/investigations
Navigation
Soumission | Gentilly-2

Frustrés de ne pas avoir été invités à soumissionner

Coup d'oeil sur cet article

À peine deux entreprises sur une possibilité d’une demi-douzaine de la grande région de la Mauricie ont été invitées par Hydro-Québec à faire l’acquisition d’équipements de la centrale Gentilly-2 mis en vente par Hydro-Québec.

À peine deux entreprises sur une possibilité d’une demi-douzaine de la grande région de la Mauricie ont été invitées par Hydro-Québec à faire l’acquisition d’équipements de la centrale Gentilly-2 mis en vente par Hydro-Québec.

Ces équipements en métal, de qualité répondant aux normes nucléaires, ont finalement été achetés, sans appel d’offres, au coût de 68 000$ par l’entreprise Robert Fer et Métaux, à Shawinigan.

On ignore encore combien ils ont coûté à l’origine.

«Je ne peux pas comprendre comment on a pu vendre ça 80$ la tonne alors qu’on paie 140$ la tonne pour des carcasses d’automobiles», a déclaré hier à notre Bureau d’enquête Guy Bélanger, président de L. Bélanger Métal, un des ferrailleurs les plus importants de la région. M. Bélanger n’a pas été invité par Hydro-Québec à faire l’acquisition de pièces d’équipement, souvent de haute-technologie et en acier inoxydable.

Johanne Garand, présidente de Garand Fer et Métaux, fait aussi partie de ceux qui n’ont pas été invités par Hydro. «C’est bien simple, dit-elle, le courant ne passe pas avec Hydro-Québec. Contrairement à la façon de faire habituelle, nous n’avons pas reçu de courriel pour nous informer de la vente du matériel de la centrale. Par contre, on a reçu un courriel pour du matériel vendu à Valleyfield!»

Le ministre se défend

Hier, en chambre face aux questions du député de la CAQ Gérard Dutell qui accuse Hydro-Québec d’avoir procéder à une «vente de garage», le ministre de l’Énergie Pierre Arcand a été forcé de défendre le dossier de la société d’État.

«Nous avons tenté d’avoir dans les circonstances le meilleur prix. On a fait des appels d’offres partout. Hydro-Québec l’a fait et c’est le meilleur prix qu’on a pu trouver dans les circonstances», a affirmé M. Arcand.

Les entreprises rejointes par notre Bureau d’enquête affirment plutôt que la société d’état n’a pas procédé par appels d’offres à Bécancour, mais par invitations. Hydro a refusé de nous confirmer le nom de la deuxième entreprise « invitée » de la région de la Mauricie.

Hydro-Québec soutient que cinq autres entreprises au Québec ont également été invitées et que la vente de ces équipements est survenue après un processus encadré et validé par PriceWaterhouseCoopers.

Commentaires