/news/politics
Navigation

Moreau déplore l’attaque «ridicule» de Jean Gagnon

Affaires municipales, Pierre Moreau
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC Le ministre Pierre Moreau.

Coup d'oeil sur cet article

Que le chef syndical de la FISA, Jean Gagnon, se scandalise que le projet de loi 3 ait été porté par un avocat est tout simplement « ridicule », considère le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.

« Ce que le ministre Moreau a fait, c’est un scandale pour la profession d’avocat », a déclaré le président de la Fédération indépendante des syndicats autonomes (FISA), Jean Gagnon, mardi, en annonçant le début de la contestation judiciaire de la loi 3 sur les régimes de retraite des employés municipaux.

Parce que l’application de la loi 3 bafoue des ententes passées dûment négociées, M. Gagnon, qui représente 13 syndicats d'employés municipaux provenant de neuf villes, dont Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières, considère « très particulier de voir que c’est un avocat qui a piloté le dossier ».

Pierre Moreau est membre du barreau depuis 1981. Avant de se lancer en politique, il a travaillé pendant une vingtaine d’années en tant qu’avocat spécialisé en droit municipal.

« Expliquez-moi donc comment une loi qui passerait avec succès le test des tribunaux pourrait constituer un renie du serment que j’ai fait, a réagi le ministre Moreau, mercredi matin. Écoutez, c’est ridicule, je pense que ça ne demande pas plus de commentaires que ça. »

Toujours confiant

Le ministre ne semble pas s’inquiéter du fait que la FISA envisage de réclamer une injonction interlocutoire pour bloquer l’application de la loi 3 pendant les procédures.

« C’est aux tribunaux de décider si jamais ils sont saisis d’une requête en sursis », a réagi d'entrée de jeu M. Moreau.

Le ministre se dit toujours confiant que la loi 3 passe le test des tribunaux, notamment parce qu’il y a « urgence d’agir ».

« Le rapport D’Amours l’a indiqué abondement. Les experts sont d’accord pour l’importance d’agir. Je vous rappelle que ces régimes-là sont déficitaires de 3,9 G$ pour 122 000 employés dont 50 000 retraités. »

M. Moreau a déjà « hâte » de voir Jean Gagnon, premier à introduire une telle requête devant les tribunaux, venir témoigner entre autres sur la question des déficits passés.

« Il a choisi de pelleter ça par en avant, selon ses propres expressions, lorsqu’il était question de la libre négociation, a relaté le ministre Moreau. Alors le jupon dépasse un peu. »
 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.