/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le cheminement de Mario Vargas Llosa vers le libéralisme classique

Coup d'oeil sur cet article

Mario Vargas Llosa est l’un des plus grands écrivains de notre époque. Son œuvre romanesque lui a mérité, en 2010, le prix Nobel de littérature.

Il est aussi quelqu’un qui possède la curiosité et le courage intellectuel de changer d’idée face à des preuves qui contredisent ses croyances, comme le démontre un nouveau livret trilingue intitulé Mon itinéraire intellectuel : du marxisme au libéralisme qui vient de paraître dans les librairies du Québec.

Ce livret est basé sur un discours fort émouvant et fascinant que M. Vargas Llosa a prononcé à Montréal l’an dernier dans le cadre d’une conférence organisée par l’IEDM. Il nous a expliqué comment il est d’abord devenu un admirateur de la révolution cubaine de Fidel Castro, comme plusieurs intellectuels d’Amérique latine et d’ailleurs de sa génération. Naturellement, son enthousiasme a commencé à s’estomper un peu quand il a appris qu’il existait des camps de concentration où l’on envoyait des dissidents, des criminels et des homosexuels.

M. Vargas Llosa a rencontré Castro dans les années 1960 en compagnie d’une douzaine d’auteurs pour protester contre ces incarcérations injustes. Il a été impressionné par l’homme, le décrivant comme une force de la nature en raison de sa capacité de parler, avec tellement de dynamisme et un enthousiasme contagieux, pratiquement sans interruption pendant douze heures, ne prenant presque pas de pause pour respirer ou pour laisser la parole à un autre. Il était impressionné, mais pas convaincu.

Il a également visité l’Union soviétique en 1966, ce qui l’a désillusionné encore davantage envers le marxisme. Ce qu’il a découvert, c’est un pays où la distance entre une puissante élite et le commun des mortels était encore plus vaste qu’en Amérique latine, et où une personne avait besoin d’un visa simplement pour voyager d’une ville à l’autre.

En plus de constater les échecs du Cuba et de l’Union soviétique de première main, il a aussi été influencé par les travaux de nombreux penseurs et philosophes. L’opium des intellectuels de Raymond Aron en particulier l’a aidé à comprendre l’attrait séduisant du marxisme pour les écrivains, les artistes et les intellectuels. Il a aussi été marqué par la biographie de Marx écrite par Isaiah Berlin et La société ouverte et ses ennemis de Karl Popper, ainsi que par des œuvres d’autres personnalités marquantes du XXe siècle comme André Gide et George Orwell. Ces auteurs lui ont fait connaitre une autre vision, celle de la tolérance, de la démocratie et de l’importance de la liberté, y compris la liberté économique, si nous voulons réaliser quelque progrès que ce soit.

Il reste malheureusement des intellectuels, dont certains ici au Canada et au Québec, qui refusent de confronter les faits, et qui n’ont pas fait de cheminement intellectuel semblable. Ils continuent de chanter les louanges d’une île prison dans les Caraïbes que des milliers de personnes essayent encore de fuir dans des radeaux improvisés chaque année, un voyage périlleux auquel environ un réfugié sur quatre ne survit pas.  Être un fan de l’expérience cubaine quand elle a commencé au début des années 1960, c’est une chose, mais il faut être complètement aveuglé par l’idéologie pour rester un supporter de Castro plus de 50 ans plus tard.

Heureusement, les pays de l’Amérique latine ont en grande partie dépassé le stade des régimes militaires brutaux et corrompus qui étaient encore la norme il y a quelques décennies. C’est pourquoi il est maintenant possible, selon M. Vargas Llosa, d’envisager avec optimisme l’avenir de cette partie du monde. Bien que loin encore de l’idéal, des pays comme le Chili, la Colombie, le Pérou, le Brésil et le Mexique ont adopté la démocratie politique et l’économie de marché, et ils sont maintenant plus libres et prospères pour cette raison. Avec un peu de chance, la dictature cubaine disparaitra bientôt elle aussi, ce qui permettra enfin aux Cubains de vivre en liberté.

