/investigations/techno
Navigation
Enquête | Informatique

Contrat de 5,5 M$ sans concurrence

La CSST a «avantagé» Telus, selon nos sources, pour un important contrat informatique

Coup d'oeil sur cet article

La firme de télécommunication Telus est sur le point de décrocher, faute de concurrence, un important contrat pour les systèmes téléphoniques à la CSST, exactement comme nos sources l’avaient prévu et dénoncé.

La firme de télécommunication Telus est sur le point de décrocher, faute de concurrence, un important contrat pour les systèmes téléphoniques à la CSST, exactement comme nos sources l’avaient prévu et dénoncé.

L’appel d’offres servait tellement bien Telus qu’elle a été la seule firme à soumissionner pour ce contrat de 5,5 M$. Il ne manque plus qu’à déterminer si sa soumission est conforme.

Cette conclusion était tellement prévisible que notre Bureau d’enquête avait tourné une vidéo, en septembre, pour prouver que le contrat allait être remporté par Telus (voir photo ci-contre).

Telus est déjà un partenaire important de la CSST. Selon nos sources, c’était écrit dans le ciel qu’elle allait remporter cet appel d’offres contenant plusieurs conditions avantageant Telus.

Se disant «découragés» et qualifiant l’appel d’offres d’«inacceptable», des joueurs de l’industrie jugent qu’il ne servait à rien pour la compétition de dépenser de l’énergie dans l’espoir de décrocher ce contrat.

Ces sources ont requis l’anonymat pour protéger leurs intérêts futurs. Elles souhaitent toutefois que la CSST retourne en appel d’offres en l’ouvrant davantage à la compétition pour obtenir un meilleur prix.

Dans un récent appel d’offres en télécommunications pour un autre organisme, Telus a d’ailleurs soumissionné à un prix deux fois plus élevé qu’un concurrent.

Dénouement prévisible

Initialement, notre Bureau d’enquête a demandé à la CSST pourquoi certaines clauses de l’appel d’offres semblaient favoriser les produits de Telus.

Le porte-parole de l’organisme, Hélène Simard, a mis trois semaines pour nous répondre que la CSST «ne pouvait pas répondre spécifiquement à chacun» des points que nous avions soulevés.

Mme Simard a ajouté que l’organisme était «persuadé que plusieurs fournisseurs [...] sont en mesure de satisfaire l’ensemble des exigences de l’appel d’offres».

Recontactée au terme de l’appel d’offres, Mme Simard a répondu que plusieurs mesures avaient été prises pour attirer la compétition, mais en vain.

Comment expliquer qu’une seule firme ait soumissionné? «La CSST ne connaît pas la stratégie d’affaires des différents fournisseurs en mesure de répondre à son appel d’offres, a-t-elle répondu. Il s’agit d’une décision qui leur appartient.»

La CSST va-t-elle retourner en appel d’offres? La porte-parole répond qu’aucun autre commentaire ne sera donné tant que la soumission de Telus ne sera pas été évaluée.

Commentaires

Cette nouvelle affaire survient pourtant alors que le ton monte au Québec pour dénoncer le manque de concurrence dans les contrats informatiques.

«La CSST aura beau se revêtir de la cape blanche du juste, elle est l’entière responsable de cette situation. Les efforts ont été insuffisants pour rendre l’appel d’offres suffisamment ouvert et crédible pour convaincre d’autres firmes d’y répondre». C’est le témoignage de l’une de nos sources, corroboré par d’autres joueurs dans le domaine.

La porte-parole de Telus, Luiza Staniec, nous a mentionné que la firme se conforme aux processus transparents dans les appels d’offres. Telus «n’est pas en position» de se prononcer à savoir pourquoi les firmes concurrentes n’ont pas soumissionné, a-t-elle expliqué.


La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) est un organisme financé par le gouvernement qui veille à la sécurité des travailleurs du Québec reliés à plus de 230 000 employeurs. Le département informatique de la CSST a dépensé plus de 90 M$ en 2013.

Commentaires