/entertainment/movies
Navigation
The Homesman

Une lumière crue sur le Far West

Une lumière crue sur le Far West
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Dernier-né de Tommy Lee Jones, The Homesman est le miroir renversé des films westerns. Il met en scène des femmes qui n’ont plus toute leur tête, des cowboys pas très braves et des gens qui reviennent vers l’Est, plutôt que de poursuivre la conquête de nouveaux territoires, complètement sauvages.

Dernier-né de Tommy Lee Jones, The Homesman est le miroir renversé des films westerns. Il met en scène des femmes qui n’ont plus toute leur tête, des cowboys pas très braves et des gens qui reviennent vers l’Est, plutôt que de poursuivre la conquête de nouveaux territoires, complètement sauvages.

Voici donc un western entièrement dépouillé de tous ses glorieux symboles.

Hilary Swank tient le rôle-titre de Mary Bee Cuddy, une pionnière libre de fortune qui vit sur le territoire du Nebraska en 1860. Un jour le malheur frappe sa paroisse: trois jeunes femmes perdent la raison à vivre dans cet univers hostile. Mary Bee doit les accompagner jusqu’à leur nouveau refuge chez un méthodiste qui vit en Iowa. Forte et volontaire, elle sollicite l’aide de George Briggs (Tommy Lee Jones), plutôt que de prendre la route seule et de s’exposer aux dangers, dont le parcours est truffé.

Jones, qui a coscénarisé et réalisé le long métrage dans lequel il partage également la vedette, n’hésite pas à dépeindre cette réalité revêche qui a mené les trois femmes à la folie. Un univers où les villes se font rares et où les enfants tombent comme des mouches. La gentillesse et la générosité sont aussi en pénurie. Présentes d’esprit ou non, les femmes sont le ciment de la famille et de la communauté, et l’exil des trois dames est pénible du début à la fin.

Les femmes sont enchaînées dans un wagon recouvert, qui est conduit par Mary Cuddy et le fainéant Briggs jusqu’à ce qui semble improbable comme destination en Iowa.

Dérangeant

La route est semée d’embûches: des Amérindiens hostiles et d’impitoyables colons. De la dépendance des femmes à Cuddy à cette dernière qui fait la lessive à la main, les obstacles sont incessants sur le plan physique et émotionnel.

La lumière crue jetée sur le Far West n’est pas jolie à regarder. The Homesman est un film dérangeant (notez la musique) malgré ses éléments de rédemption et ses références aux sombres fondements de l’identité américaine soigneusement polie. La notion de nation n’y est pas aussi glorieuse. Ce film vous habitera longtemps après le visionnement.

Tomme Lee Jones n’est peut-être qu’à sa quatrième réalisation, mais quelque chose de l’homme inspire sûrement confiance pour avoir attiré des collaborateurs de marque comme William Fichtner, John Lithgow, Tim Blake Nelson, Meryl Streep, Hailee Steinfels et James Spader. Tous ces gros noms figurent au générique dans de petits rôles.

The Homesman est sorti en salle le vendredi 28 novembre.

  • The Homesman (3.5/5)
Un film de Tommy Lee Jones 
Avec Tommy Lee Jones, Hilary Swank, Miranda Otto
Commentaires