/sports/fighting
Navigation
Boxe

Des millions laissés sur la table

En signant son entente avec Showtime, Adonis Stevenson a refusé une offre alléchante

brulotte
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Adonis Stevenson a levé le nez sur plusieurs millions de dollars quand il a décidé de tourner le dos au Russe Sergey Kovalev en mars dernier.

Adonis Stevenson a levé le nez sur plusieurs millions de dollars quand il a décidé de tourner le dos au Russe Sergey Kovalev en mars dernier.

Selon ce que Le Journal de Montréal a appris hier, le champion du monde WBC et The Ring des mi-lourds aurait laissé tomber une offre qui lui aurait rapporté entre 2,5 et 3 millions $ pour affronter le Russe en sol québécois.

Pendant ce temps, Kovalev aurait encaissé une somme de beaucoup inférieure (environ 1 million $) afin de pouvoir gagner de la ­crédibilité sur la scène internationale.

«À l’époque, c’est vrai qu’Adonis était très avantagé dans cette proposition, car Kovalev n’avait pas la même notoriété qu’aujourd’hui après sa victoire contre Bernard Hopkins, a mentionné le promoteur de Stevenson, Yvon Michel. J’avais tenté d’attacher le maximum de revenus avec les contacts que je possédais.

«Malgré cette proposition alléchante, elle était de loin inférieure à celle de Showtime pour un éventuel combat contre Hopkins, a-t-il ajouté sans préciser les montants soumis par le réseau américain de télévision. On s’est toutefois fait jouer un tour par celui-ci par la suite.»

« Superman » veut encore ce combat

Michel n’en démord pas. Stevenson n’a pas choisi de signer une entente avec Showtime pour éviter un éventuel duel contre Kovalev.

«C’était une décision très normale dans le contexte de ce moment-là, a souligné le promoteur. Et ça n’a surtout rien à voir avec le fait qu’il ne veut pas se mesurer au protégé de Main Events.

«D’ailleurs, Adonis tient à faire ce combat et c’est la demande qu’il nous a fait à son gérant Al Haymon et moi. On s’en va dans cette direction et on sait pertinemment que c’est un combat que tout le monde voudrait regarder.»

Il faudra maintenant voir si Michel et ­Haymon sauront convaincre la promotrice de Kovalev, Kathy Duva, dans les prochains mois. La réponse de celle-ci est intéressante.

«C’est encore un duel qui est sur la table de notre côté, a souligné Duva lors d’un entretien exclusif avec Le Journal de Montréal dans un hôtel montréalais. Par contre, Stevenson ne semble pas enclin à affronter mon poulain.

«Pour ce qui est de Sergey, il n’a l’intention de reculer devant personne et il aimerait ajouter les ceintures WBC et The Ring à sa collection. Je serai toujours prête à écouter si le ­téléphone sonne à mon bureau.»

Kovalev–pascal : un naturel

Contrairement à ce que certains peuvent penser, Michel était heureux de constater que Jean Pascal affrontera Kovalev au Québec en mars 2015.

«Ce combat est un naturel, a-t-il souligné. D’un côté, Jean attirera des amateurs aux guichets alors que Kovalev apportera les revenus de HBO avec lui.

«En plus, on aura l’occasion de voir un champion unifié dans notre cour.»

Advenant une victoire du pugiliste québécois, on pourrait avoir droit à un mégacombat entre lui et Stevenson pour toutes les ­ceintures disponibles chez les mi-lourds.

Toutefois, il faut garder les deux pieds sur terre, car plusieurs choses pourraient survenir avant d’envisager ce scénario de rêve.

 

Commentaires