/news/currentevents
Navigation
Drogue en prison

Arrêtés après avoir été trahis par leur drone

Charles poliquin
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Deux hommes se souviendront sans doute longtemps de la fois où ils auraient tenté de livrer de la drogue en prison avec un drone: les policiers ont retrouvé des images vidéo d'eux dans l'appareil qui s'était écrasé à l'intérieur de l'enceinte de l’établissement

Charles Poliquin, âgé de 28 ans, ainsi qu'un complice, âgé de 22 ans, sont visés par l'enquête policière.

Tous deux auraient planifié de faire entrer du cannabis à la prison de Sorel-Tracy, en mai dernier. Ils auraient comploté ensemble et auraient choisi d'effectuer la livraison par le biais d'un drone, ces appareils volants télécommandés.

Mais pour une raison inconnue, le drone aurait été l'objet d'une faille mécanique ou d'une erreur de pilotage au moment où Poliquin le dirigeait. Il se serait donc écrasé dans l'enceinte de la prison, à l'intérieur des clôtures. Le drone a été retrouvé au sol par les agents correctionnels.

Si l'appareil ne montrait plus aucune trace de drogue, un appareil vidéo y était fixé, comme c'est souvent le cas.

En analysant le contenu de l'appareil vidéo, les policiers des Services d'enquêtes régionales de la Sûreté du Québec se sont aperçus qu'une séquence montrait des images des suspects.

Vidéo

Ceux-ci s'étaient vraisemblablement filmés tout juste avant de commettre le délit qu'on leur reproche.

La séquence aurait été filmée dans une voiture, quelques minutes avant le crime. Les policiers ont mis quelques semaines à identifier les suspects.

Poliquin a été arrêté à St-Jérôme. Il a comparu jeudi au palais de justice de Sorel-Tracy. Il doit revenir aujourd’hui devant le tribunal pour réclamer sa liberté en attendant son procès. Il a été accusé de complot et trafic de cannabis.

Son complice n'a pas encore été formellement accusé.

Les drones sont de plus en plus utilisés pour la livraison de drogues ou de produits illicites dans les prisons. Traditionnellement, les trafiquants utilisaient des balles de tennis ou même des flèches pour livrer la drogue.

Commentaires