/lifestyle/food
Navigation

Le goût du bonheur dans un champ d’ail

Coup d'oeil sur cet article

Édith Lachapelle ne travaille pas. Elle joue. Depuis presque 20 ans, elle s’amuse à faire pousser des plantes médicinales sur ses terres de Saint-Liguori.

Édith Lachapelle ne travaille pas. Elle joue. Depuis presque 20 ans, elle s’amuse à faire pousser des plantes médicinales sur ses terres de Saint-Liguori.

Avec le temps, l’ail est devenu son jouet préféré, une véritable passion. Elle le bichonne et le transforme pour en faire des assaisonnements tout en raffinement qu’elle emballe soigneusement dans de jolis pots métalliques.

Quand je suis sur mon tracteur, je resplendis de bonheur, raconte celle qui a tout abandonné à l’âge de 33 ans (chum, travail, maison et animaux), pour se construire une nouvelle vie. De secrétaire, elle est devenue agricultrice et femme d’affaires. «Travailler entre quatre murs ne me ressemblait pas du tout, dit Édith. Je voulais jouer dehors!»

De la fenêtre de son bureau à Joliette, elle voyait cette dame s’amusant à entretenir les platebandes municipales. Le plus beau métier du monde, se disait-elle à l’époque. «Je me suis vue en elle», se souvient Édith. Peu de temps après, elle a commencé des études en horticulture avec une spécialité en herboristerie. Au départ, elle voulait apprendre à cultiver des plantes pour soigner les animaux.

«Les humains, c’est plus compliqué à soigner. Ils ont des préjugés et s’abandonnent moins facilement», croit-elle. C’est en désherbant le jardin d’une herboriste où poussait de l’ail à profusion qu’elle a eu un coup de foudre pour cette plante à bulbe que plusieurs considèrent comme l’aliment médicament par excellence.

«Je me suis mise à genoux pour commencer à travailler et j’ai eu une révélation. C’est comme si l’ail m’avait choisie. Je savais que je ne pourrais pas cultiver autre chose.»

La recette du succès

Dans sa première maison louée, à Saint-Jacques, elle cultive ses premiers rangs d’ail et s’amuse à recevoir ses amis avec des spaghettis à l’ail. L’idée de faire de la transformation pour mieux gagner sa vie prend forme. C’est en 1997 que naît son entreprise, À fleur de pot.

À cette époque, elle met au point la recette de sa succulente tartinade à l’ail (un beurre à l’ail) qu’elle vient tout juste de mettre en marché (près de 20 ans plus tard) dans de séduisants tubes colorés. «Cette recette, c’est la réalisation d’une vie pour moi. J’avais un emballage en tête, mais pas assez d’argent pour réaliser mon projet. J’en donnais à mes amis, mais j’ai toujours gardé ma recette pour moi. Je savais que ce serait un succès et ça l’est. Ça sort à coup de deux!

Dans sa coquette maison de campagne de Saint-Liguori, achetée et rénovée il y a huit ans, elle popote et invente de nouveaux produits en attendant que la vie lui envoie le vétérinaire qui voudra bien l’aider à mettre au point une nourriture à base d’ail pour soigner les animaux.

D’ici là, elle se dit qu’elle contribue à sa façon au mieux-être des humains en leur proposant mille et une façons d’ajouter facilement un peu d’ail à leur alimentation quotidienne.


À fleur de pot
 
1330, rang Montcalm
 
Saint-Liguori (Québec)
 
450 834-4888