/sports/hockey/canadien
Navigation
Jean Béliveau

Faits marquants de la carrière de Jean Béliveau le Canadien

Former Montreal Canadiens NHL hockey player Jean Beliveau is given a torch to carry before the season's opening game of the Montreal Canadiens against the Toronto Maple Leafs in Montreal
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

16 décembre 1950 : alors joueur vedette des Citadelles de Québec, de la Ligue de hockey junior provinciale du Québec, Jean Béliveau effectue un premier stage, à titre d’essai, avec le Canadien. Il porte le dossard numéro 17 dans un verdict nul de 1 à 1 contre les Rangers de New York, au Forum.
16 décembre 1950
Alors joueur vedette des Citadelles de Québec, de la Ligue de hockey junior provinciale du ­Québec, Jean Béliveau effectue un premier stage, à titre d’essai, avec le Canadien. Il porte le dossard numéro 17 dans un verdict nul de 1 à 1 contre les Rangers, au Forum.
27 janvier 1951
À son deuxième match avec le Canadien, Béliveau inscrit son premier but dans la LNH contre Harry Lumley, dans une victoire de 4 à 2 contre les Blackhawks de Chicago au Forum. Bernard ­Geoffrion et Hal Laycoe ­récoltent des mentions d’aide sur le but. Portant le numéro 20, Béliveau obtient aussi sa première mention d’aide.
18 décembre 1952
Béliveau poursuit sa carrière à Québec, cette fois avec les As, de la Ligue senior ­provinciale. Il revient avec le Canadien pour disputer trois rencontres. Dans l’une d’elles, il complète son premier tour du chapeau contre Charlie Chuck Rayner dans un triomphe de 6 à 2 face aux Rangers, au ­Forum. Voulant fouetter Dickie Moore, qui avait la tâche de surveiller Béliveau dans les rangs juniors et qui joue maintenant avec le Canadien, l’entraîneur Dick Irvin confie à Béliveau le numéro 12 de Moore, qui assiste au match des gradins avec son frère.
3 octobre 1953
Pour s’assurer de détenir les droits professionnels de Béliveau, le Canadien achète la Ligue senior du Québec pour en faire un circuit professionnel. Le jour du match des étoiles, alors présenté avant le début de la saison, Béliveau signe un contrat de 110 000 $ pour cinq ans, un montant colossal à l’époque. En soirée, il endosse pour la première fois le chandail numéro 4 et le Canadien, champion en titre de la coupe Stanley, s’incline 3 à 1 devant une équipe d’étoiles composée des meilleurs joueurs des cinq autres formations de la LNH.
5 novembre 1955
Performance de quatre buts, dont trois en l’espace de 44 secondes durant la même supériorité numérique, dans une victoire de 4 à 2 contre les Bruins. Le grand Terry Sawchuk est le gardien des Bruins.
18 février 1956
Pour la première fois de sa carrière, Béliveau atteint le plateau des 40 buts grâce à un tour du chapeau contre Lorne Worsley, des Rangers, lequel ­deviendra son ­coéquipier en 1963. Le Canadien ­l’emporte 9 à 4.
4 mars 1956
Béliveau inscrit deux buts dans un gain de 6 à 4 contre les Red Wings. Son deuxième but de la soirée est le 100e de sa carrière en saison régulière et son 44e de la saison, ce qui bat le record pour un joueur de centre établi par Cooney Weiland, des Bruins, lors de la saison 1929-1930. ­Béliveau termine la saison avec 47 buts, marque qui sera ­surpassée par Phil Esposito (49) lors de la saison 1968-1969.
8 mars 1956
Béliveau ­obtient son 81e point de la saison, battant le record du ­Canadien pour un joueur de centre qui avait été établi par Elmer Lach lors de la campagne 1944-1945.
18 mars 1956
Béliveau termine sa brillante saison avec son 47e but dans une victoire de 3 à 1, à New York. Il remporte le championnat des marqueurs de la LNH avec 88 points, tout en totalisant 143 minutes de pénalité, un sommet pour un joueur de centre. Le record précédent de 125 avait été établi par Hooley Smith, des Sénateurs, lors de la saison 1926-1927.
10 avril 1956
Il remporte la première de ses 10 Coupes Stanley dans l’uniforme du Canadien. Il totalise 19 points, dont 12 buts, en séries éliminatoires.
16 avril 1957
Le Canadien remporte la coupe Stanley pour une deuxième année consécutive. Béliveau termine au troisième rang des marqueurs de la LNH avec 84 points, cinq de moins que le vainqueur Gordie Howe.
20 avril 1958
Béliveau inscrit un but et récolte une mention d’aide alors que le Canadien triomphe des Bruins 5 à 3, au Boston Garden, pour remporter une troisième coupe Stanley consécutive.
28 mars 1959
Béliveau subit une blessure au dos qui le tient à l’écart du jeu pour le reste des séries. Après deux matchs de la demi-finale contre les Blackhawks, il montrait une fiche d’un but et quatre mentions d’aide.
18 avril 1959
Son nom est gravé pour une quatrième année d’affilée sur la coupe Stanley alors que le Canadien prend la mesure des Maple Leafs en cinq matchs en finale.
28 janvier 1960
À son 424e match dans la LNH, Béliveau récolte son 500e point en carrière dans une victoire de
4 à 2 contre les Red Wings, à l’Olympia de Detroit.
14 avril 1960
Il marque deux buts, dont celui de la victoire, alors que le Canadien signe une cinquième conquête successive de la coupe Stanley, un record de tous les temps.
11 octobre 1961
À sa grande surprise, Béliveau est élu capitaine du Canadien par ses coéquipiers. Il succède à Doug Harvey, qui a été échangé aux Rangers.
7 décembre 1961
Après avoir raté les 25 premiers matchs de la saison en raison d’une déchirure ligamentaire au genou droit, il porte le «C» pour la première fois dans une victoire de 4 à 1 contre les Maple Leafs, au Forum.
26 janvier 1963
Il inscrit le 300e but de sa carrière contre Lorne Worsley dans une victoire de 4 à 2 contre les Rangers.
23 février 1963
À son 606e match dans la LNH, il obtient le 700e point de sa carrière dans une autre victoire contre les Rangers, cette fois par la marque de 6 à 3.
1er mai 1965
Dans le septième match de la finale de la coupe Stanley au Forum, Béliveau ouvre la marque après seulement 14 secondes de jeu. Le Canadien blanchit les Blackhawks 4 à 0, remportant ainsi la coupe pour la première fois en cinq ans. Béliveau est fait premier lauréat du trophée Conn Smythe décerné au joueur le plus utile des séries.
