/investigations/taxes
Navigation
Embauché par des entreprises financées par Québec

Une autre firme subventionnée a embauché le fils Daoust

GEN-FEMPRO-INC
Photo AGENCE QMI Fempro fabrique des produits hygiéniques féminins à Drummondville. L’entreprise a reçu trois prêts d’Investissement Québec qu’elle a complètement remboursés récemment.

Coup d'oeil sur cet article

Une deuxième entreprise ayant reçu des millions de dollars d’Investissement Québec, alors que Jacques Daoust en était le grand patron, a embauché le fils du président, a appris notre Bureau d’enquête.

Une deuxième entreprise ayant reçu des millions de dollars d’Investissement Québec, alors que Jacques Daoust en était le grand patron, a embauché le fils du président, a appris notre Bureau d’enquête.

En 2011, Sébastien Daoust a été embauché par Fempro I inc., une entreprise de Drummondville qui a reçu trois prêts totalisant 3,65 millions $ d’Investissement Québec (IQ).

À cette époque, son père, Jacques Daoust, aujourd’hui ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations dans le gouvernement Couillard, était PDG d’Investissement Québec.

Notre Bureau d’enquête a récemment révélé que le fabricant de jus bien connu Lassonde avait aussi embauché ce fils de Jacques Daoust, en septembre 2013, après avoir eu le feu vert pour une subvention non remboursable de 1,85 M$ d’Investissement Québec, alors que Jacques Daoust en était encore président.

Sébastien Daoust serait toujours à l’emploi des Industries Lassonde, au poste de conseiller principal en technologies d’informations. Les choses ont toutefois moins bien tourné chez Fempro, selon des documents judiciaires explicites: il a été congédié en juin 2013, seulement trois jours après que les médias eurent rapporté que son père était lui-même limogé et remplacé à la tête d’Investissement Québec par le gouvernement du Parti québécois.

CoÏncidence

Comme il l’avait fait pour le dossier Lassonde, le ministre et député de Verdun a fait dire par son attachée de presse qu’il n’était pas intervenu pour le compte de son fils pour l’aider à obtenir un poste chez Fempro.

«Je ne vois pas le lien, a déclaré son attachée de presse Melissa Turgeon. Il n’y a aucun lien entre les prêts et le fait que M. Daoust travaille chez Fempro. [...] Son fils ne fait pas de politique.»

Sébastien Daoust n’a pas voulu commenter quand nous l’avons rejoint chez Lassonde. Son avocat chez Gowlings n’a pas rappelé Le Journal.

Devant les tribunaux

L’affaire est maintenant devant les tribunaux: Sébastien Daoust réclame une indemnité de départ et d’autres dommages totalisant 50 700 $ auprès du fabricant de produits hygiéniques féminins vendus sous la marque Incognito.

La cause est présentement en conciliation, si bien que l’entreprise ne veut pas commenter.

«Il y a des pourparlers de règlement qui ne sont pas finalisés, mais il y a une entente de confidentialité au dossier. Alors, je n’ai pas le droit de faire de déclaration», a dit Me Daniel Rochette, un avocat montréalais.


 

Fempro inc. a reçu trois prêts totalisant 3,65 M$ d’Investissement Québec: 1,15 M$ en 2008, 1 M$ en juillet 2011 et 1,5 M$ vers la fin de 2012. Jacques Daoust était le président d’IQ quand les trois ont été accordés.


 

Commentaires