/news/politics
Navigation

Remaniement de cabinet en 2015

Remaniement de cabinet en 2015
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard jongle avec l'idée de remanier son cabinet au début 2015, a appris Le Journal.

L'idée d'apporter des changements au Conseil des ministres neuf mois seulement après avoir pris le pouvoir recueille des appuis au sein de la garde rapprochée du premier ministre, mais ne fait pas pour autant l'unanimité. Certains militent davantage pour un remaniement plus tard au printemps.

Ce serait l'occasion d'offrir des promotions à des ministres qui ont livré la marchandise, comme Pierre Moreau, nous dit-on. Le néophyte ministre de l'Emploi, François Blais, obtient également de bonnes notes chez les stratèges libéraux.

Pour les partisans d'un remaniement rapide, ce serait aussi le moment de montrer que Philippe Couillard n'est pas insensible à la colère de la population, par exemple pour les garderies.

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a été sur la sellette ces derniers mois. La session parlementaire s'est même terminée sur une mauvaise note pour le gouvernement Couillard avec le dépôt d'un projet de loi sur les «places fantômes» dans les garderies, qui sanctionne les parents à hauteur de 3600$. Devant le tollé suscité par cette initiative, Mme Charbonneau a dû reculer.

Des noms ont commencé à circuler dans le cercle restreint qui entourent le premier ministre pour une remplaçante à l'actuelle ministre de la Famille.

Stéphanie Vallée est du lot. Le travail de la ministre de la Justice est très apprécié, mais l'épineux projet de loi sur la laïcité qui s'en vient pourrait convaincre le PM de la laisser en place à la Justice. Le nom de Hélène David, ministre de la Culture, est aussi évoqué pour récupérer le ministère de la Famille.

En raison de son inexpérience, le premier ministre pourrait toutefois laisser à Francine Charbonneau une deuxième chance.

Un argument que ne pourra toutefois pas invoquer Yves Bolduc. Le ministre de l'Éducation a connu des moments difficiles ces derniers mois, en commençant par les explications qu'il a dû fournir sur la prime de 215 000$ qu'il a encaissé quand il était dans l'opposition pour avoir pris en charge des patients.

Certains stratèges estiment au contraire qu'un jeu de chaise musicale n'est pas souhaitable à ce stade-ci et constitue un aveu d'échec.

Des ministres du cabinet Couillard signalent d'ailleurs au Journal que la croisade de leur gouvernement contre la lutte au déficit implique des décisions difficiles. Dans ce contexte, ils veulent sentir hors de tout doute que leur chef les supporte. Le premier ministre «ébranlerait l'équipe dans une phase critique», fait même valoir un membre de l'équipe ministérielle libérale, sous le couvert de l'anonymat.