 

3 commentaire(s)

Nelson dit :
28 novembre 2014 à 19 h 09 min

Personne aimerait vivre dans un pays en dictature,

Certains aiment les programmes sociaux, santé, éducation, de Cuba, mais personne vivrai là pour ça,

Refuser les dictatures n'amène pas nécessairement au libéralisme. Je suppose nous parlons de néo-libéralisme mondialisé sauvage, avec plus de la moitié de l'humanité qui vit dans la pauvreté, et un milliard des gens sont affamés,

Le monde entier est libéral démocrate capitaliste, le seul système qu'existe présentement. Avec tous ses défauts, nous n'avons pas d'autre.

La seule chose qui reste à faire est que les gens ordinaires, les travailleurs-classes moyennes et pauvres, utilisent la démocratie pour élire des politiciens de leur côté, pour essayer contrôler et modérer exploitation, corruption, collusions, argent dans la politique, trafiques et arnaques affairistes-politiciens, paradis fiscaux, et abus de tout sorte, etc.

Le capitalisme est cupidité et ambition sans limites (les affaires sont les affaires), donc le peuple, 99% des gens, doivent veiller au grain et utiliser la démocratie pour se protéger.

Jeff dit :
29 novembre 2014 à 7 h 57 min

@Nelson Bonjour il y a un élément que je voudrais mettre en opposition et c'est l'idée d'évolution. Je ne conteste pas votre "milliard d'affamés" mais il faudrait mettre en relation que ce "milliard" représentant entre 15 et 20% de la population était voilà quelques décennies peut-être 40 ou 50% de la population. Il faudrait aussi précisé que ce "milliard qui reste" ne vit probablement pas où le "libéralisme" est en vigueur. Ce que je veux amener comme point c'est que les "affamés" sont en diminution grâce à ce "libéralisme" que vous dénoncez.

Je sais qu'il y a des généralisations et des nuances à faire dans ce que je dis mais je reste convaincu de mes conclusions

Nelson dit :
29 novembre 2014 à 11 h 00 min

M Jeff

Libéralisme ça veut dire :

Que 20% des gens possèdent et consomment 80% des richesses de la planète, et que le 80% se consolent avec les miettes restantes,

3 milliards de personnes disposent de moins de deux dollars par jour pour vivre,

100 mille qui meurent de faim chaque jour,

Guerres permanentes, tragédies humaines horribles, travail enfant et esclaves, crises cycliques bulles financières spéculatives ,

NOAM CHOMSKY, JEAN ZIEGLER, THOMAS PIKETTY et bien d'autres expliquent tout ça clairement.

IMPORTANT FAIRE LA DISTINTION, JE CROIS , ENTRE :

Découvertes et avances technologiques immenses dans les derniers 100 ans, amélioration de condition de vie pour certains, indéniables,

Ce que ne se contredit pas avec le fait que le libéralisme capitaliste est du vol pur et simple d'une partie du travail des travailleurs , par les capitalistes. C'est ça qui forme le Capital, la plus-value produite par les travailleurs approprié par le propriétaire des moyens de production, qui loue le travail des travailleurs, et le paie juste une partie.

C'est ça qui crée la ''richesse'' pour certains, et conditions très dures pour la plupart des travailleurs dans le monde.

En plus le libéralisme concentre les revenus en moins et moins de personnes, ce qui prive de pouvoir de consommation et création d'emplois à la majorité. Donc, il a un caractère suicidaire. La cause des crises économiques permanentes et d'autant ''d'austérité''.

Ceci-dit il est le seul système que nous avons --les socialismes ont échoué--et la seule chose à faire est que les travailleurs créent des rapports de force DÉMOCRATIQUES, PACIFIQUES, pour se défendre le mieux possible à l'intérieur de ce système que s'approprie systématiquement d'une partie de leur travail, et avoir une vie la plus satisfaisante possible.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.