/news/currentevents
Navigation
Accident mortel

Accident mortel impliquant un policier: Québec demande une vérification indépendante

Accident mortel impliquant un policier: Québec demande une vérification indépendante
ROBERT CÔTÉ/LE COURRIER DU SUD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a annoncé lundi qu’un comité de procureurs indépendants se penchera sur l’accident impliquant un policier de la Sûreté du Québec qui a causé la mort d’un garçon de cinq ans, en février dernier, à Longueuil.

«Ce comité de procureurs révisera donc la preuve au dossier et formulera ses recommandations quant à la prise de poursuites criminelles à la directrice. Et, dans un souci de transparence, ces recommandations seront rendues publiques», a expliqué la ministre.

Mme Vallée a indiqué que le comité indépendant sera notamment composé d’un juge à la retraite. Elle a mentionné qu’elle avait suggéré au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de confier l’évaluation du dossier à un tiers afin de préserver «la crédibilité et l’indépendance de l’institution».

La ministre a toutefois pris soin de réitérer sa «confiance en l’institution indépendante qu’est le DPCP ainsi que ses quelque 500 procureurs qui effectuent un travail colossal.»

Plus tôt lundi, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a demandé à l’enquêteur chargé du dossier de rencontrer à nouveau une femme qui été témoin de l’accident.

Par communiqué, le DPCP a affirmé que ce «complément d’enquête» est nécessaire «à la lumière des informations diffusées ce matin dans différents médias», sans toutefois vouloir commenter davantage.

Témoin de l’accident, Madeleine Noiseux a affirmé lundi que le policier roulant à 122 km/h dans une zone de 50 km/h était responsable de l’accident, ce qui remet en cause la version du DPCP, qui justifiait l’absence d’accusation contre le policier par le fait que le père conduisant l’autre véhicule n’aurait pas pris les précautions nécessaires pour éviter la collision.

«Si la voiture avait été à une vitesse normale, elle n’aurait pas frappé aussi violemment la voiture du père. Le père aurait pu l’éviter», a-t-elle affirmé à l’émission Le Québec matin à LCN.

«Dans ma tête à moi je n’avais pas évalué la vitesse, je n’ai pas réalisé qu’il allait aussi rapidement», a précisé Madeleine Noiseux, qui a vu l’accident mortel survenu le 13 février dernier à l'intersection des boulevards Gaétan-Boucher et Davis dans le secteur Saint-Hubert à Longueuil.

«Si ça avait été une ambulance, une voiture de police, les gens font attention, ils savent qu’ils vont aller très vite. Une voiture noire le matin, personne ne pense que ça va aller aussi vite», a-t-elle ajouté.

Le DPCP avait exonéré le policier

Vendredi, le porte-parole du DPCP, René Verret, avait expliqué que le père avait fait preuve de témérité en effectuant un virage à gauche sans attendre le feu prioritaire, alors que le véhicule conduit par un policer s’amenait à grande vitesse en sens inverse.

«Cet homme-là, et je le dis avec tout le respect, a tenté de traverser malgré qu’il savait qu’il avait un feu prioritaire, a indiqué M. Verret. Au moment où le père a traversé, où il s’est engagé, le véhicule du policier était à 34 mètres de là. Ce qui est bien peu.»

Dans un geste exceptionnel, le DPCP était intervenu publiquement vendredi pour justifier sa décision de ne pas porter d'accusation contre le policier, qui roulait pourtant à plus de 122 km/h dans une zone de 50 km/h.

Au-delà de la manœuvre effectuée par le père, René Verret a mentionné que la vitesse excessive du véhicule de l'agent de police au moment de l’impact et la conséquence de l’accident – la mort d’un garçon de cinq ans – ne suffisaient pas à engager sa responsabilité criminelle.

M. Verret a mentionné que la conduite d’un policier ne devait pas être comparée à celle d’un citoyen ordinaire, mais à la conduite d’un policier placé dans la même situation. Il a fait valoir que les policiers étaient autorisés à dépasser les limites de vitesse si les circonstances le permettent étant donné qu’ils sont formés pour ce type de conduite.

Commentaires