/news/politics
Navigation
Commissions scolaires

Le libéral Dutil mécontent

robert dutil
Photo Archives / Agence QMI Le député libéral Robert Dutil

Coup d'oeil sur cet article

Le redécoupage des commissions scolaires que pilote le ministre Yves Bolduc continue de faire grincer des dents dans les rangs libéraux. Après le ministre Laurent Lessard, c’est au tour du député libéral Robert Dutil de manifester son mécontentement.

Des élèves devront inévitablement changer d’école à la lumière de la refonte de la carte scolaire de son gouvernement, estime le député de Beauce-Sud.

Il demande au ministre Bolduc «de ne pas toucher au découpage» des commissions scolaires dans sa région.

Le ministre de l’Éducation veut faire passer le nombre de commissions scolaires de 72 à 46 dans la province.

Les commissions scolaires Beauce-Etchemin, Côte-du-Sud et des Appalaches fusionneraient, selon le plan de match du gouvernement libéral. Six municipalités de Beauce-Etchemin changent de territoire. Courcelles, Saint-Robert-Bellarmin et Saint-Ludger se joignent à la Commission scolaire des Sommets, alors que Saint-Narcisse, Saint-Patrice-de-Beaurivage et Saint-Sylvestre s’ajoutent plutôt à la Commission scolaire des Navigateurs. Sans parler de Saint-Henri de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon, qui seront dorénavant affiliées à la commission scolaire fusionnée de la Beauce.

Le libéral Robert Dutil ne s’oppose pas à leur fusion, mais le redécoupage proposé est «une véritable déchirure inutile et dommageable», insiste-t-il. Il a déjà rencontré son collègue Yves Bolduc à ce sujet.

Le ministre s’est fait rassurant mardi, à l’Assemblée nationale. «Aucun élève n’aura à changer d’école. Il y a moyen de s’entendre», a-t-ilrétorqué aux attaques de la péquiste Nicole Léger.

Le ministre de l’Éducation assure que la refonte de la carte scolaire qui a été présentée aux commissions scolaires n’est pas coulée dans le béton. «C’est un document de travail. Nous sommes à l’écoute», a-t-il renchéri.

Commentaires