/news/currentevents
Navigation
Exclusif | Gab Roy | Mariloup Wolfe

Le blogueur Gab Roy muselé pour les trois prochaines années

Gab Roy
Photo d'archives Gab Roy

Coup d'oeil sur cet article

Mariloup Wolfe et Gab Roy ont réglé leurs différends hors cour. Vu sa «précarité financière», le controversé blogueur s’est notamment engagé à réaliser 500 heures de travaux communautaires auprès d’organismes venant en aide aux femmes violentées, et à s’abstenir de partager ses opinions sur le web pendant trois ans.

Le 23 octobre 2013, Gab Roy (dont le véritable nom est Gabriel Roy) a publié sur le web un billet intitulé «Shotgun sur Marilou Wolfe». Particulièrement cru, le billet décrivait en détail son désir d’avoir une relation sexuelle particulièrement dégradante, et violente avec la comédienne.

Mariloup Wolfe s’est tournée vers les tribunaux, le 8 mars dernier, en déposant une action en diffamation, et en réclamant la somme de 300 000 $ pour «l’atteinte fautive et intentionnelle à sa vie privée, à son image, à sa dignité personnelle et à sa réputation professionnelle».

Advenant que des sommes lui soient octroyées à l’issue du procès – qui devait s’étirer sur trois jours à compter d’hier matin -, la comédienne s’était engagé à les verser sous forme de dons à desorganismes communautaires et de charité dédiés à combattre la violence faite aux femmes.

«Du temps»

«Vu la précarité financière dans laquelle se trouve actuellement M. Roy, les organismes devant bénéficier d’un éventuel jugement risquaient de ne rien recevoir», a laissé savoir hier le cabinet d’avocats Norton Rose Fulbright, qui représente Mariloup Wolfe.

«(...) Mariloup Wolfe a opté pour une résolution du litige selon des conditions qui pourront permettre aux organismes qu’elle souhaitait aider de pouvoir bénéficier de la seule chose que M. Roy puisse actuellement offrir : du temps.»

Gab Roy s’est donc engagé à réaliser 500 heures de travaux communautaires, au cours des trois prochaines années, auprès d’organismes communautaires et de charité dédiés à combattre la violence faite aux femmes. Le controversé blogueur s’est aussi engagé à ne pas tenir de blogue, ni à partager ses opinions sur internet, pour les trois prochaines années. Si ces conditions ne sont pas respectées, Gab Roy s’est engagé à verser 60 000 $ pour les dommages causés.

Les procureurs de la comédienne, Norton Rose Fulbright, se sont engagés à faire le décompte des heures effectuées par Gab Roy auprès des organismes et à faire respecter les termes de l’entente.

Lettre d’excuses

Gab Roy a profité du règlement pour rédiger une lettre d’excuses à l’endroit de Mariloup Wolfe et de son conjoint, Guillaume Lemay-Thivierge.

«Le dit texte, se voulant au départ une missive humoristique, s’est plutôt avéré une démarche extrêmement maladroite que même l’humour ne pouvait excuser et qui prit des proportions gargantuesques en raison de sa grossièreté et son mauvais goût», reconnaît Roy dans la lettre.

«Pour ma part, j’ai récemment entamé un congé de vie publique qui me permet de réfléchir sur mes erreurs du passé et qui m’aidera sans aucun doute à devenir un homme meilleur, voire, un meilleur auteur», écrit Roy, avant de souhaiter de «joyeuses fêtes à la famille de Madame Wolfe».


 

Commentaires