/world
Navigation
Ferguson

Autre douloureux réveil

Autre douloureux réveil

Coup d'oeil sur cet article

Autre douloureux réveil à Ferguson ce matin après une deuxième soirée de manifestations, qui n'ont toutefois pas été aussi violentes que les émeutes de lundi soir. La présence de 2200 soldats de la Garde nationale y était pour quelque chose.

Les commerçants s'étaient préparés. Tous les commerces de l'artère principale de la ville, South Florissant Rd, étaient placardés, comme dans une ville fantôme.

Mardi soir, 45 manifestants ont été arrêtés, un véhicule de police a été renversé et quelques vitres ont été brisées, dont celles de l'hôtel de ville. C'est à ce moment que les premiers gaz lacrymogènes de la soirée ont été lancés, dispersant rapidement les manifestants.

Selon le New York Times, quelques coups de feu ont été tirés et deux incendies ont été signalés: un dans une pharmacie et l'autre dans une voiture près du monument en l'honneur de Michael Brown, l'adolescent qui a été abattu par le policier Darren Wilson le 9 août dernier.

Malgré ces débordements, la situation est restée sous le contrôle des policiers. On était loin de la violence qui a éclaté lundi soir après la décision d’un grand jury de ne pas inculper le policier pour la mort de l'adolescent afro-américain, qui n'était pas armé.

Toute la soirée, les manifestants, rassemblés devant le poste de police de Ferguson, ont fait face à un barrage de policiers protégés de casques à visière et de gilets pare-balle. Les soldats de la garde nationale étaient visibles un peu partout en ville, ainsi que plusieurs véhicules blindés.

Les manifestants ont hurlé sans relâche "pas de justice, pas de paix" toute la soirée, d'autres ont insulté les policiers et lancé des bouteilles de plastique remplies d'urine. C'est à ce moment que les forces de l'ordre ont commencé à disperser la foule. Des manifestants ont alors lancé des roches dans les vitres d'un garage.

Commentaires