/misc
Navigation

Jean Béliveau donne de la classe aux policiers

NHL-HOCKEY-BELIVEAU/
PHOTO REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Les policiers de Montréal ont donc décidé de vêtir l’uniforme réglementaire pour les funérailles nationales du grand Jean Béliveau, ce mercredi, à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde.

Exit, donc, du paysage montréalais ces images d’agents à l’allure de bouffons supposés représenter la loi et l’ordre. Du moins, le temps de quelques heures...

Voilà six mois que les policiers du SPVM assurent leur quart de travail affublés de pantalons de camouflage colorés, en jean, casquette vissée sur la tête, histoire de protester contre le projet de loi 3 du gouvernement Couillard qui prévoit un partage plus équitable de leur généreux régime de retraite.

(Leur fonds de pension était jusqu’ici grassement financé – à 76 % – par les contribuables montréalais. La Loi a finalement été adoptée jeudi à l’Assemblée nationale par 85 voix contre 28.)

C’est donc devenu chose courante de voir à Montréal nos représentants de l’ordre public vêtus de leur habit clownesque, en train de rédiger une contravention, souvent affalés sur leur auto-patrouille qu’ils ont massivement barbouillée – même jusque dans les vitres – d’autocollants vendant leur salade syndicale.

Un acte de vandalisme sur un bien public pour lequel ils ne seront peut-être jamais punis...

Cela prenait donc la grande classe du grand Jean Béliveau pour leur inculquer un peu de respect. Dommage qu’ils n’aient pas eu cette élégance la semaine dernière, au moment de commémorer la mort de 14 jeunes femmes assassinées à Polytechnique il y a 25 ans.

Profitons-en pendant que ça passe. Le temps de quelques heures seulement...