/sports/hockey/canadien
Navigation
Jean Béliveau

«Un être d’exception» - Réjean Houle

Jean Béliveau, lors du dévoilement du timbre de Postes Canada de la série «Étoiles de la LNH» en janvier 2001.
PHOTO D'ARCHIVES/PIERRE-YVON PELLETIER/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI
Photo Pierre-Yvon Pelletier / Archives du Journal de Montréal Jean Béliveau, lors du dévoilement du timbre de Postes Canada de la série «Étoiles de la LNH» en janvier 2001. PHOTO D'ARCHIVES/PIERRE-YVON PELLETIER/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Réjean Houle fait partie des dernières personnes à avoir vu le «Grand Jean» avant son décès hier. Même s’il était très faible, il ne manquait pas de parler des succès de sa belle équipe.

«Geoff Molson et moi sommes allés le voir vendredi dernier. Il manquait pas mal d’énergie, mais ça ne l’a pas empêché de nous parler du Canadien. Il était tellement fier de leurs performances», confie M. Houle.

Alors qu’il a été le coéquipier de Jean Béliveau pendant trois ans, Réjean Houle se souvient de son grand esprit d’équipe.
«C’est de très bons souvenirs pour moi, une des plus belles périodes de ma vie. Il était capitaine du Canadien, moi je n’avais que 22 ans. Il prêchait toujours par l’exemple et c’était toujours l’équipe qui passait avant tout. Si tu avais à prendre une mise en échec, tu devais le faire pour tes coéquipiers», raconte-t-il.

Le numéro 4 du Canadien était aussi très rassembleur, tous les joueurs étaient derrière lui.
«Il nous amenait dans son restaurant préféré à Chicago, le Double R, un pub country. Quand le Grand Jean était là, les joueurs étaient très sages», raconte M. Houle, en riant.

Après avoir pris sa retraite, M. Béliveau était toujours bien impliqué. Il était présent à tous les événements auxquels il était invité, surtout lorsque c’était relié aux jeunes.

«C’était un être d’exception, plus grand que nature. Il était toujours présent pour la Fondation des Canadiens pour l’enfance, il était un ambassadeur réputé pour nous. C’était une grande vedette du hockey, mais aussi un homme reconnu pour sa dignité et sa grandeur d’âme», souligne M. Houle.


 

Commentaires