/investigations/taxes
Navigation
Fraude

Quand un proche de la mafia s’invite à la Bourse

John Babikian
Photo Courtoisie Eric Van Nguyen a été accusé en septembre d’avoir pris part à une gigantesque fraude boursière aux États-Unis. On le voit ici sur une très rare photo prise lors d’une fête à l’UQAM dans les années 2000.

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais de 30 ans, qui vient d’être accusé dans une présumée mégafraude aux penny stocks de 290 M$ US aux États-Unis, a cédé il y a cinq ans un site de promotions boursières actif au Québec à une compagnie administrée par un proche de Vito Rizzuto.

Un Montréalais de 30 ans, qui vient d’être accusé dans une présumée mégafraude aux penny stocks de 290 M$ US aux États-Unis, a cédé il y a cinq ans un site de promotions boursières actif au Québec à une compagnie administrée par un proche de Vito Rizzuto.

Selon des documents confidentiels obtenus par notre Bureau d’enquête, Eric Van Nguyen, un ancien étudiant à l’Université Concordia, a conclu en septembre 2009 une entente pour transférer la propriété du site Xplosivestocks.com, de même que sa liste de courriels, à une compagnie à numéro administrée par l’homme d’affaires Tony Papa.

Le nom de Tony Papa apparaît à plus d’une reprise dans des documents du projet Colisée visant la mafia. Il se décrit lui-même comme un très cher ami de Vito Rizzuto, le parrain de la mafia montréalaise décédé il y a un an.

Xplosivestocks.com a fait la promotion, au Québec et dans le reste de l’Amérique du Nord, de penny stocks, des actions qui se vendent seulement quelques sous. Un communiqué en français daté de 2009 émanant du site est d’ailleurs titré «Comment investir dans les penny stocks et réaliser d’immenses profits».

Loup de Montréal

Eric Van Nguyen est un ancien associé de John Babikian, celui qu’on a baptisé le «Loup de Montréal» (en référence au récent film Le Loup de Wall Street avec Leonardo DiCaprio). Les documents indiquent d’ailleurs que Babikian a agi comme témoin dans la transaction.

Eric Van Nguyen a été accusé en septembre aux États-Unis d’avoir comploté avec deux promoteurs boursiers américains pour détrousser des investisseurs de 290 M$ US. La fraude aux penny stocks, impliquant au moins neuf compagnies, se serait déroulée d’avril 2009 à mai 2012. De nouvelles accusations ont tout récemment été déposées contre lui par la Securities and Exchange Commission (SEC) (voir autre texte).

Encore des penny stocks

L’idée était de faire la promotion de penny stocks en publiant des informations trompeuses sur plusieurs sites internet. Les penny stocks étaient ensuite revendus à profit avant de s’effondrer.

«Il est accepté et compris par les parties que pour ce qui est des nouveaux noms d’utilisateurs et mots de passe relatifs au site Xplosivestocks.com et à la liste d’envoi, l’avocat de Van Nguyen agira en suivant les instructions de 4502221 Canada», dit le document.

Or, des documents obtenus auprès d’Industrie Canada à Ottawa montrent que la compagnie en question est détenue par Tony Papa.

Contacté par notre Bureau d’enquête, Tony Papa a reconnu avoir été en contact avec Van Nguyen il y a environ cinq ans. Il a indiqué qu’ils devaient être partenaires dans la gestion de Xplosivestocks.

Selon lui, le projet a toutefois tourné au vinaigre. «J’ai été engagé avec lui à travers des mensonges et des tromperies, et je suis sorti de la compagnie dans laquelle nous avions des actions après un an», a-t-il dit. Il a assuré ne plus être impliqué dans le monde des penny stocks.


Nouvelles accusations contre le Montréalais

De nouvelles accusations ont été portées cette semaine contre Eric Van Nguyen aux États-Unis.

La Securities and Exchange Commission (SEC), l’équivalent américain de l’Autorité des marchés financiers (AMF), lui reproche notamment d’avoir versé un million de dollars US à John Babikian dans le cadre d’un stratagème présumé de «pump and dump», ou vente d’actions à prix gonflé.

La SEC soutient que lui et deux promoteurs américains ont perçu plus de 10 millions $ US en manipulant la valeur d’actions avec des informations trompeuses sur des sites internet. Les accusations s’ajoutent à celles de fraude déposées contre lui par le procureur du district de Manhattan en septembre.

L’AMF muette

Tony Papa et sa femme ont par ailleurs déjà fait l’objet de cotisations d’environ 6 millions $ de l’Agence du revenu du Canada pour des revenus non déclarés entre 2002 et 2007. Selon des affidavits dans le dossier de cour, l’essentiel des revenus dissimulés provenait de transactions sur des penny stocks. Des comptes extraterritoriaux, aux Bahamas et à Panama, auraient été utilisés dans des transactions.

Malgré cela, ni Eric Van Nguyen ni Tony Papa n’ont été accusés par l’AMF, nous a confirmé le porte-parole Sylvain Théberge. Eric Van Nguyen n’a pas répondu à nos derniers courriels.

Commentaires