/news/health
Navigation
Dépression

Les femmes dirigeantes sont plus nombreuses à connaître la dépression

abe0589a-ca9d-49b7-9f4d-e3e1d36973c7
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

AUSTIN, Texas - Les symptômes de la dépression se manifestent davantage chez les femmes qui assument des postes d’autorité, alors que chez les hommes, la tendance est inverse, selon une étude américaine.

La discrimination fondée sur le sexe semble difficile à surmonter. Chez les hommes, le pouvoir et le leadership sont considérés comme légitime et normal, alors qu’il faut encore valoriser l’accès à de hautes fonctions pour les femmes.

«Les hommes qui occupent des postes d’autorité ont moins de symptômes de stress que ceux qui ont moins de pouvoir», a indiqué la chercheure Tetyana Pudrovska de l’Université du Texas à Austin.

Par position d’autorité, l’étude fait référence à des personnes qui ont les responsabilités d’embaucher, de congédier ou de rémunérer.

«Les femmes en position d’autorité sont généralement plus éduquées, ont des revenus plus élevés, occupent des fonctions plus prestigieuses et éprouvent une plus grande satisfaction au travail que les autres femmes qui n’occupent pas de tels emplois», a mentionné Mme Pudrovska.

Comment expliquer alors des symptômes de dépression plus importants chez les femmes dirigeantes?

La chercheuse a une piste de réponse. «Les femmes en position d’autorité doivent composer avec plus de tensions interpersonnelles et des interactions sociales plus négatives. Elles doivent aussi combattre des stéréotypes et une forme d’isolement social tout en faisant face à une résistance de la part de collègues, supérieurs et subalternes».

L’étude portant sur le genre, le travail en autorité et la dépression a été menée auprès de 1300 hommes et 1500 femmes d’âge moyen. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans le numéro de décembre du Journal of Health and Social Behavior.

Commentaires