qu'en vertu d’une entente avec la Résidence Desjardins, le CSSS Saint-Jérôme­­ y a placé Fleurette Todasco en 2007, en défrayant la majorité des soins de catégorie «intermédiaire», soit environ 3400 $ par mois.

Toutefois, les soins requis par l’état de Mme Todasco sont de nature «longue durée» et coûtent plutôt 5350 $ par mois.

«Le CSSS me dit qu’il ne peut pas me payer la différence, parce que ça créerait un précédent, puisque nous n’avons pas l’appellation CHSLD», explique­­ Colette­­ Desjardins, propriétaire de la résidence.

Le CSSS exige donc des Todasco qu'ils assument cette différence, sans quoi la dame sera transférée dans un Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD).

Paul Todasco déplore que ni lui ni ses parents n'aient les moyens de payer cette somme.

Néanmoins, pour sa mère, pas question de quitter la Résidence Desjardins, qu’elle qualifie de «paradis terrestre».

«Dans nos familles, ils sont tous morts autour de 70 ans, poursuit-elle. Mais nous, on est encore là ! Des fois, il se demande pourquoi. Je lui réponds: c’est le bonheur et la foi qui nous tiennent ensemble !»​

Commentaires