/world
Navigation
Émeute à Ferguson

Une ville prise entre policiers et manifestants

Coup d'oeil sur cet article

FERGUSON, MISSOURI ­| La petite ville de Ferguson était sous contrôle policier hier soir avec la présence de plusieurs véhicules blindés et 2200 soldats de la Garde nationale. La communauté ne compte que 21 000 habitants.

En ce deuxième jour de manifestations, la colère des résidents de Ferguson n’a pas diminué.

«Ces policiers meurtriers doivent s’en aller», scandait la foule rassemblée devant le poste de police de Ferguson, protégé par deux rangées de policiers et soldats.

Dahlia Dyson, 21 ans, a grandi sur la même rue que Michael Brown, l'adolescent de 18 ans abattu par le policier Darren Wilson le 9 août dernier.

«On se reconnaît tous dans Mike Brown. J'ai peur pour tous les Noirs de ma communauté. Être Noir dans une banlieue, ça veut dire être soupçonné de vol tout le temps. Il faut qu'on brûle les immeubles pour attirer l’attention sur ce problème.»

Au moment d’écrire ces lignes, les manifestations n’avaient pas tourné au vinaigre. Contrairement à lundi soir, la présence policière était imposante. Le service de police de New York avait même dépêché des détectives sur place pour aider les forces de l’ordre.

Égalité

La mort de Michael Brown a exposé plus que jamais les tensions raciales profondes aux États-Unis.

«On ne peut pas venir dans ce comté sans subir du profilage racial. On se fait constamment interpeller par les policiers», dit Kenny, retraité afro-américain de 55 ans.

«La population ici est à majorité noire et on a seulement quatre policiers noirs sur un total de 53. Ce n'est pas égalitaire. Tant qu'il n'y aura pas 27 policiers noirs dans notre département ça ne changera rien.»

Les commerces écopent

Au lendemain des émeutes, les commerçants étaient furieux et inquiets.

«J'ai pleuré en voyant tous les immeubles saccagés ce matin. Où vont-ils trouver des jobs après ça ? Nous donnons du travail à ces jeunes voyous», a dit Ruffina Farrokh Anklesaria, commerçante sur la rue principale.

L'avenue West Florissant, près du lieu où l'adolescent Michael Brown a été abattu, était complètement fermée à la circulation automobile. De chaque côté de la route, on pouvait apercevoir des commerces comme McDonald’s placardés et d'autres, complètement incendiés.

 
Commentaires