/news/currentevents
Navigation
Jocelyn Hotte

Un ex-policier qui avait tué sa conjointe est mort

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien tireur d’élite de la GRC qui a tué son ex-conjointe, Jocelyn Hotte, est mort hier des suites d’un cancer. Mais une de ses victimes, désormais paraplégique, refuse de se réjouir.l

L’ancien tireur d’élite de la GRC qui a tué son ex-conjointe, Jocelyn Hotte, est mort hier des suites d’un cancer. Mais une de ses victimes, désormais paraplégique, refuse de se réjouir.l

«Je ne suis pas “content” de cette nouvelle, je n’ai pas de rancœur envers lui», a réagi Pierre Mainville, une des victimes de Jocelyn Hotte, qui a succombé à un cancer du pancréas à l’âge de 55 ans.

M.Mainville a pourtant toutes les raisons de lui en vouloir. Le 23 juin 2001, l’agent de la Gendarmerie royale du Canada, jaloux et dépressif, a pourchassé son ex-conjointe Lucie Gélinas sur l’A13 et l’A40. En compagnie de trois amis, dont M.Mainville, elle se rendait depuis son domicile de Laval jusqu’à Montréal pour célébrer la Fête nationale.

Jocelyn Hotte, ancien garde du corps du premier ministre du Canada Jean Chrétien, spécialiste du tir en mouvement à arme courte, a tiré une quinzaine de balles dans son Hyundai Accent. Il a tué Lucie Gélinas.

Cet assassinat a valu à Hotte une peine de prison à vie. Il a fini ses jours dans l’établissement Archambault de Sainte-Anne-des-Plaines.

Les trois passagers de MmeGélinas, Hugues Ducharme, David Savard et Pierre Mainville, ont survécu. Mais M.Mainville a été touché à la colonne vertébrale. Il est devenu paraplégique.

«Je ne savais même pas qu’il avait un cancer. Je ne suivais pas ses affaires. Vous savez, quand on est en fauteuil roulant, soit on se morfond, soit on va de l’avant», a lancé Pierre Mainville.

Plainte négligée

Depuis le terrible drame, ce résident de Saint-Colomban, dans les Laurentides, a fondé une famille. Il est le père de deux enfants de sept ans et trois ans et demi. Il est aussi devenu un escrimeur paralympique de haut niveau. «Peu importe le malheur, il faut arrêter d’y penser», estime celui qui se prépare pour la Coupe du monde en décembre.

L’affaire Jocelyn Hotte, très médiatisée, avait pris une tournure scandaleuse lorsque les trois victimes survivantes avaient convaincu les tribunaux que la police de Laval avait négligé une plainte de MmeGélinas. Celle-ci avait dénoncé le harcèlement et les menaces de mort de Hotte cinq jours avant le meurtre.

Pour cela, la Cour d’appel du Québec avait condamné la Ville de Laval à payer 1,5 M$ de dommages et intérêts aux trois plaignants.


L’AFFAIRE JOCELYN HOTTE EN SEPT DATES :

  • Fin mai / début juin 2001 | Jocelyn Hotte, tireur d’élite pour la GRC, se sépare de sa conjointe Lucie Gélinas. Il tente ensuite de se réconcilier, mais elle refuse.

  • 18 juin 2001 | Lucie Gélinas appelle le 911 et dit que son ex-conjoint Jocelyn Hotte la harcèle et la menace de mort. La police de Laval juge la plainte non fondée et ferme le dossier.

  • 23 juin 2001 | Jocelyn Hotte poursuit Lucie Gélinas sur l’A13 et l’A40. Il l’abat avec son arme de service. Les trois passagers, David Savard, Hugues Ducharme et Pierre Mainville, sont également blessés.

  • 13 décembre 2002 | Hotte est reconnu coupable de meurtre prémédité. Il est condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans. Il sera aussi reconnu coupable de trois tentatives de meurtre sur les passagers de Lucie Gélinas. La Cour suprême confirmera le verdict en 2006.

  • 29 novembre 2012 | La Cour d’appel du Québec condamne la Ville de Laval à verser 1,5 M$ aux trois passagers. Les policiers auraient dû donner suite à la plainte émise par Lucie Gélinas le 23 juin 2001.

  • 2 octobre 2014 | TVA Nouvelles révèle que Hotte est atteint d’un cancer du pancréas et que ses jours sont comptés.

  • 29 novembre 2014 | Jocelyn Hotte succombe à son cancer. Il purgeait toujours sa peine d’emprisonnement à vie à l’établissement Archambault, à Sainte-Anne-des-Plaines.​

Commentaires