/news/health
Navigation
Insalubrité

Infesté de punaises de lit

Le propriétaire du logement a tenté de cacher la situation à ses autres locataires

Le matelas du locataire fautif était rempli de 
punaises de lit.
Photos Courtoisies Le matelas du locataire fautif était rempli de punaises de lit.

Coup d'oeil sur cet article

Un immeuble à logement du centre-ville de Québec a été infesté de punaises de lit, à répétition, à cause de la malpropreté d’un résident et de la négligence du propriétaire, poussant une locataire à déménager.

Au printemps dernier, une résidente du quartier Saint-Jean-Baptiste contacte d’urgence un exterminateur, car des punaises de lit étaient apparues dans son logement.

«J’ai vu que j’avais des punaises qui se promenaient près de mon lit. Ils sont venus faire un premier traitement et ils m’ont donné des instructions à suivre», mentionne Karine.

Elle a alors mis ses vêtements et biens personnels dans de gros sacs à vidange afin de respecter, à la lettre, les conseils pour éliminer les bestioles, dont l’apparition est en forte hausse à Québec.

Omertà dans le logement

Avant de partir, le technicien demande au propriétaire de l’immeuble de vérifier les autres logements, ce qu’il refuse afin de ne pas ébruiter le problème chez les autres locataires.

Malgré les traitements, l’infestation se poursuit. «Il y en avait encore», dit-elle, découragée. Et, après trois visites sous garantie, l’exterminateur oblige le propriétaire à faire des vérifications chez le voisin qui habite en dessous du logement problématique.

Surprise: l’appartement est insalubre et envahi de punaises de lit.

«Je n’avais jamais rien vu de tel», affirme l’exterminateur Jean-François Moreau, de chez Extermination plus.

Aucun changement

À la suite d’un traitement, rien ne change. Karine, qui continue de subir les désagréments, décide de vérifier par elle-même si l’homme respectait les recommandations de l’exterminateur. En cognant chez lui, elle remarque qu’il n’en était rien.

«Il y en avait encore partout, même dans les souliers à l’entrée. Il ne faisait rien de ses affaires. Ça bougeait, il y avait des carcasses de punaise. C’était dégoûtant», a expliqué Karine, indiquant avoir essayé de s’entendre avec son propriétaire, en vain. «J’ai décidé de déménager, à mes frais.»

Bien que les explosions des cas de punai­ses de lit sont difficiles à prévoir, les exterminateurs soutiennent que trop de propriétaires ne prennent pas au sérieux l’apparition de ces bestioles. Si les résidents ne respectent pas les indications des techniciens, l’infestation de punaises de lit peut poursuivre sa propagation sans relâche.

Cinq autres visites

Après le départ de Karine, les exterminateurs ont dû retourner à cinq reprises dans l’appartement de son ex-voisin pour éliminer les milliers de punaises de lit qui ne cessaient de se reproduire.

«C’est un cas exceptionnel. [...] Lorsque les propriétaires gardent ça secret, ça ne les aide pas. Il faut toujours examiner les autres appartements pour empêcher la propagation», prévient Jean-François Moreau.

Commentaires