/opinion/blogs/columnists
Navigation

UQAM: comment faire déraper une cause

Coup d'oeil sur cet article

Pas besoin d’être un devin pour savoir que cette vague de dénonciations allait déraper un de ces jours.

C’était écrit dans le ciel.

Grâce aux Hystériques de l’UQAM (jamais groupe ne fut aussi bien nommé), c’est maintenant chose faite.

Un mouvement qui était pourtant tout à fait respectable fait maintenant froncer les sourcils.

 

 

LA COMPLAINTE DU FUCK

 

 

C’est toujours la même histoire.

Vous avez une cause qui se défend, vous voulez manifester pacifiquement pour vous faire entendre, et soudainement, une bande d’énervés squattent votre événement et en profitent pour briser des vitrines, lancer des boules de billard aux flics et renverser des autos-patrouilles.

Une fois que le bordel est bien pogné, ils sacrent le camp en courant et vous laissent gros Jean comme devant, vos banderoles à l’air.

En 2012, c’était le Black Block.

Là, ce sont les Hystériques et autres agités du bocal.

Toujours la même tactique.

Fuck le système, fuck les institutions, fuck la justice, fuck la démocratie.

Regardez les deux Che Guevarounes qui ont jeté des cocktails Molotov contre un concessionnaire Nissan au Mexique afin de lutter contre « la société ».

Ça lit deux, trois livres anarchistes et ça se prend pour des combattants de la Révolution.

Le même processus qui amène d’autres zigotos à se faire sauter dans des marchés publics.

 

 

SALADE D’AVOCATS

 

 

Que des jeunes exaltés tripent sur le romantisme de la Révolution est une chose. C’est le propre de la jeunesse d’avoir soif d’absolu.

Mais que des membres en règle du Barreau s’abreuvent au même Kool-Aid en est une autre.

Vous avez lu les propos de Sibel Ataogul, présidente de l’Association des juristes progressistes du Québec (AJP) ? Hallucinant.

Oui, la réputation de certains hommes sera entachée à tort par des dénonciations anonymes, mais que voulez-vous, c’est un dommage collatéral de la lutte contre le sexisme. La fin justifie les moyens.

On ne peut pas faire de beurre de pinottes sans broyer des pinottes.

Elle a étudié le droit où, cette dame ? En Corée du Nord ?

Le programme de l’AJP est tellement délirant qu’il semble avoir été écrit par des humoristes.

« Notre mission est de rassembler toutes celles et ceux qui constatent que le droit actuel est la résultante des rapports de force existants dans la société et qui reconnaissent le besoin d’éliminer les inégalités qui en découlent et qui reconnaissent également le besoin de préserver et d’améliorer les droits de tous les groupes opprimés et exploités. »

Des avocats comme ça, j’en ai vu chez Provigo, l’autre jour, entre les concombres et les navets.

 

 

MÉCHANT PROGRÈS

 

 

C’est comme ça que le fascisme s’est installé en Europe dans les années 30.

Des groupuscules radicaux trouvaient que la démocratie était trop molle, trop lente et pas assez agressive.

Alors ils ont lutté pour installer un régime plus autoritaire.

Pourquoi se contenter de vivre dans un monde imparfait, quand on peut modeler la réalité pour qu’elle devienne aussi lisse, aussi ronde, aussi parfaite qu’une idée ?

Pourquoi mettre un système au service des hommes quand on peut mettre les hommes au service d’un système ?

Et ça se dit « progressiste »...

Il n’y a qu’un seul type de progrès. Celui qui refuse de justifier l’injustifiable.

 

 

3 commentaire(s)

Ortie dit :
19 novembre 2014 à 18 h 26 min

Un classique de la démagogie primaire de ce chroniqueur. Tout est mélangé dans ce papier pour toucher la fibre émotive des gens. La définition même de la démagogie. En même temps, il profite pour dénigrer les étudiants du printemps érable de 2012. Un melting-pot de mauvaise foi et qui ne résiste pas à l'analyse.

Désabusé dit :
19 novembre 2014 à 19 h 59 min

Regardez les deux Che Guevarounes qui ont jeté des cocktails Molotov contre un concessionnaire Nissan au Mexique afin de lutter contre « la société ».

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Che Guevarounes, j'aime bien ton expression qui définit très bien notre belle société "distincte" ...

Non mais on en a tu assez de ça au Québec composé majoritairement par des gauchistes qui s'imaginent que de se faire gérer par gouvernemaman - état mamelliste ou état providence va nous amener directement à la surabondance et vers un état ou un pays prospère ?

Tout le monde détient la vérité pour se sortir du pétrin mais malheureusement, ce n'est pas avec la mentalité magique ou prodigieuse du "on veut le beurre et l'argent du beurre" que nous allons y parvenir.

C'est comme faire 2 + 2 = 4, c'est mathématique !

Réjean Asselin dit :
19 novembre 2014 à 21 h 22 min

Martineau est égal a lui-même , démagogue a l'os . Voyez ce passage de son billet :

'' C’est toujours la même histoire.

Vous avez une cause qui se défend, vous voulez manifester pacifiquement pour vous faire entendre, et soudainement, une bande d’énervés squattent votre événement et en profitent pour briser des vitrines, lancer des boules de billard aux flics et renverser des autos-patrouilles. ''

Pourtant quand les étudiants ont fait la grève a cause d'une augmentation des frais de scolarité complétement démesurée provenant du gouvernement de la corruption , celui de Charest , Martineau dénigrait autant LA CAUSE que les dérapages provoqués par le Black Pot , une petite poignée d'individus . Martineau bûchait sur l'ensemble du mouvement étudiant en accrochant au passage les syndicats , le PQ , la Go-gauche du Plateau et tout ce qui bouge du côté gauche de l' hémisphère québécois .

Cette fois-ci ce sont des imbéciles de l' UQUAM qui font déraper une cause et Martineau nous sort le Che , la gauche , le fascisme et bientôt le nazisme avec un soupçon de Marxiste Léniniste , bien sûr !

Dans le dossier des députés libéraux accusés de quelque chose qui serait du harcèlement sexuel je commence a me poser de sérieuses questions sur le déroulement de cette histoire . Deux suspects , des députés libéraux , pas encore accusés mais ayant déjà été condamné par leur patron Justin Trudeau , des femmes députées du NPD qui en seraient les victimes mais qui ne veulent plus poursuivre et des témoignages de femmes victimes d'abus ou de harcèlement qui se multiplient sur les médias sociaux , a la tivi et a la radio !!!

Y'a tu kékun qui pourrait nous éclairer un peu plus !