19 mars 1966
Avec deux mentions d’aide dans un triomphe de 6 à 2 contre les Rangers, il atteint le plateau des 900 points à son 804e match.
5 mai 1966
Il remporte sa septième coupe Stanley alors qu’Henri Richard marque le but vainqueur en prolongation dans le sixième match de la finale à Detroit.
17 décembre 1966
Il subit une sérieuse blessure à un œil lorsque atteint accidentellement par le bâton de Stan Mikita, dans un verdict nul de 4 à 4 contre les Blackhawks au Forum. Il rate 13 matchs ainsi que la rencontre des étoiles présentée le 18 janvier 1967 à Montréal.
11 octobre 1967
Après Maurice Richard et Gordie Howe, il devient le troisième joueur de l’histoire à marquer 400 buts. Béliveau réussit l’exploit dans le premier match opposant l’une des six équipes originelles à l’une des six nouvelles formations provenant de la grande expansion. Le Canadien l’emporte 2 à 1 à Pittsburgh.
28 décembre 1967
En vertu d’une récolte de quatre mentions d’aide dans une victoire de 6 à 2 contre les North Stars, il devance Maurice Richard au premier rang des marqueurs de l’histoire du Canadien. Béliveau totalise 967 points en 884 matchs alors que Richard a terminé sa carrière avec 965 points en 978 matchs.
3 mars 1968
Il devient le deuxième joueur, après Gordie Howe, à franchir le cap des 1000 points, et ce, à son 911e match dans la LNH.
20 avril 1968
Il réussit son seul tour du chapeau en séries contre Denis DeJordy, dans une victoire de 4 à 1 contre les Blackhawks.
5 mai 1968
Victime d’une blessure à un genou dans le premier match de la finale contre les Blues, il reçoit la coupe Stanley en béquilles lors du dernier match précédant les grandes rénovations du Forum, durant l’été 1968. Toe Blake dirige aussi le Canadien pour la dernière fois. Sous sa tutelle, le Tricolore a gagné la coupe huit fois en 13 ans. Béliveau a fait partie de toutes ces éditions championnes, tout comme ses coéquipiers Henri Richard et Claude Provost.
24 avril 1969
Il inscrit le seul but de sa carrière en prolongation dans la LNH pour permettre au Canadien d’éliminer les Bruins en demi-finale. Une dizaine de jours plus tard, Béliveau et les siens disposent à nouveau des Blues en finale. L’entraîneur est Claude Ruel, qui a prénommé son fils Jean en l’honneur de son capitaine.
29 octobre 1969
Il devient le premier joueur du Canadien à disputer 1000 matchs dans la LNH.
5 avril 1970
Pour la seule fois de sa carrière, Béliveau rate les séries éliminatoires. Il s’agit d’une première pour le Canadien depuis 1948.
16 juillet 1970
Béliveau signe un dernier contrat avec le Canadien, à la demande du directeur général Sam Pollock, qui lui demande de veiller sur les nombreux jeunes joueurs qui se joindront à l’équipe cet automne-là.
11 février 1971
Il atteint le plateau des 500 buts de façon grandiose en réussissant un tour du chapeau dans une victoire de 6 à 2 contre les North Stars. Le gardien adverse est Gilles Gilbert qui a grandi à Québec, témoin des nombreux exploits de Béliveau dans les rangs juniors et au niveau senior. Frank Mahovlich et Phil Roberto participent à son 500e but. Son tour du chapeau est le 18e et dernier de sa carrière.
21 mars 1971
Le grand capitaine enfile le 80e et dernier but vainqueur de sa carrière dans une victoire de 6 à 2 à New York.
24 mars 1971
C’est la soirée Jean Béliveau au Forum, événement qui marque le lancement d’une œuvre de bienfaisance à son nom pour les enfants malades et dans le besoin. Un premier chèque de 155 000 $ est remis à la fondation. Le premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, lui rend hommage: «Rares sont les athlètes qui ont connu une carrière aussi exemplaire. Par son courage, sa discipline, son sens de l’honneur, son intelligence, sa finesse et son magnifique esprit d’équipe, Jean Béliveau a procuré un nouveau prestige au hockey.»
3 avril 1971
Béliveau franchit le plateau des 25 buts pour la 13e fois dans une victoire de 7 à 2 contre les Rangers. Il s’agit du 507e et dernier but de sa carrière, auquel s’ajoutent 712 mentions d’aide pour un total de 1219 points. Le lendemain à Boston, il dispute le 1125e et dernier match régulier de sa carrière.
8 avril 1971
Performance de deux buts et deux mentions d’aide alors que le Canadien transforme un déficit de 1-5 en une victoire de 7 à 5 aux dépens des Bruins, qui sont largement favoris pour signer une deuxième conquête consécutive de la coupe Stanley. Le 18 avril, Béliveau et ses coéquipiers, dont un dénommé Ken Dryden, réalisent l’improbable en sortant les Bruins des séries.
11 mai 1971
Béliveau inscrit son 79e et dernier but en séries dans une victoire de 5 à 2 contre les Blackhawks, au Forum. Maurice Richard détient alors le record avec 82.
18 mai 1971
Béliveau se retire dans la gloire alors que le Canadien dispose des Blackhawks 3 à 2 dans le septième match de la finale disputé au Chicago Stadium. Cette conquête est la 10e de sa carrière, sommet qu’il partage alors avec Henri Richard, qui a marqué les buts égalisateur et vainqueur dans la victoire ultime. Richard ajoutera une 11e bague à sa collection en 1973.
9 juin 1971
Jean Béliveau annonce son retrait de la compétition active pour devenir vice-président des relations corporatives et sociales du Club de hockey Canadien.
9 octobre 1971
Le Canadien retire son chandail numéro 4 lors d’une cérémonie précédant le premier match de la saison au Forum.
9 juin 1993
En remportant la Coupe Stanley, le Canadien permet à Béliveau d’inscrire son nom pour une septième fois, en qualité d’administrateur, sur le trophée. Au total, son nom figure sur la coupe 17 fois.
31 août 1993
Jean Béliveau tire sa révérence après 40 ans de loyaux services au CH. Il transfère le capital de sa fondation, un montant de quelque 900 000 $, à la Société québécoise pour enfants handicapés. En 20 ans, sa fondation a versé près de 600 000 $ à diverses œuvres de bienfaisance.

