/sports/spsections
Navigation
Jean Béliveau

La classe politique salue la mémoire de Jean Béliveau

Philippe Couillard, caucus, liberaux, premier ministre
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Coup d'oeil sur cet article

Les députés de l'Assemblée nationale étaient unanimes, mercredi, pour saluer l'«immense contribution» de Jean Béliveau à la société québécoise.

«C’était grand Québécois, pas seulement pour le sport, mais pour l’image qu’il renvoyait aux Québécois d’eux-mêmes», a réagi Philippe Couillard.

Le premier ministre en a profité pour partager l’anecdote de sa première rencontre avec le joueur légendaire.

«À l’âge 13 ans, j’étais allé me cacher en arrière du Forum pour attendre les joueurs après leur pratique et j’ai réussi, en 1970, à avoir un autographe de chaque joueur, incluant le sien», s’est souvenu M. Couillard. Il avait été très gentil. Il aurait pu passer tout droit, mais non, il s’était arrêté pour me dire bonjour et me signer un autographe.»

M. Couillard a indiqué que le Protocole du gouvernement avait demandé à l’Assemblée nationale de mettre le drapeau du Québec en berne. Des contacts seront également établis avec le Canadien de Montréal et la famille de Jean Béliveau pour l’organisation de ses funérailles.

Plusieurs ministres et députés, tous partis confondus, ont également rendu hommage au numéro 4 du Canadien.

«Au-delà de l’image, de la qualité du Québécois qu’il était, on devrait toujours s’en rappeler et être fier d’un homme [...] qui s’est démarqué comme être humain», a réagi le ministre responsable de la région de Montréal, Robert Poëti.

«Je l’ai rencontré lors de séances d’autographe et c’est vrai que c’était quelqu’un d’impressionnant, s’est  de son côté remémoré le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. J’aimais beaucoup le hockey à l’époque et dans la maison chez nous, c’était un des héros. C’est une triste journée.»

Le chef par intérim du Parti québécois, Stéphane Bédard, a parlé «d’une grande perte pour le Québec».

«Je pense que c’est le plus grand capitaine de l’histoire du Canadien, a-t-il dit. Il incarnait c’était quoi un capitaine sur la glace par l’exemple, par ses qualités athlétiques, mais aussi dans le vestiaire, à l’extérieur. Il pouvait donner de la classe à tout le monde autour de lui par sa façon de faire.»

«Un grand Québécois nous a quittés, a renchéri le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, sur son compte Twitter. J'ai passé les samedis soir de mon enfance avec mon père et Jean Béliveau! »

Le chef caquiste a partagé sur le réseau social une photographie de lui, enfant, en compagnie de Jean Béliveau. Le cliché avait été pris lorsque le joueur de hockey avait visité le corps de clairons et de tambours dans lequel jouait François Legault.

Les porte-parole de Québec solidaire, Andrés Fontecilla et François David, ont présenté leurs condoléances à la famille et aux proches de M. Béliveau.

«De Trois-Rivières à Victoriaville en passant par Québec et évidemment Montréal, villes où il a joué, "le gros Bill" a marqué l'histoire de notre pays de façon indélébile depuis plus de 60 ans. Il a toujours été un exemple et une inspiration pour les Québécoises et les Québécois», a déclaré M. Fontecilla par voie de communiqué.

Commentaires