 


HONNEURS SPORTIFS

1950-1951: première équipe d’étoiles de la Ligue junior provinciale du Québec (Citadelles de Québec)

1952-1953: Coupe du président (championnat des séries de la Ligue senior du Québec) avec les As de Québec; coupe Alexander (champions canadiens seniors); première équipe d’étoiles de la Ligue senior provinciale du Québec

1954-1955: première équipe d’étoiles de la LNH

1955-1956: première coupe Stanley; trophée Art Ross (champion marqueur de la LNH); trophée Hart (joueur le plus utile à son équipe); première équipe d’étoiles

1956-1957: deuxième coupe Stanley; première équipe d’étoiles

1957-1958: troisième coupe Stanley; deuxième équipe d’étoiles

1958-1959: quatrième coupe Stanley; première équipe d’étoiles

1959-1960: cinquième coupe Stanley; première équipe d’étoiles

1960-1961: première équipe d’étoiles

1963-1964: trophée Hart; deuxième équipe d’étoiles

1964-1965: sixième coupe Stanley; trophée Conn Smythe (joueur le plus utile à son équipe dans les séries)

1965-1966: septième coupe Stanley; deuxième équipe d’étoiles

1967-1968: huitième coupe Stanley

1968-1969: neuvième coupe Stanley; deuxième équipe d’étoiles

1970-1971: dixième coupe Stanley

2009: prix de la LNH pour l’ensemble de sa carrière; nommé membre honoraire de Hockey Canada

2010: capitaine honoraire del’équipe olympique canadienne aux Jeux de Vancouver


DISTINCTIONS CIVILES

Ordre national du Québec: Chevalier (1988); Officier (2006); Grand Officier (2010)

Ordre du Canada: Officier (1969); Compagnon (1998)

Diplômes honorifiques: Université du Nouveau-Brunswick (éducation physique); Université McGill (droit)

2001: son nom est ajouté à l’Allée canadienne des célébrités à Toronto et la Société canadienne des postes frappe un timbre à son effigie.

Commentaires